Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le jour où la mère de Bill Gates l’a forcé à rencontrer Warren Buffett

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Juillet 2016, 09:41am

Catégories : #RICHESSE, #PEOPLE

Le jour où la mère de Bill Gates l’a forcé à rencontrer Warren Buffett

Sur son blog « Gatesnotes.com », le fondateur de Microsoft raconte comment en 1991, sa mère l’a forcée à rencontrer Warren Buffett, alors qu’il ne le souhaitait pas. Et comment cette rencontre a changé sa vie.

C'était le 5 juillet 1991. Bill Gates avait 31 ans et était déterminé à ne pas y aller. Mary Maxwell Gates, sa mère lui avait dit qu'il fallait pourtant venir à la maison de vacances de Canal Hood où ils séjournent par beau temps au milieu des pins. Des amis sont présents, des amis réputés. Parmi eux, un certain Warren Buffett, 61 ans à l'époque, connu pour avoir acheté en 1962 un conglomérat pour en faire une société d'investissement : Berkshire Hathaway.

En 1991, Warren Buffett est déjà célèbre et sa fortune est estimée à plusieurs milliards de dollars. Mais Bill Gates a du travail. Trop de travail. Il n'ira pas. Il n'a pas le temps : « Warren serait intéressant, a insisté ma mère », écrit Bill Gates sur son blog, « Mais je n'étais pas convaincu. Il ne fait qu'acheter et vendre des bouts de papier. Cela n'a pas de valeur ajoutée réelle. Je ne pense pas que nous avons beaucoup en commun », rétorque-t-il à sa mère.

 

Hamburgers et Oréo

En réalité, Mary Maxwelle Gates a eu du flair et de la poigne. Buffett semble intéressé et pose une série de questions sur l'univers du logiciel : comment une compagnie aussi petite que Microsoft - nous sommes en 1991 - peut rivaliser avec IBM - nous sommes toujours en 1991 ? Ainsi, l'amitié Buffett-Gates fut.

À L

Une relation qui changera considérablement le monde de la philantropie. En 2014, le site Business Insider rapportait très justement qu'avec une fortune estimée à l'époque à 80 milliards de dollars pour Bill Gates, et une fortune estimée à 67 milliards pour Warren Buffett, les deux hommes se retrouvaient premier et deuxième du classement des hommes les plus riches des Etats-Unis.

Dans sa note, Bill Gates donne quelques détails sur l'entrepreneur Buffett, notamment sur sa passion des biscuits Oréo : « Une chose qui était surprenant chez Buffett, c'est qu'il continue à manger ce qu'il aimait quand il avait six ans. Il mange principalement des hamburgers, des glaces et boit du Coca-Cola (c'est une raison pour laquelle c'est très amusant de dîner avec lui) ».

image: http://www.lesechos.fr/medias/2016/07/06/2012686_le-jour-ou-la-mere-de-bill-gates-la-force-a-rencontrer-warren-buffett-web-tete-0211103500539.jpg

La raquette taille patron pour Gates et Buffett. - SIPA
La raquette taille patron pour Gates et Buffett. - SIPA

 

L'influence Mary Maxwell Gates

Outre l'anecdote et les fantaisies alimentaires de Buffett, la note de Gates confirme le pouvoir de persuasion de Mary Maxwell Gates, elle aussi philantrope avant son décès en 1994. « Les parents de Bill Gates ont toujours eu un contrôle sur leur fils, ils ont joué des rôles très importants dans son développement professionnel », raconte le site Quartz.

À 

Selon le Wall Street Journal , Bill et Mary Gates se sont affrontés quand le fondateur de Microsoft a commencé à se rebeller à l'adolescence. Après une rencontre chez un thérapeute, les parents ont décidé de lâcher un peu la bride. Quelques années plus tard, Gates allait abandonner Harvard pour lancer Microsoft. Pari réussi. Sa mère lui dira de consacrer une partie de son temps et de son argent à des besognes caritatives. Il le fera.

« Après la mort de la mère de Bill Gates, son père l'a exhorté à prendre plus au sérieux la philantropie ». Aujourd'hui, Bill Gates a déjà consacré 26 milliards de dollars de sa fortune personnelle à sa fondation éponyme. Cette dernière a, par ailleurs, été boostée par un don de Warren Buffet en 2006 de 30,7 milliards de dollars... Toujours écouter ses parents...


Source

 

Commenter cet article

Archives