Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L'Ecosse et l'Irlande du Nord, les trouble-fête du Brexit

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Juillet 2016, 03:16am

Catégories : #ANGLETERRE, #EUROPE

L'Ecosse et l'Irlande du Nord, les trouble-fête du Brexit

Inquiets à l’idée de quitter l’Union européenne, les gouvernements régionaux de l’Ecosse et de l’Irlande du Nord se remuent pour obtenir des concessions du gouvernement à Londres. Une affaire qui risque d’être compliquée.

 

Après le vote pro-Brexit, deux nations pro-européennes du Royaume-Uni risquent de compliquer la sortie de l’Union européenne (UE). L’Irlande du Nord et l’Ecosse, où respectivement 56 % et 62 % avaient voté contre le Brexit le 23 juin, font monter la pression pour obtenir un statut spécial.

Avant que le Royaume-Uni ne déclenche le fameux article 50 pour sortir de l’UE, l’Ecosse souhaite négocier avec le Royaume-Uni “pour défendre cinq intérêts écossais”, explique The Scotman : la libre circulation des personnes et accès au marché unique, la participation à la législation du marché unique, la protection de droits des travailleurs et de droits humains, et la coopération avec d’autres Etats membres dans des domaines comme l’environnement et le terrorisme. 

 

Dans le cas où ces négociations échouent, l’indépendance de l’Ecosse serait peut-être “l’option qui nous donne le plus de certitude et de stabilité et la meilleure maîtrise de notre destin”, selon la Première ministre écossaise Nicola Sturgeon.Selon The Herald“les deux gouvernements sont en ligne de collision” car Downing Street a fait entendre qu’il n’envisage pas d’accord spécial pour l’Ecosse. Alex Salmond, autre poids lourd du Parti National écossais, a déjà établi une feuille de route pour un second référendum sur l’indépendance écossaise.

 

La libre circulation

Côté Irlande du Nord, la perspective du Brexit implique un possible retour de la frontière avec l’Irlande, mettant fin à la libre circulation et évoquant la période noire des Troubles. En visite à Belfast le 25 juillet pour rencontrer le gouvernement de l’Irlande du Nord au château de Stormont, Theresa May, la nouvelle Première ministre britannique, a “tenté d’apaiser les inquiétudes”, explique The Belfast Telegraph. Lors d’un entretien avec Arlene Foster, la Première ministre de l’Irlande du Nord, elle a affirmé que “personne ne veut rétablir les frontières du passé”.  

 

Le quotidien rappelle que le gouvernement de coalition de Stormont “est divisé sur l’UE” : le Parti Démocrate Unioniste de Mme Foster soutient le Brexit, alors que le Sinn Féin du vice-Premier ministre nord-irlandais Martin McGuinness est contre. Au sein du mouvement républicain, le vote pour le Brexit avait même “alimenté un nouveau débat sur la possibilité d’un référendum en Irlande du Nord sur la réunification avec l’Irlande”, ce qui permettrait à l’Irlande du Nord de rester dans l’UE. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives