Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Des jeunes sensibilisent les citoyens à l’importance des abeilles

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Juillet 2016, 06:08am

Catégories : #ANIMAUX, #CANADA, #ENVIRONNEMENT

Des jeunes sensibilisent les citoyens à l’importance des abeilles

Des jeunes de 13 à 25 ans de la Montérégie passent leur été à s’occuper de quatre ruches installées dans un parc et à sensibiliser les gens au fait que l’avenir de la planète passe par les abeilles.

Depuis un peu plus d’un an, des jeunes de la Tribune jeunesse de Saint-Bruno-de-Montarville soucieux de l’environnement et de la survie des abeilles transmettent leur passion à travers différents ateliers.

Ils croient être en mesure de récolter 40 kilos de miel d’ici la fin de l’été.

Le 11 juillet dernier, une quarantaine d’enfants n’avaient des yeux que pour les abeilles urbaines. «J’étais très curieuse, les jeunes m’ont charmée. Ils ont fait du porte-à-porte, pour sensibiliser le voisinage à l’importance des abeilles. Depuis l’installation des ruches, je vais admirer les insectes presque tous les jours», a dit fièrement Monique Rondeau qui habite à 500 mètres du parc du Frère-Marcel-Alary là où sont situées les ruches urbaines.

«On veut éduquer la population, on veut que les Montarvillois soient fiers des ruches urbaines», s’est exclamé Louis-Philip Prévost, président et cofondateur de la Tribune jeunesse.

Louis-Philip Prévost et Rose St-Pierre, cofondateurs de la Tribune jeunesse de Saint-Bruno, qui s'occupe de ruches urbaines.
PHOTO COLLABORATION SPÉCIALE MAGALIE LAPOINTE

Endroit idéal

Au printemps 2015, les 12 membres de la Tribune jeunesse de Saint-Bruno-de-Montarville ont proposé au conseil municipal le projet des ruches urbaines, il a été accepté à l’unanimité.

Selon Louis-Philip Prévost, Saint-Bruno-de-Montarville serait une ville de choix pour les abeilles grâce à sa diversité florale. «D’un côté du parc vous avez les maisons où les gens plantent différentes espèces de fleurs, il y a également le verger où les abeilles peuvent aller se nourrir et finalement du côté nord, où il y a la montagne avec toutes ses fleurs sauvages », a ajouté M. Prévost.

Louis-Philip Prévost et Rose St-Pierre, cofondateurs de la Tribune jeunesse de Saint-Bruno, qui s'occupe de ruches urbaines.
PHOTO COLLABORATION SPÉCIALE MAGALIE LAPOINTE

L’éducation

Pour les membres de la Tribune jeunesse, éduquer les citoyens est la priorité pour la réussite de ce projet. Par exemple, rares sont ceux qui connaissaient la différence entre une abeille et une guêpe et plusieurs ignoraient l’importance de laisser les pissenlits sur leur gazon au printemps. « Les pissenlits sont les premières fleurs où les abeilles peuvent se nourrir au printemps, après nos longs hivers. Il ne faut surtout pas les arracher. Quant aux abeilles, elles sont occupées à travailler, ce sont les guêpes qui piquent, rarement les abeilles», a clarifié Rose St-Pierre.

Louis-Philip Prévost et Rose St-Pierre, cofondateurs de la Tribune jeunesse de Saint-Bruno, qui s'occupe de ruches urbaines.
PHOTO COLLABORATION SPÉCIALE MAGALIE LAPOINTE

Colonie unie

Selon Mathilde Gagnon, membre de la Tribune jeunesse, seules les personnes craintives de se faire piquer étaient hésitantes au projet. Quant à ses amis et aux adolescents de son âge, elle n’a remarqué que des réactions positives. Elle affirme être très impressionnée par l’intelligence des insectes. «Elles ont chacune leur rôle, elles ne rejettent aucune autre abeille, elles sont très travaillantes», s’est exclamée l’adolescente de 16 ans qui rend visite aux abeilles le plus souvent possible.

Alvéole

Afin de s’assurer de la santé des abeilles, les jeunes ont fait appel à l’entreprise d’économie sociale Alvéole, qui s’occupe de l’installation des ruches, de la santé des colonies et des activités éducatives. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives