Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Profiter des vacances pour améliorer son sommeil

Publié par MaRichesse.Com sur 9 Juillet 2016, 06:51am

Catégories : #SOMMEIL, #VACANCES, #SANTE-BIEN-ETRE

Profiter des vacances pour améliorer son sommeil
Les vacances donnent l'occasion de retrouver un rythme de sommeil naturel avec un recalage de l'horloge biologique.

 

La période de vacances peut être le moment opportun pour tenter de retrouver un meilleur sommeil. «Pendant le reste de l'année, le cadre du travail contraint celui-ci de deux façons: par la privation de sommeil puisqu'un tiers des 18-35 ans et 15-20 % des adultes plus âgés dorment moins de six heures par nuit durant la semaine. Or le risque d'obésité, de diabète, de maladies cardiovasculaires, d'accident, s'accroît en dessous de ce seuil. Et par le décalage de l'horloge biologique, qui perturbe le sommeil, mais aussi diverses hormones dont la sécrétion est calée sur celle-ci», explique le Pr Damien Léger, spécialiste du sommeil (Hôtel-Dieu, Paris). «Les vacances permettent de récupérer une vraie durée de sommeil. La première semaine de vacances, on passe beaucoup de temps à dormir. C'est donc surtout à partir de la deuxième qu'on retrouve un rythme de sommeil naturel, et le recalage de l'horloge biologique améliore encore cette récupération.»

Diminuer les somnifères

C'est aussi une bonne période pour tenter de diminuer ou d'arrêter les somnifères. «Il ne faut rien tenter la première semaine, qui est celle de la récupération, sinon on risque de ne plus dormir du tout. Mais une fois que le rythme naturel de sommeil est revenu, il est possible de diminuer très progressivement les somnifères. Le mieux est de réduire sa consommation de 10-15 % par semaine, pas plus. Par exemple, si vous prenez un cachet tous les soirs, de n'en prendre que 6 dans la semaine, avec seulement un demi-cachet deux soirs où vous êtes détendu, puis la semaine suivante de n'en prendre que 5, etc.»

«Il est aussi possible de profiter des vacances pour apprendre à faire la sieste, suggère le Pr Léger. Nous avons mené des études sur des groupes de sujets en bonne santé mais privés de sommeil. Cette privation s'accompagne d'une augmentation de facteurs inflammatoires et de perturbations immunitaires, ainsi que d'une sensibilité accrue à la douleur. Nous avons montré qu'une sieste de vingt minutes suffisait à annuler ces perturbations.» 

 Source

Commenter cet article

Archives