Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Combattre le cancer avec des œufs

Publié par MaRichesse.Com sur 4 Juillet 2016, 13:50pm

Catégories : #CANCER, #SANTE-BIEN-ETRE, #SCIENCE

Combattre le cancer avec des œufs

Avec les anticorps qu’elle fabrique à partir d’œufs de poule, une jeune entreprise en biotechnologies, Immune Biosolutions, contribue à combattre des maladies comme le cancer ou le C. difficile.

L’utilisation des anticorps est répandue pour la vaccination et, depuis une dizaine d’années, ceux-ci entrent dans la composition de médicaments. Pour les concevoir, la science a habituellement recours à des animaux comme les lapins ou les souris. Chez Immune Biosolutions, ce sont plutôt des poules qui effectuent ce travail.

«Au tout début de l’entreprise, on a trouvé une façon d’extraire les anticorps très spécifiquement du jaune d’œuf», explique le PDG de l’entreprise, Frédéric Leduc, dont les produits sont aujourd’hui distribués dans une quarantaine de pays.

Contrairement aux mammifères, la poule n’a pas besoin qu’on lui fasse une prise de sang pour obtenir l’anticorps recherché. Avec les cinq ou six œufs pondus chaque semaine par chacune de ses 50 poules, l’entreprise peut produire de 15 à 20 fois plus d’anticorps que si elle utilisait la même quantité de lapins.

«Nos anticorps sont toujours de la même qualité puisqu’on ne stresse pas nos animaux. Contrairement au lapin, d’une saignée à l’autre, le stress fait varier les anticorps. Avec les poules, elles sont heureuses et pondent toujours», assure M. Leduc.

 

Améliorer la santé

Comme de nombreux étudiants du domaine scientifique, Frédéric Leduc aurait dû quitter le Québec pour parfaire ses connaissances à la fin de son doctorat. Or, le moment de partir venu, sa conjointe a accouché de jumeaux, agrandissant la famille, qui est passée de deux à quatre enfants.

Au même moment, en 2011, un programme mis sur pied pour aider les diplômés à fonder leur propre entreprise a vu le jour. Insatisfait des anticorps déjà offerts sur le marché, le scientifique, aujourd’hui âgé de 37 ans, voulait proposer un produit de qualité supérieure.

«Dès le départ, j’ai eu la sagesse de ne pas lancer l’entreprise seul. Je n’avais pas les compétences technologiques et techniques pour le faire. À trois, on a monté le projet et on a démarré l’entreprise en 2012», dit-il.

Au départ, les entrepreneurs voulaient répondre aux besoins des scientifiques universitaires d’ici. Plusieurs facteurs, dont les compressions budgétaires dans la recherche, ont obligé le trio à revoir son plan d’affaires et à se tourner vers les entreprises pharmaceutiques, pour lesquelles deux technologies de recherche ont été mises au point.

 

Innovations

Ces innovations permettent aujourd’hui d’effectuer des recherches pour s’attaquer à la bactérie C. difficile, qui pourront un jour être appliquées à toute une série de maladies colorectales. De plus, des solutions pour soigner des cancers pour lesquels il n’existe aucun médicament pour l’instant, comme celui du cerveau, de la prostate ou du poumon, sont à l’étude.

«Au départ, notre mission était d’accélérer la recherche pour améliorer la santé des gens de partout dans le monde. On le faisait en donnant les meilleurs outils aux chercheurs, mais, aujourd’hui, on a la possibilité d’arriver nous-mêmes avec des solutions.» 

 Source

Commenter cet article

Archives