Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Jobs d’été : comment joindre l'utile à l'agréable ?

Publié par MaRichesse.Com sur 11 Juillet 2016, 10:14am

Catégories : #ASTUCES, #TRAVAIL, #EMPLOI, #VACANCES, #ECONOMIE

Jobs d’été : comment joindre l'utile à l'agréable ?

Les emplois saisonniers ne se limitent pas aux postes d’animateur de centre aéré ou de vendeur de glaces sur la plage.

Si, pour la plupart, l’été est l’occasion de se reposer et de s’amuser, pour d’autres c'est le meilleur moment de gagner de l’argent. Les étudiants en profitent pour enchaîner les jobs d’été et financer une partie de leur été, quand ce n’est pas la rentrée. Pour beaucoup, ce sera un poste d’animateur en centre aéré, de serveur, de ramasseur de fruits ou de vendeur de chouchous et autres boissons fraîches sur la plage. Mais les jobs d’été sont bien plus variés et peuvent même parfois permettre de joindre l’utile à l’agréable.

• Les jobs d’été pour profiter de la nature et du terroir 
Chaque année, EDF embauche environ 150 hydroguides dont la mission est de parcourir les cours d’eau en aval des barrages hydrauliques pour faire de la pédagogie : informer le public des risques lors des lâchers d’eau et rappeler les bons réflexes. Mais tout le monde ne peut pas être payé à faire de la randonnée et de la sensibilisation : il faut être au minimum à bac +2 et envoyer sa candidature dès le mois de mars.

Pour rester dans l’hydraulique, certains chanceux remplacent les éclusiers partis en vacances. Leur mission : réguler le trafic de bateaux, mais aussi le niveau de l’eau. Les postes sont rares et très demandés mais ils en valent la peine : passer un ou deux mois le long d’un cours d’eau n’est pas le plus désagréable et il arrive de ne voir passer qu'un seul bateau pendant plusieurs jours de suite.

Autre piste, plus gourmande : l’oenotourisme. Si cette filière est réservée aux spécialistes pendant l’année, les vignobles ont besoin de renfort lors de la période estivale pour faire visiter les exploitations et les caves, organiser des dégustations et faire de la vente directe. Mieux vaut néanmoins être passionné par le vin et avoir quelques notions de base pour éviter d’être pris de court par un visiteur éclairé.

• Les jobs d’été pour ne pas suer
Vous aimez la culture, le calme et surtout la fraîcheur ? Plutôt que d’aller à la plage, allez au musée. Des postes de gardien de musées sont disponibles tous les étés et permettent de gagner de l’argent sans suer : il suffit de surveiller les œuvres et les visiteurs les plus étourdis ou indélicats. Les places sont néanmoins rares et difficiles à décrocher : les étudiants des Beaux-Arts ont la priorité, ainsi que les proches des employés des musées.

Les postes à pourvoir sont bien plus nombreux dans l’administration, et notamment dans les collectivités territoriales. Mais là aussi, il mieux vaut avoir un parent dans l’administration en question pour espérer y décrocher un job d’été en bureau. Les bibliothèques sont également une piste à explorer pour ceux qui redoutent le travail en extérieur.

Dernière possibilité, néanmoins plus rare : garder une maison ou simplement arroser son jardin lorsque son propriétaire part en vacances. Certaines offres comprennent l’hébergement dans des résidences souvent somptueuses. Problème : les propriétaires en profitent l’été et ont surtout besoin degardiennage pendant la saison basse.

• Les jobs d’été pour les noctambules
Vous êtes du soir et souhaitez profiter des températures plus douces pendant les nuits d’été ? C’est possible tout en travaillant, par exemple dans les sociétés d’autoroute : ces dernières ont besoin de caissiers pour les péages, y compris la nuit. Les horaires de nuit sont rudes mais le salaire est plus intéressant et si vous avez de la chance, vous pourrez même regarder votre série préférée entre deux clients. Pour rappel, il n’existe pas une mais plusieurs sociétés d’autoroute, il faut donc identifier celle qui opère dans votre région.

Ceux qui aimeraient travailler le soir peuvent également essayer de devenirvoiturier. Les restaurants les plus chics, certaines boites de nuit et les casinosrecrutent pour les deux mois d’été. Si le salaire n’est pas très élevé, il peut être complété par les pourboires et ceux qui aiment les belles voitures pourront à la rentrée faire la liste de tous les modèles qu’ils ont conduits (sur une centaine de mètres).

Autre possibilité, néanmoins plus aléatoire : devenir guide de soirée. Des entreprises telles que Crazy Voyages proposent en effet aux vacanciers et aux touristes de découvrir la vie nocturne d’une ville avec les conseils d’un spécialiste, le plus souvent étudiant. Mieux vaut donc connaître la vie nocturne de sa ville et avoir écumé tous les bars et les boites de nuit. En revanche, ce job d’été est pour le moins irrégulier et dépend de la demande : ne comptez pas dessus pour gagner l’équivalent du Smic, ce sera plutôt pour arrondir les fins de mois.  

• Les jobs d’été pour voyager
Ceux qui souhaitent gagner de l’argent tout en découvrant de nouveaux horizons peuvent bien évidemment se tourner vers les villages de vacances tels que le Club Med ou encore Belambra. Mais il est possible de découvrir encore plus de villes et pays en travaillant l’été dans les croisières : ce secteur ne cesse de se développer et a besoin de bras pendant la haute saison. Avoir des notions d’anglais et une première expérience dans le tourisme est néanmoins recommandé.

Vous souhaitez voyager tout l’été tout en restant dans l’Hexagone ? Le Tour de France et surtout sa caravane commerciale recrutent chaque année environ 600 personnes. Il faut en revanche s’y prendre tôt, le recrutement est bouclé en février/mars, et ne pas avoir peur des journées à rallonge : si l’ambiance est festive, certains peuvent travailler plus de douze heures dans la journée.

 

Ces jobs d’été trop beaux pour être vrais

Etaleur de crème solaire sur la côte basque, gardien d’île en Australie, etc. : chaque année, un job d’été de rêve s’invite dans les médias. Sauf que le plus souvent c’est trop beau pour être vrai. Ainsi, l’offre proposée par l’Australie était en fait une campagne de communication : il n’y avait que onze postes pour le monde entier. De même, le poste de "creamer" était une manière déguisée de faire parler d’une marque de crème solaire : seules deux personnes ont été embauchées.

Commenter cet article

Archives