Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le syndrome de la fatigue chronique serait dû… aux bactéries intestinale

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Juillet 2016, 12:50pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE, #DIGESTION

Le syndrome de la fatigue chronique serait dû… aux bactéries intestinale

Le syndrome de la fatigue chronique est une maladie complexe et mystérieuse. Sa cause ainsi que son traitement restent flous pour les médecins. En tout, près de 140.000 Français pourraient être concernés. Parmi les symptômes : un état de fatigue supérieur à 6 mois, des troubles de la mémoire, des douleurs musculaires et articulaires, des maux de tête…et des troubles gastro-intestinaux. C’est cette piste qu’ont choisi de suivre des chercheurs américains. 

Après avoir étudié les bactéries intestinales de patients, ils suggèrent que la maladie pourrait être liée à un déséquilibre du microbiote. Les conclusions de leurs travaux ont été publiées dans la revue Microbiome

 

 Méthodologie : séquencer l’ADN
Les chercheurs de l’université Cornell, aux Etats-Unis, ont étudié les données de 48 patients souffrant du syndrome de fatigue chronique. Pour cela, ils ont prélevé des échantillons de sang et de selles. A partir de là, les scientifiques ont pu séquencer leur ADN et l’ont comparé avec ceux de 39 autres volontaires non touchés par la maladie.

 

 Ce que l’étude a démontré : des bactéries pro-inflammatoires
Premier constat : les bactéries intestinales des patients souffrant de fatigue chronique sont beaucoup moins diversifiées que celles des sujets sains. De plus, les chercheurs ont observé que les bactéries des malades sont majoritairement pro-inflammatoires et non anti-inflammatoires. Un phénomène aussi observé chez les patients atteints de la maladie de Crohn, par exemple.

 

 

De leur côté, les analyses de sang montrent des taux de marqueurs de l’inflammation importants. L’hypothèse privilégiée pour l’expliquer : la perméabilité de l’intestin laisse passer les bactéries dans le sang. Cela déclencherait une réponse immunitaire susceptible d’aggraver les symptômes.

 

 Ce qu’il faut en conclure : se servir du déséquilibre pour mieux diagnostiquer ? 
Cette étude va à l’encontre d’une idée répandue selon laquelle la maladie serait psychologique. Le syndrome aurait en fait une origine biologique. Cependant, les scientifiques n’ont pas encore déterminé si le déséquilibre observé est une cause ou une conséquence de la fatigue chronique. L’équipe de chercheurs va maintenant s’intéresser à la recherche de virus, de bactéries et de champignons susceptibles de provoquer ou de contribuer au développement de la maladie. 

"Prochainement, nous pourrions considérer cette technique comme complémentaire à d’autres méthodes de diagnostics non invasives, suggère le Pr Ludovic Giloteaux, co-auteur de l'étude. Mais aussi utiliser ces données pour envisager d’adapter les régimes alimentaires, à base de prébiotiques ou de probiotiques pour traiter cette maladie." Les premiers favorisent la croissance et l’activité des bactéries intestinales et les seconds sont des micro-organismes bénéfiques à la flore intestinale.

 

A noter  Les yaourts, les fromages, la levure de bière ou le pain au levain sont riches en probiotiques. Les prébiotiques quant à eux se retrouvent dans les fruits et les légumes ainsi que dans le lait maternel. Diversifier son alimentation reste donc la clé d’une bonne santé.  

 Source

Commenter cet article

Archives