Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Où habitent les riches et les pauvres

Publié par MaRichesse.Com sur 10 Juillet 2016, 07:04am

Catégories : #RICHESSE

Où habitent les riches et les pauvres

Les études de l'Insee ont ceci d'agaçant qu'elles paraissent parfois enfoncer des portes ouvertes et confirmer certains clichés, tout en préservant quelques surprises. Mais elles sont aussi incontestables dans leur approche statistique rigoureuse.

 

Ainsi, la récente enquête de l'institut national sur la richesse et la pauvreté relatives en France, déclinée sur le territoire de la nouvelle région Occitanie, confirme la relative ambivalence de la Ville rose, à la fois riche et pauvre (lire ci-contre) et préservant une relative mixité sociale dans ses murs. Elle illustre aussi un phénomène assez courant dans les grandes métropoles hexagonales : les banlieues, contrairement à ce que certains pensent, concentrent d'avantage les populations les plus aisées.

Si le taux de pauvreté (*), déjà élevé dans la région (17 % contre 14 % au niveau national), atteint ainsi 18 % dans la commune de Toulouse, il l'est bien moins dans la Ville rose qu'à Montpellier (25,5 %), Nîmes (28 %) ou Perpignan (30 %). Et Toulouse concentre surtout, à la fois, une part importante de hauts et de bas revenus.

La localisation par l'Insee (notre carte) des populations les plus pauvres recoupe assez bien, sans surprise, les contours des quartiers bénéficiant de la politique de la ville : Grand Mirail, Empalot, Izards, mais aussi des secteurs, plus surprenants, comme Rangueil (beaucoup d'étudiants) ou Ginestous-Sesquières au nord.

Les populations les plus aisées sont, elles, concentrées dans le sud-est de la Ville rose, autour de la Côte Pavée. L'hypercentre, qui pourrait paraître plus embourgeoisé, en raison du prix du logement, reste assez mixte avec beaucoup d'étudiants. Surtout, les populations les plus aisées se concentrent dans certaines banlieues : Balma, Pin-Balma, Vieille-Toulouse, Pechbusque, Vigoulet-Auzil, Auzeville-Tolosane, Pechabou, Pompertuzat, Deyme, Belberaud, Lauzerville, Quint-Fonsegrives, à l'est et au sud toulousains, Tournefeuille ou Pibrac à l'ouest.

1-part de la population sous le seuil de 60 % du niveau de vie médian en France métropolitaine.


Le chiffre : 21 789

euros >niveau de vie annuel médian. Pour le pôle urbain toulousain, il est supérieur aux niveaux de vie métropolitain (19 786 €), occitan (18 888 €), montpelliérain (19 371 €), nîmois (17 155 €) ou perpignanais (16 921 €). La ville de Toulouse se distingue par la présence de populations avec des niveaux de vie élevés, supérieurs à 40 000 € pour les 10 % les plus aisés. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives