Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pourquoi Hollande ne profiterait pas d'une victoire des Bleus à l'Euro

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Juillet 2016, 08:49am

Catégories : #POLITIQUE, #PEOPLE, #FOOTBALL

Pourquoi Hollande ne profiterait pas d'une victoire des Bleus à l'Euro

Pour le sondeur Yves-Marie Cann, une victoire des Bleus ne sauverait pas François Hollande. Sa situation est trop précaire pour qu'il puisse reproduire l'effet qu'avait eu la Coupe du monde de 1998 sur la popularité de Jacques Chirac.


Yves-Marie Cann est directeur des études politiques de Elabe, le cabinet d'études et de conseil fondée par Bernard Sananès.


FIGAROVOX. - François Hollande peut-il profiter de la victoire des bleus?

Yves-Marie Cann. - L'effet d'une victoire des bleus à l'UEFA Euro 2016 sur la popularité de François Hollande est loin d'être

acquise. Beaucoup ont à l'esprit - et citent fréquemment comme exemple - le rebond de popularité qu'avait connu Jacques Chirac en 1998. Sa cote de confiance était alors passée de 56% en juin à 61% en juillet, une hausse de cinq points qui s'était d'ailleurs maintenue en août. Beaucoup oublient toutefois que le regain de popularité de Jacques Chirac avait été amorcé dès le premier semestre 1998 sous le double effet d'une amélioration de la conjoncture économique et d'une période de cohabitation avec la gauche suite aux élections législatives du printemps 1997 qui s'étaient traduites par la nomination de Lionel Jospin à Matignon. La cote de confiance de Jacques Chirac était ainsi passée de 42% en janvier à 52% en mai 1998, avant le début de la compétition. La victoire des bleus n'avait donc fait qu'amplifier un regain de popularité déjà perceptible depuis plusieurs semaines.

Le contexte s'avère tout autre d'aujourd'hui. D'abord, nous ne connaissons pas de période de cohabitation, traditionnellement favorable à la popularité du Président de la République. Ensuite, le contexte économique reste particulièrement incertain, et les bonnes nouvelles des dernières semaines s'avèrent insuffisantes pour redonner le moral au Français. Enfin et surtout, François Hollande affronte une situation politique pour le moins difficile depuis plusieurs mois, laquelle se traduit par une popularité en berne avec seulement 15% de confiance en juin (Elabe pour Les Echos et Radio Classique). Partant de là, si François Hollande peut enregistrer un regain de popularité sous l'effet d'une victoire des bleus, il ne pourra atteindre les sommets atteints par Jacques Chirac il y 18 ans. Le parcours de l'Equipe de France pourrait avant tout être de nature à mettre du baume au cœur de nos concitoyens. Et sous l'effet d'une victoire le 10 juillet et du moment de liesse collective qu'il provoquerait, nous pourrions assister à une remontée significative du moral des Français.

Comment jouer un rôle dans leur épopée?

D'abord en faisant acte de présence aux matches de l'Equipe de France, ce à quoi s'astreint d'ailleurs le chef de l'Etat puisqu'il n'a manqué aucune de leurs rencontres depuis le début de l'UEFA Euro 2016. Toutefois, s'il endosse le maillot de premier supporter de l'équipe de France, je suis frappé par la prudence, si ce n'est la retenue, dont fait preuve François Hollande. Contrairement à ses prédécesseurs, celui-ci se garde notamment de descendre au vestiaire, craignant sans doute, du fait de sa forte impopularité, d'être accusé de récupération politique. Pourtant, si l'on se réfère à l'exemple de 1998, ce sont sans doute les images d'un Jacques Chirac se mêlant aux joueurs et partageant avec eux les joies de la victoire qui ont contribué à renforcer la sympathie des Français à son égard.

S'il y a remontée, peut-elle être pérenne?

Un regain de popularité ne peut être pérenne que s'il est entretenu par d'autres bonnes nouvelles et ce d'autant plus qu'elles seraient portées au crédit du chef de l'Etat. Une victoire des bleus à l'UEFA Euro 2016 ne serait donc pas suffisante pour inverser la tendance, tout au plus lui permettrait-elle de retrouver temporairement un peu d'oxygène, sous l'effet d'une amélioration du moral des Français et de l'émotion collective suscitée par l'événement. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives