Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le défi fou d’un Américain : un saut de 7 500 mètres sans parachute

Publié par MaRichesse.Com sur 30 Juillet 2016, 03:54am

Catégories : #INSOLITE, #VIDEO, #ETATS-UNIS

Le défi fou d’un Américain : un saut de 7 500 mètres sans parachute

Luke Aikins promet qu’il n’est pas fou, mais cet américain de 42 ans s'apprête à faire une chute libre de 7 500 mètres, sans parachute, ni wingsuit.

 

C’est le défi le plus fou du week-end, sans doute même de l’année. Cette nuit, dans le désert californien, un Américain va sauter d’un avion sans parachute et sans wingsuit, cette tenue qui permet de planer. Il doit atterrir sur un immense filet prévu pour amortir sa chute. Cet Américain s’appelle Luke Aikins, a 42 ans et compte bien fêter ses 43. Il le répète à chaque interview, il n’est pas fou. Sa famille fait de la chute libre depuis trois générations. Lui a sauté pour la première fois à 12 ans et a aujourd’hui plus de 18 000 sauts à son actif.

C’est Luke Aikins qui a entraîné l’Autrichien Felix Baumgartner pour son saut depuis la stratosphère en 2012. Difficile donc de trouver plus qualifié pour ce défi insensé surnommé "Tombé du ciel".

 

La chaîne américaine FOX, qui diffusera l'événement en prime time, mais en léger différé, joue la carte du spectacle dans sa promotion. Aikins lui se concentre sur l'essentiel comme il le raconte sur Youtube lors d'un vol d'entraînement.

"Les gens de la production insistent pour que je passe du temps à la salle de gym. C'est super. Je me sens bien mais ce n'est pas ça qui va me maintenir en vie le jour J. Ce qui va m'aider, c'est le saut, c'est l'entraînement à répétition. Si je rate la cible, mon état de forme n'aura pas beaucoup d'importance."

 

​Cette cible, c'est un filet de 30 mètres sur 30 qui doit amortir sa chute et l'empêcher de rebondir. Le procédé a été testé avec des mannequins largués depuis un hélicoptère. Avant cela, Luke Aikins devra batailler avec le vent pour maintenir sa trajectoire. A 190 km/h, Luke Aikins assure qu'il n'aura pas le temps de cogiter. Dans l'avion qui l'emmènera à 7 500 mètres d'altitude, ce sera une autre affaire. 

 Source

Commenter cet article

Archives