Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Comment reconnaître un patron toxique ?

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Juillet 2016, 17:19pm

Catégories : #ASTUCES, #RELATIONS, #SANTE-BIEN-ETRE

Comment reconnaître un patron toxique ?
Addict au travail, pervers narcissique, menteur, beau parleur. Vous reconnaissez votre patron ? Sachez qu’il est peut-être toxique. Avec un humour tordant, Jean-Paul Guedj, auteur et coach en entreprise, a isolé dans son livre Toxi patrons - Les bourreaux du bureau les profils type de 38 manageurs qui dérangent. Il donne aussi quelques conseils pour éviter l’intoxication.

Les patrons, on les critique. Peut-être trop souvent. Mais les patrons sont indispensables : ils créent l’emploi et permettent de générer des richesses. Ils font avancer - parfois grandir - leurs équipes et ont dans leurs mains un pouvoir décisionnel énorme : celui de signer un CDI ou une lettre de licenciement. Alors les patrons, s’ils ne sont pas toujours bons, il faut savoir composer avec. Dans son livre Toxi patrons, Jean-Paul Guedj s’est justement inspiré de ces personnages, en ne faisant ressortir « que les défauts ». Et c’est drôle !

Il y a celui qui se sent tellement supérieur du point de vue intelligence qu’il faut un dictionnaire et quelques jours de réflexion pour décrypter la dernière consigne. Il y a aussi celui qui vous paterne, ou celle qui vous materne. Vous vous sentez enveloppé dans un drap de tendresse mais peut-être un peu étouffant. Ou encore, il y a le patron qui n’est jamais là. D’ailleurs vous vous demandez si vous avez vraiment un patron car ce dernier est toujours en rendez-vous. Alors quelle ligne faut-il suivre quand il n’y a pas d’ordres ?

En bon coach, Jean-Paul Guedj propose ses conseils, et dans ce cas de figure, il propose de menacer son boss d’une démission collective, histoire de le surprendre. Pire, il propose d’alerter le boss du boss. « Ah mince, lui non plus n’est jamais là ! » Pas de bol !

 

(Photo : Fotolia)

 

Ces patrons, Jean-Paul Guedj les rencontre tous les jours. Il est auteur, comédien et coach en entreprise. Son humour l’a conduit à concentrer dans un livre tous les profils de patrons toxiques qu’il nous est possible de rencontrer. Avec humour, chaque portrait est suivi des « conseils du toxicologue », histoire de sortir la tête de l’eau.

Qui sont les patrons toxiques que l’on rencontre le plus souvent ?

Sachez d’abord qu’ils ne sont pas tous toxiques. Et heureusement ! Je dirais qu’il y a autant de patrons que de caractères différents. Mais en tant que coach d’entreprise, les trente-huit profils que j’ai décrits sont quand même ceux qu’on rencontre souvent. Parfois, je lis mon livre à haute voix devant des comités d’entreprises et il n’est pas rare que les auditeurs éclatent de rire parce qu’ils ont reconnu trait pour trait leur supérieur hiérarchique. Ces patrons ont, en fait, de mauvaises méthodes de direction, ils créent un management de tensions et de difficultés.

Alors, quels sont les patrons toxiques les plus marquants dans votre livre ?

Ah, je les aime tous ! Il y a l’entourloupeur… [rires]« Il possède une façon inouïe, une exubérance formidable, un charme à vous faire oublier votre prénom. Il se révèle tout à la fois hâbleur et manœuvrier, séducteur et arnaqueur, et lorsqu’il est convaincant, vous avez de fortes chances de vous sentir… con, certes, mais surtout vaincu ! » Lui, il fait partie des toxi patrons du Cac40 et pour s’en sortir, le toxicologue déconseille fortement « d’aller le voir pour négocier une rupture conventionnelle pour angoisse, il vous transformera en deux mots en petit soldat soumis et obéissant ».

L’autre qui m’amuse beaucoup aussi, c’est le PDG en sandales de la start-up 2.0. Le fameux qui, comme son titre l’indique, se balade en sandales dans sa boîte, même en hiver.

Et que faire face à l’un d’entre eux ?

La difficulté, c’est évidemment que le rapport de force entre vous et votre boss n’est pas égal. Mais quand ça ne va pas, il y a trois solutions. Soit on ose lui dire, on négocie une relation nouvelle et moins toxique avec lui. Soit on passe par un tiers : un syndicat, un délégué du personnel voire un DRH s’il est neutre. Sinon, il y a une solution radicale : on change de boîte.

 

(Photo : Pexels.com)

 

En tant que coach, il vous arrive de dire à des patrons qu’ils sont toxiques ?

Bien sûr ! J’ai rencontré des patrons qui parfois sans le savoir étaient toxiques pour leurs collaborateurs. Il faut trouver les mots pour qu’ils puissent se remettre en question. Mais accepter d’être coaché c’est déjà impulser une dynamique de changement. Il y a aussi des patrons qui ne veulent rien savoir : c’est la politique de l’autruche ! Mais j’ai aussi rencontré beaucoup de patrons qui n’étaient pas toxiques !

Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un en passe de devenir patron ?

Ce n’est pas parce qu’on est patron qu’on est Dieu. Il faut savoir commander, donner des ordres, diriger, fixer le cap mais il faut le faire dans le respect des collaborateurs. Si on ne respecte pas ses employés, ils ne nous respecteront pas en retour.

En 2016, à quels problèmes les patrons sont-ils confrontés ?

Les vieux patrons doivent composer avec la révolution numérique et la nouvelle génération. Les 20-40 ans ne sont plus mariés à l’entreprise comme autrefois. Ils ne sont d’ailleurs pas mariés au travail non plus. Alors les patrons doivent anticiper le turnover car les jeunes ont tendance à travailler quelques mois par-ci, quelques mois par là.

Ce management entraîne forcément du stress mais, même si les tendances changent, les patrons doivent toujours savoir commander et amener aux résultats.

Ceux qui sont leur « propre patron » peuvent-ils être toxiques pour eux-mêmes ?

Et comment ! On peut être tout à fait toxique pour soi-même. Et la toxicité la plus terrible c’est justement celle qu’on s’octroie à soi-même. On peut être tyrannique vis-à-vis de soi-même. On peut ne pas savoir gérer, être hésitant ou encore dépenser tout l’argent qu’on vient de gagner. 

 Source

Commenter cet article

Archives