Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Ces objets connectés qui soulagent les handicaps

Publié par MaRichesse.Com sur 7 Juillet 2016, 09:24am

Catégories : #TECHNOLOGIE, #SANTE-BIEN-ETRE

Ces objets connectés qui soulagent les handicaps

Des lunettes pour les déficients visuels, des exosquelettes pour les tétraplégiques... La technologie améliore le quotidien des personnes handicapées, à défaut de pouvoir guérir leur maladie.

Permettre aux sourds d'entendre, aux aveugles de voir et aux handicapés moteurs de remarcher. À défaut de les guérir, des innovations technologiques sont capables de soulager certains handicaps. Au-delà des applications pour smartphones et tablettes qui proposent des exercices de rééducation, de nombreux objets connectés améliorent le quotidien des personnes atteintes d'un trouble des sens.

 

● Seeing AI: les lunettes qui décrivent le monde aux malvoyants

Ces lunettes sont capables de décrire aux malvoyants et aux aveugles le monde qui les entoure. Connectée à l'application Seeing AI, elles peuvent déterminer les personnes, les actions ou le lieu dans une situation donnée, en fournissant des indications comme: «Je pense que c'est un homme qui saute en l'air en réalisant une figure sur un skateboard.» Grâce à un logiciel de reconnaissance faciale, le système est également capable de connaître l'humeur et l'âge d'un interlocuteur. L'application Seeing AI a été conçue par Saqib Shaikh, un ingénieur de Microsoft basé à Londres, lui-même atteint de cécité depuis l'âge de 7 ans. Elle se connecte avec des lunettes intelligentes appelées Pivothead. «L'une des choses dont j'ai le plus rêvé depuis que je suis à l'université, c'est d'avoir quelque chose qui puisse me dire à tout moment ce qui m'entoure», explique-t-il dans une vidéo de présentation du projet. Celui-ci a été dévoilé fin mars lors du Build, la conférence annuelle de Microsoft dédiée aux développeurs.

 

● Ordyslexie: l'ordinateur adapté aux dyslexiques

C'est un cartable numérique pas comme les autres. À la croisée de la médecine et de l'éducation, l'ordinateur dénommé Ordyslexie permet aux enfants atteints de dyslexie de suivre un cours au même rythme que ses camarades.Équipé dulogiciel de bureautique One Note édité par Microsoft, l'ordinateur offre des outils adaptés à leurs troubles de la lecture, de l'écriture et de l'organisation. Un système de reconnaissance des caractères permet à l'enfant d'écrire avec un stylet sur l'écran, tandis qu'un scanner à défilement lui permet de numériser instantanément les documents distribués, comme une carte géographique. «Avec l'Ordyslexie, l'enfant reprend confiance en lui et gagne en autonomie», explique Denis Masson, le président de l'association Ordyslexie. Depuis son lancement en 2010, près de 2000 enfants dyslexiques ont eu recours à cette technologie sur les 200.000 que compte la France.

 

● SignAloud: des gants pour traduire la langue des signes

Deux étudiants de l'université de Washington ont conçu une paire de gants capable de retranscrire oralement la langue des signes. Les informations générées par le mouvement des doigts sont transférées par Bluetooth vers un ordinateur, qui les transforme ensuite en discours sonore ou écrit. La fondation Lemelson et le Massachusetts Institute of Technology (MIT) ont accordé, en avril, une récompense de 10.000 dollars aux inventeurs, qui n'ont eu besoin que de 100 dollars pour construire leur prototype. SignAloud ne fonctionne pour le moment qu'en anglais, mais les étudiants espèrent le rendre compatible avec d'autres langues.

 

● Unitact: développer le toucher chez les malentendants

«Faire du sens du toucher une force» chez les malentendants. C'est l'objectif de la start-up française Novitact et de son bracelet vibrant Unitact, qui veut venir en complément de la langue des signes. Connecté à une application, Unitact permet d'assigner un mode de vibration à chaque activité, comme se réveiller le matin ou suivre un itinéraire en ville. Des boutons permettent de donner l'alerte en cas d'urgence ou communiquer des messages essentiels à ses proches. La start-up a récemment collecté plus de 30.000 euros sur la plateforme de financement participatif Kickstarter.

NeOse, le nez virtuel développé par Aryballe Technologies.

 

● NeOse: un nez virtuel pour reconnaître des odeurs

La start-up grenobloise Aryballe Technologies a conçuun nez électronique capable de reconnaître les odeurs de la même manière qu'un humain. Cet appareil, baptisé NeOse, accompagne les personnes atteintes d'anosmie, une maladie se traduisant par une perte totale ou partielle du sens olfactif. Un ventilateur aspire les molécules des odeurspour les fixer sur des nanocapteurs, lesquels imitent les récepteurs olfactifs humains. Les données sont ensuite analysées dans le cloud avant d'être traduites sous forme de photo. NeOse peut reconnaître 150 odeurs... contre 10.000 pour l'homme. Grâce à une levée de fonds de 2,6 millions d'euros début juin auprès d'Innovacom et du Commissariat à l'énergie atomique, la start-up espère lancer son produit sur le marché professionnel d'ici à 2017.

 

● VIDI: la réalité augmentée contre la DMLA

La société française Light Vision a conçu VIDI, une paire de lunettes «à réalité augmentée» destinée aux personnes atteintes d'une dégénérescence maculaire liée à l'âge (DMLA). Cette maladie, première cause de cécité chez les plus de 50 ans, se traduit par une réduction des capacités visuelles, une déformation des lignes et l'apparition d'une tache sombre dans le champ de vision. Les lunettes VIDI restituent dans la rétine les images environnantes. L'utilisateur peut zoomer et régler la luminosité et les contrastes. Light Vision prévoit la commercialisation de VIDI dans le courant de l'année.

 

L'exosquelette robotique conçu par Ekso Bionics.

 

● Ekso: un exoquelette robotique pour se remettre sur pieds

Remplacer les fauteuils roulants avec des exosquelettes robotisés. C'est l'objectif de la société Ekso Bionics, qui souhaite redonner aux personnes atteintes d'une maladie neuromusculaire la possibilité de marcher. L'exosquelette se porte par-dessus ses vêtements avec des béquilles en complément. Une interface homme-machine analyse les gestes de la personne afin de comprendre ses intentions et exécuter le mouvement souhaité. D'un poids de 23 kilos, il permet de se déplacer à un peu moins de 2 km/h. Pas encore en vente auprès du grand public, cet exosquelette fait l'objet de plusieurs essais cliniques.

Au Japon, le constructeur automobile Honda a conçu un exosquelette semblable nommé Walking Device Assist. Il est loué environ 330 euros par mois dans certains hôpitaux et centres de réhabilitation motrice. Pour sa part, l'armée américaine prévoit d'augmenter les capacités physiques de ses soldats en les dotant de ce type d'exosquelette.

 

● Tobii: quand la vue remplace le toucher

Quand le regard remplace la souris et le clavier. Créé par une société suédoise, Tobii permet de contrôler un écran et de saisir du texte grâce aux mouvements des yeux. Une caméra infrarouge éclaire l'œil et détermine où se porte précisement le regard. Ce dispositif d'oculométrie (ou eye tracking) a étéinitialement développée pour les jeux vidéo afin de permettre aux joueurs d'effectuer des actions grâce à leurs mouvements occulaires, sans avoir à toucher leur manette. Le CHU de Tours a testé cette technologie en septembre 2015 afin d'améliorer la communication entre les soignants et les patients privés de parole.

 

● FingerReader: la lecture au bout des doigts

Avec cette bague intelligente, les malvoyants peuvent renouer avec le plaisir de la lecture. Munie d'une caméra, cette bague, qui se place sur l'index, retranscrit les textes imprimés sur papier ou affichés sur écran. Un signal sonore et des vibrations préviennent l'utilisateur lorsqu'il n'est plus sur la bonne ligne ou lorsque son doigt ne parcourt plus du texte. Les concepteurs, ingénieurs au MIT, envisagent d'étendre leur invention à un autre usage: la traduction instantanée d'un texte en langue étrangère. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives