Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


7 conseils pour mieux guérir d'une capsulite à l'épaule

Publié par MaRichesse.Com sur 6 Juillet 2016, 12:25pm

Catégories : #ASTUCES, #SANTE-BIEN-ETRE, #DOS

7 conseils pour mieux guérir d'une capsulite à l'épaule

Votre épaule vous fait mal? Vous avez de la difficulté à lever le bras, à vous habiller ou à vous coiffer en raison de la raideur articulaire? La capsulite (rétractile) de l'épaule est un problème qui concerne bon nombre de personnes et qui perturbe de façon significative la vie de tous les jours, incluant le sommeil. Voici des explications et des conseils pour vous aider à résoudre ce problème et récupérer, le plus rapidement possible, une saine mobilité et des mouvements libres et exempts de douleur. Bonne lecture!

 

Ce qu'est la capsulite?
​​
La capsule de l'épaule est une enveloppe qui recouvre l'articulation. La capsulite ou l'épaule gelée (frozen shoulder) se présente comme une raideur marquée des mouvements de l'épaule, apparue de façon graduelle ou brutale. La capsulite a aussi des impacts négatifs sur d'autres structures anatomiques comme les ligaments et les muscles entraînant des pertes souvent importantes de mobilité et de force.

 

Qui est concerné?

Selon certaines études, de 3 à 5% de la population serait, un jour ou l'autre, concerné par la capsulite de l'épaule; et près de 20% des personnes diabétiques. Elle toucherait davantage les femmes que les hommes et l'âge moyen se situe entre 40 et 60 ans. La durée varie de quelques mois à quelques années dans les cas les plus complexes. Les deux épaules seraient concernées dans 20% des cas.

 

3 phases

La capsulite de l'épaule s'installe en trois phases, dont les durées peuvent varier d'une personne à l'autre. 

  1. Diminution soudaine ou graduelle de mobilité.
  2. Une incapacité quasi complète de bouger.
  3. La récupération relativement lente du mouvement.

 

Les principales causes

Il existe deux grandes catégories de capsulites. D'abord, les capsulites primaires qui sont idiopathiques, c'est-à-dire que l'origine du problème n'est pas identifiée. Les capsulites secondaires sont causées par un problème de santé comme une chirurgie, un cancer, un AVC, un traumatisme et même une tendinite ou une déchirure musculaire. Le diabète serait un des principaux facteurs de risque.

C'est gratuit : abonnez-vous à l'infolettre de Denis Fortier pour recevoir les nouveaux articles.

 
 

Un point encourageant

Il m'arrive fréquemment de traiter des patients aux prises avec une capsulite de l'épaule. Cette condition de santé est parfois difficile à vivre pour ces personnes, car plusieurs mouvements deviennent quasi impossibles à réaliser, principalement en raison de la raideur et de la faiblesse. Un point encourageant: même s'il est indispensable de récupérer la mobilité de l'épaule, idéalement complètement, un gain de 20 à 30% fait souvent une immense différence dans les mouvements du quotidien. 

 

7 conseils pour mieux guérir d'une capsulite ​​

 

  1. Obtenez un diagnostic par une personne compétente. Les physiothérapeutes sont formés pour évaluer vos capacités fonctionnelles et les limitations de mobilité de votre épaule ainsi que celles des régions du corps impliquées dans la mécanique de l'épaule, comme le cou et le dos. 
  2. Faites des exercices de mobilisation afin d'augmenter la mobilité et de pouvoir reprendre les mouvements de la vie de tous les jours. Ces exercices ne doivent pas augmenter la douleur, même si une certaine sensibilité peut être perçue pendant l'exécution des exercices. 
  3. Si les exercices sont difficiles à réaliser parce que la raideur est trop importante, il peut être utile que vous placiez de la chaleur (dans une serviette humide) de 10 à 20 minutes, avant les exercices, afin de faciliter le mouvement. Dès que la mobilité de votre épaule vous le permettra, faites les exercices sans mettre auparavant de la chaleur. 
  4. Évitez de faire des mouvements qui reproduisent de la douleur, particulièrement dans la vie de tous les jours. 
  5. Idéalement, consultez un physiothérapeute dès l'apparition des symptômes. Sachez que la perte de mobilité se manifeste parfois avant même la douleur et qu'il est plus facile d'agir au début de la capsulite, plutôt qu'au moment où les symptômes sont prédominants. Malheureusement, plusieurs personnes tolèrent trop longtemps la douleur ou la perte de mobilité.
  6. La participation à vos traitements et à votre programme d'exercices est fondamentale à la récupération complète de la mobilité de votre épaule. Le traitement doit donc être vu comme une collaboration étroite entre celui du physiothérapeute et ce que vous faites à la maison au quotidien.
  7. Lorsque vous aurez récupéré votre mobilité, même partiellement, et même si le traitement se poursuit, il est essentiel de faire aussi des exercices de rééducation. Ceux-ci vous permettront de retrouver votre force, votre endurance et surtout, la stabilité de votre épaule. Souvenez-vous que cette articulation est l'une des plus mobiles et que les muscles jouent un rôle essentiel dans sa stabilité. Elle est notamment essentielle dans la réalisation de mouvements complexes pour une multitude de situations, comme pratiquer un sport tel le tennis ou effectuer des mouvements propres à la préparation des repas. Il est donc indispensable que les exercices de rééducation incluent des principes de stabilité de l'épaule. Par exemple, se placer dans la position de push-up, mais en plaçant ses mains sur une surface instable comme un ballon suisse. Notez que ce type d'exercice doit être adapté à vos capacités. La stabilité est certainement l'un des paramètres de la rééducation les plus souvent négligés. 

 

Faites un programme d'exercices

Voici un programme d'exercices tirés de mon plus récent livre. Vous trouverez aussi des informations pertinentes sur la santé des os et des muscles ainsi que sur la mobilité. Que vous fassiez celui-ci ou un autre de votre choix, souvenez-vous qu'un programme d'exercices n'est pas un festival de la torture. Et suivez les principes de progressivité, c'est-à-dire que vous devez adapter à vos capacités l'amplitude des mouvements faits pendant les exercices ainsi que la vitesse et le nombre de répétitions. La progression doit se faire lentement, par exemple, lorsque la mobilité de votre épaule le permet. Au besoin, prenez une journée de repos avant de refaire les exercices. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives