Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les hérissons ont réussi à s’adapter à la vie en ville

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Juillet 2016, 04:23am

Catégories : #ANIMAUX, #ENVIRONNEMENT

Les hérissons ont réussi à s’adapter à la vie en ville

Des chercheurs ont découvert que les hérissons des villes se sont plutôt bien intégrés.

Les hérissons ont délaissé les bois pour venir s’installer en milieu urbain. Forte de ce constat, une équipe de chercheurs de l’Université de Hambourg a choisi d’étudier l’adaptation des petites créatures à piquants à l’environnement humain afin de pouvoir mieux les protéger, signale le blog Gizmodo. Il apparaît qu’ils se sont plutôt bien intégrés, comme le montre leur étude présentée cette année devant la Society for Experimental Biology Annual Meeting.

 

En attachant des capteurs de température à des hérissons sauvages, les chercheurs se sont aperçus que les érinacéidés des villes ont conservé une hibernation similaire à celle de leurs comparses des champs malgré un accès continu à la nourriture et un habitat considérablement réduit (5 hectares, contre 50 dans la nature). Leur comportement s’est également transformé. À l’origine, l’animal est semi-nocturne, c’est-à-dire qu’il chasse alors que la nuit tombe. L’étude démontre qu’en ville il quitte son nid vers minuit, une fois que les jardins et parcs sont vides de tout animal domestique et présence humaine.

Cette adaptabilité surprenante nécessite tout de même un environnement particulier. D’après la docteure Lisa Warnecke, qui a dirigé l’étude, les hérissons des villes ont «besoin d’accéder à des parcs et des jardins ayant suffisamment d’espaces naturels et de buissons pour construire un nid et hiberner. Ce type d’habitat est primordial pour eux».

La ville reste cependant hostile à ces petits mammifères à cause du poison pour nuisibles, des clôtures, des outils susceptibles de les blesser et de l’homme lui-même, qui a une fâcheuse tendance à les déloger. Actuellement, plusieurs associations attirent l’attention sur la fragilité de l’espèce. 

 Source

Commenter cet article

Archives