Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La démission de Nigel Farage, un coup de bluff?

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Juillet 2016, 04:16am

Catégories : #POLITIQUE, #ANGLETERRE

La démission de Nigel Farage, un coup de bluff?

L’implosion de la vie politique britannique continue. Après la démission du premier ministre David Cameron, le retrait de Boris Johnson à sa succession, voilà que Nigel Farage quitte la tête de son parti. Le populiste, qui incarnait à lui seul le United Kingdom Independence Party (UKIP), a pris tout le monde par surprise lundi matin. «Je suis passé du business à la politique (en 1999) parce que je crois que ce pays doit se gouverner lui-même. Je n’ai jamais été, et n’ai jamais voulu être, un homme politique professionnel. Mon objectif était de sortir le Royaume-Uni de l’Union Européenne. C’est ce pour quoi nous avons voté il y a deux semaines. J’ai fait mon travail, je n’aurais pas pu obtenir plus.»

Nigel Farage avance des raisons personnelles pour démissionner. Constamment en voyage, buvant énormément, avec une santé fragile, il déclare: «J’ai dit pendant cette campagne que je voulais retrouver mon pays. Je veux maintenant retrouver ma vie.»

Lire aussi: La victoire des idées de Nigel Farage

 

Il n’en est pas à sa première démission

Nigel Farage n’en est cependant pas à sa première démission. L’an dernier, après les élections législatives, il avait quitté son poste, après avoir échoué pour la septième fois à se faire élire député. Mais après vingt-quatre heures, il avait changé d’avis, soi-disant sous la pression de ses alliés. En novembre 2009 également, il avait quitté son poste, avant de revenir six mois plus tard.

De fait, le trublion du jeu politique britannique domine et maîtrise d’une main de fer le UKIP. Il en est l’un des cofondateurs en 1993. Député européen depuis 1999, il en a fait sa machine personnelle, provoquant régulièrement des frictions avec tous ceux qui montraient de l’ambition au sein de son parti. Le seul député UKIP, Douglas Carswell, a d’ailleurs réagi de façon claire à l’annonce de la démission: un simple emoji sur Twitter indiquant un grand sourire.

Mais que cette démission soit réelle ou temporaire, Nigel Farage a réussi à imposer son agenda politique. Depuis vingt ans, il attaque de façon féroce, systématique et efficace l’Union Européenne. Jusqu’en 2010, il ne réussissait pourtant à se faire entendre que pendant les élections européennes. Il a alors décidé de se concentrer sur l’immigration.

Lire aussi: L’europhobe Nigel Farage s’exprime à Bruxelles, en grand vainqueur

Xénophobie assumée

Face à la vague de nouveaux arrivants de l’est de l’Union Européenne, il s’est mis à répéter un message simple: impossible de maîtriser l’immigration tant que le Royaume-Uni est dans l’Union européenne. La libre circulation des personnes au sein des Vingt-Huit rendait impossible le contrôle des frontières. Si Nigel Farage, marié à une Allemande, proclame son amour de l’Europe – et sa haine de l’UE- son message était clairement xénophobe.

Pendant le référendum sur l’adhésion à l’Union européenne, Nigel Farage a été marginalisé. Mais son message a été repris par les principaux partisans du «leave», Boris Johnson en tête. Au Royaume-Uni, hors de Londres, cet argument était de loin le plus porteur de tous. Nigel Farage a réussi à faire passer son message et à convaincre 17 millions d’électeurs du bien-fondé de son opinion.

L’homme ne disparaît pour autant pas de la circulation. Il reste député européen. Il assure qu’il «surveillera comme un faucon» les renégociations à venir entre Londres et Bruxelles. Il promet aussi d’intervenir de temps en temps au parlement européen, où ses diatribes percutantes font toujours beaucoup de bruit. A 52 ans, Nigel Farage n’a probablement pas dit son dernier mot. 

 Source

Commenter cet article

Archives