Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Apprendrons-nous encore l’anglais quand Google pourra tout traduire

Publié par MaRichesse.Com sur 8 Juillet 2016, 06:38am

Catégories : #VIE, #GOOGLE, #TECHNOLOGIE

Apprendrons-nous encore l’anglais quand Google pourra tout traduire

La traduction automatique est partout. Nous pouvons envoyer des messages multilingues sur Facebook, tenir une conversation en mandarin sur Skype et lire le dernier article scientifique qui vient de paraître dans la langue de Shakespeare grâce à Google.

L’apprentissage de langues étrangères va-t-il devenir superflu ? Le métier de traducteur va-t-il finir par disparaître ?

« Plus proche de l’art »

« On nous dit que nous allons être remplacés par des machines depuis les années 1950 ! Pourtant nous sommes toujours là », s’amuse Björn Bratteby, le président du Syndicat national des traducteurs professionnels. Il suit pourtant avec attention les avancées dans le domaine de la traduction automatique : 

« On a d’abord utilisé des modèles informatiques qui intégraient des règles de grammaire. On a ensuite utilisé une approche statistique de la traduction. Le plus efficace reste de combiner les deux méthodes.

De plus en plus de travaux se basent sur l’intelligence artificielle. Mais tant qu’une IA ne peut pas appréhender que la traduction est plus proche de l’art que de la science exacte, nous sommes tranquilles. »

Mais pour certains textes, les logiciels de traduction lui semblent tout à fait pertinents :

« Les textes réglementaires européens sont totalement standardisés. Une machine aurait beaucoup moins de chance de se tromper dans la traduction de ce type de texte. De plus, ce serait incroyablement rapide ! »

« Plutôt une chance »

Cathy Spite, professeur d’anglais dans un lycée privé n’attend pas grand chose des outils de traductions automatiques. Elle est « assez déçue pour l’instant » de la qualité des traductions proposées. Et sur le principe, 

« Si les enfants trouvent inutile de parler anglais à cause de ça, c’est vraiment dommage  ! »

<img data-cke-saved-src="http://api.rue89.nouvelobs.com/sites/news/files/styles/mobile2-tablette-asset-center/public/assets/image/2016/07/auberge-espagnole-2002-11-g_0.jpg" src="http://api.rue89.nouvelobs.com/sites/news/files/styles/mobile2-tablette-asset-center/public/assets/image/2016/07/auberge-espagnole-2002-11-g_0.jpg" alt="Image tirée du film " l'auberge="" espagnole",="" de="" c&eacute;dric="" klapisch,="" sorti="" en="" 2002"="" style="-webkit-tap-highlight-color: transparent; box-sizing: inherit; border: 0px; max-width: 100%; font-style: italic; vertical-align: middle; display: block; margin-left: auto; margin-right: auto;">
Image tirée du film « L’Auberge espagnole », de Cédric Klapisch, sorti en 2002 - Mars Films

L’écrivain Frédéric Boyer, qui a coordonné une nouvelle traduction de la Bible et retraduit certaines œuvres de Shakespeare, estime qu’on fait ici « du catastrophisme à deux balles » :

« Je pense que c’est plutôt une chance. Ce genre de traducteur automatique peut permettre de décomplexer le rapport que l’on a avec une langue étrangère.

Si une langue fait partie de notre quotidien, on va peut être avoir envie de l’apprendre.

Echanger avec des personnes qui ne partagent pas notre langage accompagne la diversité culturelle, c’est loin d’être catastrophique. »

« Ça crée des liens »

Magda Lates, photographe roumaine, parle couramment le roumain, l’anglais, le grec et le français. Elle nous avoue être toujours embêtée au moment d’écrire sur les réseaux sociaux.

« J’ai beaucoup d’amis d’origines et de langues différentes. J’écris donc tous mes posts en anglais même si je sais que, du coup, certains ne vont pas les lire. »

Si la traduction instantanée pourrait résoudre ce problème, elle reste cependant assez méfiante. 

« Ce qui m’embêterait c’est que mes amis n’aient pas accès à mon texte d’origine. Il faut pouvoir contrôler ce qu’on dit sinon ça peut être dangereux, surtout sur les réseaux sociaux. »

Installée en France depuis 2007, elle ne voit pas comment l’apprentissage des langues pourrait devenir facultatif. 

« On est obligé de parler la langue du pays ou l’on vit. Surtout en France  ! Les Français ne sont pas forcément à l’aise en anglais donc pour te faire comprendre tu n’as pas le choix. Et puis c’est rigolo d’apprendre une nouvelle langue, ça crée des liens. » 

 

Commenter cet article

Archives