Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


«Dois-je amener les enfants au salon funéraire?»

Publié par MaRichesse.Com sur 29 Juillet 2016, 09:44am

Catégories : #FAMILLE, #PARENT, #ENFANT

«Dois-je amener les enfants au salon funéraire?»

C'est une question légitime, n'est-ce pas? Quand on sait que la responsabilité des parents est de protéger leurs enfants! Mais quel est le bon comportement de la part des parents? Si les enfants m'accompagnent, suis-je un bon parent? Quel est l'âge idéal d'un enfant pour aller au salon funéraire?

Quel est le juste geste? Qu'en pensez-vous?

 

Reportez-vous à votre jeunesse et au moment où vous avez, vous-même, été témoin d'une mortalité dans la famille ou dans votre entourage. Quelle a été votre réaction? Cela vous a-t-il effrayé? Vous a-t-on forcé à accompagner vos parents au salon funéraire? Étiez-vous curieux de connaître comment les choses se passaient? Avez-vous ressenti une grande peine? Étiez-vous triste à cause de la perte de cette personne ou triste parce que tout le monde autour de vous pleurait?

Certains parents manifestent leur protection en se disant que les enfants auront bien le temps de s'initier à ce genre de situations et les gardent à l'écart; d'autres ne voudront pas les amener de peur que cela les traumatise. Attention de ne pas projeter sur vos enfants vos propres peurs!

La mort et la vie se côtoient, nous sommes d'accord.

«Faites partager les diverses facettes de la vie à vos enfants; ils sont de vrais poètes!»
 
 

De reporter ces situations plus loin n'est pas, à mon avis, la solution. Pourquoi? Parce que de toute façon, les enfants ont tellement d'intuition qu'ils sentiront que quelque chose de différent se passe. Il n'est pas nécessaire de les priver de la vraie vie. Les enfants comprennent avec le cœur et c'est là la beauté de leur innocence!

Le secret est la communication. Parlez-en avec vos enfants, peu importe leur âge. La vie c'est parfois heureux et parfois triste. Ils ne vous en voudront pas pour cela; au contraire, ils seront heureux que vous les ayez intégrés à votre vie de famille.

Je crois qu'il n'y a pas d'âge idéal pour aller au salon funéraire. Selon moi, il est important de se rassurer auprès des enfants pour connaître ce qu'eux en pensent. Comment eux se sentent-ils face à ce qui se passe? Laissez-les vous en parler. Vous serez étonné de leur propos et ainsi vous éviterez de leur faire vivre une dépression plus tard. Car nier les situations difficiles ou tristes ne fait que renforcer chez l'enfant son imaginaire que la vie doit toujours être belle en toute circonstance.

Faites partager les diverses facettes de la vie à vos enfants; ils sont de vrais poètes!

Stratégies de la coach

Partagez votre joie; elle sera quintuplée
Partagez votre peine; elle sera diminuée... dans le deuil comme dans la vie!

 
 

1. Branchez-vous sur votre cœur d'enfant

L'art de parler aux enfants est bel et bien de se centrer nous-même sur notre cœur d'enfant. Le deuil est une magnifique occasion de vous rapprocher de vous-même et de vos enfants. Car cette fibre d'humanité n'a pas de prix!

2. Faites-vous confiance!

Il est clair que de protéger ses enfants est la priorité des parents. Toutefois, en établissant cette connexion avec vos enfants, il sera facile de faire face ensemble à un événement plus difficile! Être parents ne signifie pas avoir le contrôle, mais vivre le moment présent!

3. Restez connecté à vos enfants

La communication est importante en tout temps. Seulement, je crois qu'elle prend une intensité plus ou moins grande selon l'intensité de la situation. Ne laissez pas vos enfants de côté lors de deuils que vous vivez. Vos enfants ont besoin d'être en connexion avec vous comme vous avez besoin d'eux!

Finalement, j'adore vous lire. J'aimerais bien connaître comment vous avez vécu des deuils en présence de vos enfants. N'hésitez pas à me laisser vos impressions en commentaires.

Ce billet a également été publié sur le blogue personnel de Danielle Brabant.

Commenter cet article

Archives