Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les infirmières manquent de temps pour donner les soins de qualité

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Juillet 2016, 05:35am

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #CANADA

Les infirmières manquent de temps pour donner les soins de qualité

Les infirmières du CHUM sont tellement débordées que les trois quarts se disent témoins de situations où les patients ne reçoivent pas les soins appropriés, révèle un sondage interne.

Seulement une infirmière sur 10 dit avoir toujours le temps nécessaire pour faire une bonne évaluation clinique des patients, lit-on dans le sondage effectué au Centre hospitalier de l’Université de Montréal (CHUM), que Le Journal a obtenu en exclusivité.

« Sur une corde raide »

Inquiet du nombre grandissant de professionnels qui se plaignaient de ne pas avoir le temps de faire leurs tâches, le syndicat local a commandé ce coup de sonde à la firme Léger, entre le 27 avril et le 16 mai dernier.

«La sécurité des patients est sur une corde raide», déplore Guy Brochu, le président du syndicat local de la Fédération interprofessionnelle du Québec (FIQ).

«On court à la catastrophe», ajoute Nancy Bédard, vice-présidente de la FIQ.

Pansements non changés, retard dans les tournées de médicaments, pas d’écoute lors de diagnostics: le manque de temps a de lourdes conséquences sur les soins, selon M. Brochu.

«Ce qui m’inquiète le plus, c’est qu’on n’a pas le temps d’évaluer les patients. C’est sûr qu’on priorise les cas. Mais, quand tu n’as pas le temps de prioriser, ça devient dangereux.»

Roulette russe

«C’est comme jouer à la roulette russe, ajoute Mme Bédard. Est-ce que ce sera ma mère? Votre sœur? Un cas mal priorisé, c’est un cas de trop.»

Pourtant, pas moins de 85 % des répondants disent donner du temps non rémunéré à leur employeur durant leurs pauses. Par ailleurs, le syndicat s’inquiète des compressions de 11,3 millions $ à venir au CHUM l’an prochain.

«Il faut revoir les structures. Quand on ne remplace pas une infirmière et que le portrait clinique des patients change, ça dégénère.»

Récemment, la FIQ a mis en ligne un formulaire pour inciter les infirmières à dénoncer.

«Il faut arrêter de vivre dans le régime de terreur, dit Mme Bédard. [...] Les problèmes ne resteront plus sous le tapis, et on pourra les mettre en lumière auprès de la direction.»

En réponse au sondage, le CHUM assure que les patients reçoivent les soins appropriés. D’ailleurs, des équipes de vigie sont en place pour régler les situations problématiques.

«Ce n’est pas une surprise. On sait que nos professionnels travaillent extrêmement fort sur le terrain, dit Irène Marcheterre, directrice des communications. [...] On est confiant que le personnel donne les soins appropriés à nos patients.»

 

QUESTIONS DU SONDAGE

 

À quelle fréquence êtes-vous témoin de situations où des soins ne sont pas apportés à des patients par manque de temps?

  • 35% souvent
  • 41% parfois
  • 16% rarement
  • 4% jamais
  • 4% ne sait pas

 


Diriez-vous que vous avez le temps nécessaire pour faire une bonne évaluation clinique des cas qui se présentent à vous dans le cadre de votre travail?

  • 10% tout le temps
  • 52% parfois le temps
  • 31% rarement le temps
  • 4% jamais le temps
  • 3% ne sait pas

 


Veuillez choisir trois mots parmi les suivants qui expriment avec le plus de précision la façon dont vous vous sentez mentalement et physiquement à la fin de votre quart de travail?

Total des sentiments négatifs : 94 % 

Total des sentiments positifs : 52 %

  • 77% fatiguée
  • 48% épuisée
  • 41% satisfaite
  • 40% frustrée
  • 20% fière
  • 13% heureuse
  • 10% triste
  • 9% fachée

 


Vous arrive-t-il de donner du temps non rémunéré à votre employeur?

  • 57% souvent
  • 28% parfois
  • 9% rarement
  • 6% jamais

 


MÉTHODOLOGIE

Le sondage commandé par le syndicat des infirmières du CHUM «sur la qualité de vie au travail» a été réalisé par la firme Léger du 27 avril au 16 mai 2016, auprès de 567 employés (418 infirmières, 101 infirmières auxiliaires, 48 inhalothérapeutes) 

 Source

Commenter cet article

Archives