Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les entreprises s'inquiètent du prélèvement à la source

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Juillet 2016, 09:54am

Catégories : #ENTREPRISE, #ECONOMIE

Les entreprises s'inquiètent du prélèvement à la source

Complexité administrative de la procédure, temps à y consacrer, coût de mise en place... Le baromètre KPMG dresse la liste des appréhensions.

Le gouvernement doit faire un point d'étape ce mercredi matin en conseil des ministres sur la mise en œuvre du prélèvement à la source, prévu pour 2018. Un système complexe qui oblige l'administration à un énorme travail en amont. Mais ce sont les entreprises, chargées de prélever l'impôt sur le revenu (IR) le moment venu, qui ont le plus de craintes. Selon le baromètre KPMG-CGPME, qui a interrogé des chefs d'entreprise en avril sur leur perception du prélèvement à la source, une majorité des dirigeants de PME (54% exactement) se dit inquiète vis-à-vis de cette réforme. Pourquoi? En raison de la complexité administrative de la procédure (89% d'entre eux), du temps à y consacrer (88%) et du coût de mise en place (85%), répondent-ils. 

 

L'étude précise que pour une majorité des dirigeants interrogés, «la mise en place du prélèvement à la source aura un impact négatif sur leur organisation interne (66%) et, dans une moindre mesure, sur leurs relations avec leurs salariés (55%)». Sept dirigeants de PME sur dix estiment qu'une compensation financière, qui serait calculée en pourcentage de la masse salariale la première année, faciliterait de manière importante la mise en oeuvre de cette réforme fiscale. Mais ce qu'ils attendent le plus, c'est une «assistance en ligne gratuite pour faciliter leurs démarches»: 74 % des chefs d'entreprise estiment en effet que cette mesure faciliterait la transition «de manière importante».

Mardi, le Medef a redit qu'il n'était pas opposé à cette réforme dans son principe, «à condition qu'elle permette de réaliser des économies et ne génère aucune contrainte supplémentaire pour les entreprises». Or, il estime aujourd'hui que «l'État se défausse de sa responsabilité sur les entreprises en les laissant en assurer le coût et les difficultés de mise en œuvre». Citant de nouvelles charges de gestion et des coûts significatifs pour les entreprises, notamment pour modifier les logiciels de paie et les paramétrages informatiques des nombreux cas atypiques, l'organisation patronale regrette par avance l'«impact négatif sur l'organisation interne des entreprises, les relations des employeurs avec leurs salariés ; la réforme comporte, comme l'a noté le Conseil d'État, des risques d'atteinte à la vie privée - tout cela étant créateur de tensions sociales dans l'entreprise». 

 Source

 

Commenter cet article

Archives