Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Attentat de Nice: La démission de Bernard Cazeneuve, inenvisageable?

Publié par MaRichesse.Com sur 24 Juillet 2016, 03:21am

Catégories : #FRANCE, #POLITIQUE

Attentat de Nice: La démission de Bernard Cazeneuve, inenvisageable?

« Bernard Cazeneuve a toute ma confiance ». Plus d’une semaine après l’attentat de Nice qui a coûté la vie à 84 personnes, François Hollande a réitéré, à la sortie d’un conseil de défense vendredi matin, son soutien au ministre de l’Intérieur. Depuis la publication d’une enquête par le quotidien Libération, l’ex-député de la Manche est devenu la cible de vives critiques et  est accusé d’avoir « déformé la réalité ». La publication dans le JDD, ce dimanche, de l’interview de la policière en charge de la vidéosurveillance à Nice qui accuse l’Intérieur de « pressions », a ravivé la polémique. plusieurs élus et une partie de l’opinion publique appellent désormais à la démission du ministre.

Une communication brutale 

Interrogé le 20 juillet sur son éventuelle démission dans une interview accordée au journal Le Monde, Bernard Cazeneuve a rétorqué : « On ne déserte pas le combat contre le terrorisme et pour la République, on le mène jusqu’au bout. On n’abandonne pas ses troupes ». A la suite de la publication de l’article de Libération, le ministre n’a pas hésité à évoquer, dans un communiqué publié à 1h du matin, « des procédés qui empruntent au complotisme » et à « interroger la déontologie des journalistes ». Un ton en rupture avec son flegme habituel mais qui n’est pas sans rappeler la communication, brutale, engagée après la mort du militant écologiste Rémi Fraisse le 26 octobre 2014 à Sivens, après le tir d’une grenade offensive.

>> A lire aussi : Mort de Rémi Fraisse: Cinq mensonges et arrangements des autorités avec la réalité

A l’époque déjà, une partie de la classe politique, notamment à la gauche de la gauche, avait appelé à la démission du ministre. Et à l’époque, déjà, le Premier ministre avait vivement appuyé l’action de Cazeneuve : « Je n’accepte pas et je n’accepterai pas les mises en cause, les accusations qui ont été portées en dehors de l’hémicycle à l’encontre du ministre de l’Intérieur », avait-il déclaré à l’Assemblée.

Deux ans après, dans un contexte de menace terroriste accru et après la mort de plus de deux cents personnes lors d’attaques perpétrées en France, la responsabilité de la place Beauvau et de son locataire est de nouveau engagée.

 

 

Un rôle de « fusible »

Pour autant, un départ précipité, à dix mois de l’élection présidentielle, semble bien peu probable. Pour Jean Garrigues, historien et professeur d’Histoire contemporaine à Sciences Po et à l’université d’Orléans, la vie politique française ne s’inscrit pas dans une culture de la démission, comme dans d’autres pays européens : « Ici, il y a une culture du maintien, de la stabilité, du privilège régalien. C’est le Président qui décide et la tentation de l’impunité est très forte. Si l’on se réfère à l’une des rares démissions directement liée à l’action d’un ministre en exercice, en l’occurrence la démission de Charles Hernu, ministre de la Défense de François Mitterrand, en 1985 à la suite duscandale du Rainbow Warrior, on constate qu’il ne démissionne qu’en dernier ressort sous la contrainte de la presse et de l’opinion publique ».

>> A lire aussi : Dispositif policier à Nice le 14 juillet: Cazeneuve demande une «évaluation technique» à la police des polices

Même analyse pour Christian Delporte, historien spécialiste de l’Histoire politique, vice-président de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines : « En France, on attend un remaniement et on écarte le ministre qui gêne. On ne démissionne jamais à chaud, et encore moins lorsqu’il s’agit d’un ministère régalien comme l’Intérieur ou la Défense. Et généralement, le ministre qui démissionne sert de fusible. Si Hernu a démissionné c’est parce que les investigations se rapprochaient de Mitterrand ».

>> A lire aussi : Rainbow Warrior: L'agent qui a coulé le bateau de Greenpeace s'excuse

L’exemple de la Belgique est par ailleurs régulièrement brandi par une partie de l’opposition qui dénonce l’absence totale de remise en question du gouvernement Valls. Au lendemain des attentats de Bruxelles, responsables de la mort de 29 personnes, le vice-Premier ministre et le ministre de la Justice belges avaient proposé leur démission au chef du gouvernement. Deux démissions refusées par Charles Michel. Mais la ministre des Transports, accusée par l’opposition d’avoir négligé des rapports pointant des «failles de sécurité graves» dans les aéroports en Belgique, avait elle été contrainte de démissionner le 15 avril.

Une solidarité gouvernementale

Depuis la publication de l’enquête dans Libération puis de l’interview de la policièredans le Journal du Dimanche, et la multiplication des accusations visant Bernard Cazeneuve, l’ensemble du gouvernement s’est rangé en ordre de bataille derrière le ministre de l’Intérieur pour contrer la polémique naissante. Le 21 juillet, une semaine après l’attaque de Nice, François Hollande a salué depuis Dublin (Irlande) la décision de son ministre de l’Intérieur de demander une enquête administrative à l’Inspection générale de la police (IGPN), qui « rendra son travail la semaine prochaine ». Quelques heures plus tard, le Premier ministre, Manuel Valls, a embrayé en jugeant « insupportable la remise en cause permanente de la parole de l’Etat, du préfet, des policiers ».

>> A lire aussi : Attentat à Nice: «Qu’on ne vienne pas me dire qu’on n’a pas les moyens d'éviter ça»

« C’est l’une des particularités françaises : Il faut essayer de protéger au maximum les ministres. Le phénomène de solidarité gouvernementale est une constante dans l’Histoire politique », juge Jean Garrigues.Les conclusions de l’enquête de l’IGPN, particulièrement attendues, sur le dispositif déployé à Nice devraient être communiquées dans le courant de la semaine prochaine. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives