Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L’ONU prépare la succession de Ban Ki-moon

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Juillet 2016, 07:30am

Catégories : #MONDE

L’ONU prépare la succession de Ban Ki-moon

Le Conseil de sécurité des Nations unies doit procéder cette semaine à un deuxième vote pour désigner le nouveau secrétaire général de l’Organisation.

Comment doit être désigné le prochain secrétaire général de l’ONU ?

Pour réaliser une sélection parmi les 12 prétendants, les ambassadeurs des 15 pays membres du Conseil de sécurité de l’ONU doivent assigner à chaque candidat une des trois mentions suivantes : « encouragement »« découragement » ou « sans opinion ». Après un premier vote informel, jeudi 21 juillet, un autre scrutin devrait avoir lieu dans la semaine. Lorsqu’un consensus sera trouvé au sein du Conseil sur le nom d’un candidat, celui-ci sera transmis à l’Assemblée générale des Nations unies qui devrait l’entériner, probablement pas avant le mois d’octobre. Le nouveau secrétaire général prendra la suite du Sud-Coréen Ban Ki-moon, dont le mandat s’achève à la fin de l’année.

 

Qui sont les favoris pour le poste ?

Lors de ce premier vote, le Portugais Antonio Guterres est arrivé en tête avec douze encouragements et trois sans opinion. Ancien premier ministre socialiste du Portugal, il a ensuite été haut-commissaire pour les réfugiés, de 2005 à 2015. En deuxième position, on trouve l’ancien président slovène Danilo Turk, longtemps ambassadeur de son pays à l’ONU. D’autres candidats, considérés comme favoris avant ce vote, ont déçu. C’est notamment le cas de la Bulgare Irina Bokova, directrice générale de l’Unesco et arrivée troisième avec neuf encouragements, ou d’Helen Clark, ancienne première ministre de la Nouvelle-Zélande et aujourd’hui administratrice du Programme des Nations unies pour le développement, qui n’a recueilli que huit votes positifs. 

 

Quels sont les critères pour choisir le prochain secrétaire général ?

Face aux critiques sur le manque de transparence du processus de désignation, l’ONU a pour la première fois organisé, en avril, un dialogue avec l’Assemblée générale, où les prétendants au poste ont dû motiver leur candidature et répondre aux questions de la société civile. L’essentiel du choix se joue cependant toujours dans l’opacité du Conseil de sécurité, dont le vote est en théorie secret. Les ambassadeurs des pays membres comme les candidats ont pour consigne de ne pas révéler les résultats des scrutins.

 

Chacun des cinq États membres permanents du Conseil de sécurité dispose d’un droit de veto pour bloquer un candidat. Washington et Moscou en particulier n’ont guère envie d’un secrétaire général qui empiéterait sur leurs intérêts nationaux. La Russie défend la nomination d’une personne issue des pays de l’est de l’Europe, selon une règle non officielle, mais souvent respectée, de rotation géographique. Des voix se sont aussi élevées pour demander la désignation d’une femme comme secrétaire général, ce qui serait une première en plus de 70 ans d’existence des Nations unies. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives