Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La guerre mondiale contre “Pokémon Go”

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Juillet 2016, 12:47pm

Catégories : #JEU, #MONDE

La guerre mondiale contre “Pokémon Go”

Fatwa, mises en garde sécuritaires, dénonciation d’un complot de la CIA… Plusieurs autorités politiques et religieuses voient d’un mauvais œil le succès fou de Pokémon Go, l’application de réalité augmentée qui permet de capturer des créatures de jeu vidéo dans le monde réel. 

Trois semaines après son lancement, Pokémon Go fait déjà marcher la planète. Vingt-six nouveaux pays l’ont adopté cette semaine (dont la France ce jeudi 21 juillet) et plus de 30 millions de personnes chassent désormais des Pokémon dans les rues à l’aide de leur smartphone. Mais cette invasion de l’application de réalité augmentée ne fait pas que des heureux : “Partout dans le monde, des autorités politiques et religieuses tirent la sonnette d’alarme”indique The New York Times.  


La décision la plus extrême a sans doute été prise par les autorités religieuses en Arabie Saoudite, qui ont remis au goût du jour une fatwa contre Pokémon datant de 2001, selon le site de Al-Jazira. Cet avis juridique définit le jeu comme “contraire à l’islam, car il aurait pour objectif de ‘posséder l’esprit’ des enfants et ferait la promotion du sionisme et des jeux d’argent”,rapporte la chaîne panarabe. Mais, face à cette fatwa, “la réaction de la plupart des musulmans est allée de la raillerie pure et simple au rejet”, affirme de son côté le site de la chaîne émiratie Al-Arabiya.  

 

Un outil des services secrets

“En Egypte, un débat houleux a émergé pour déterminer si Pokémon Go constituait une menace majeure pour la sécurité nationale”, poursuit Al-Jazira. Un responsable politique, Ahmed Badawi, a proposé d’installer des brouilleurs d’ondes Wi-Fi et de mobiles près des bâtiments publics “afin que personne ne filme ces lieux sensibles en prétendant jouer à Pokémon Go”, selon la chaîne panarabe. Un autre responsable, Hamdi Bakheet, membre du comité de la défense et de la sécurité nationale égyptienne, a déclaré :  

Pokémon Go est le dernier outil en date des agences d’espionnage dans la guerre du renseignement, une application pour mobiles odieuse et rusée qui tente d’infiltrer nos communautés de la manière la plus innocente, sous prétexte de divertissement. Mais ce qu’ils veulent vraiment, c’est espionner les gens et l’Etat.”

 

D’après The New York Times, certains sites russes voient eux aussi l’ombre des services secrets derrière Pokémon Go, “affirmant que le jeu était un complot de la CIA”.

En Indonésie, l’arrestation d’un Français qui cherchait des Pokémon dans une zone militaire a renforcé les craintes que fait peser le jeu “sur la sécurité nationale”,selon les autorités. Mercredi 20 juillet, les forces de l’ordre se sont vues interdire de se servir de l’application. “Comme le jeu utilise la vidéo en temps réel, il y aura des risques sécuritaires lorsqu’il sera enclenché”, a déclaré à la presse le chef des services secrets indonésiens, Sutiyoso, vendredi 15 juillet. Le gouvernement israélien a lui aussi interdit à ses soldats de jouer à Pokémon Go sur les bases militaires par crainte de fuites d’informations.   

 

Attention aux champs de mines !

Comme Pokémon Go oblige les joueurs à sortir de chez eux et se confronter au monde réel, l’actualité de ces derniers jours est pleine de mésaventures et d’accidents d’utilisateurs distraits. Une situation qui a par exemple poussé une association bosnienne de déminage, Posavina bez mina, à conseiller aux joueurs de ne pas se balader trop près des champs de mines du pays, rapporte laBBC.

Au Japon, pays d’origine des Pokémon, on ne peut pas encore utiliser l’application, le succès risquant de faire exploser les serveurs… et les autorités. “L’excitation autour du lancement du jeu a atteint un tel pic que les autorités administratives et les dirigeants d’entreprise mettent en garde les joueurs potentiels contre les accidents, avant même la sortie”, raconte The Japan Times. Le gouvernement a ainsi lancé une campagne sur les réseaux sociaux contenant neuf informations pour jouer en toute sécurité (voir le tweet ci-dessous). 

 Source

 

Commenter cet article

Archives