Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


5 conseils pour ne pas avoir mal au coeur en voiture

Publié par MaRichesse.Com sur 26 Juillet 2016, 14:28pm

Catégories : #5-TRUCS-A-SAVOIR, #ASTUCES, #SANTE-BIEN-ETRE, #VOYAGE, #VACANCES

5 conseils pour ne pas avoir mal au coeur en voiture

Papa, Maman, j’ai mal au cœur!". Cette phrase, les parents la connaissent bien et l’appréhendent avant chaque long trajet en voiture. Mais si les adultes se plaignent moins du mal des transports, ils ne sont pas non plus exempts de ce fléau qui affecte, selon le site Maxisciences, plus de trois millions de Français. Alors que les derniers jours d’août marquent le retour vers la réalité de nombreuses familles parties en vacances, FranceSoir prodigue quelques conseils afin que le mal de cœur en voiture ne transforme pas leur trajet du retour en cauchemar éveillé. 

 

> Surveillez votre alimentation avant et pendant le voyage

S’il vaut mieux ne pas manger trop copieusement avec de prendre la voiture, voyager l’estomac vide n’est pas une solution. Le mieux est de privilégier les aliments solides (surtout les sucres lents) plutôt que liquides et d’éviter les aliments trop gras et, bien sûr, l’alcool. Pensez à boire régulièrement au cours du voyage (de l'eau) et surtout à bien hydrater les jeunes enfants.  

 

> Positionnez-vous correctement

Au cours du trajet, pensez à maintenir votre tête droite et évitez de faire des mouvements brusques. Si cela est possible, essayez de vous allonger et de garder les jambes surélevées, cela permettra de diminuer les éventuelles nausées. Si le malade a moins de 10 ans, il est préférable qu’il s’installe au milieu de la banquette arrière; s’il a plus de 10 ans, s'asseoir à côté du conducteur reste la meilleure option: cela permet de fixer l’horizon plutôt que les paysages changeants sur les côtés, ce qui aide à diminuer le malaise. 

 

> Ne vous focalisez pas sur des éléments stables

Si vous êtes malade, évitez toute activité susceptible de perturber encore d’avantage le cerveau, comme lire ou écrire. Car focaliser son regard sur des éléments stables à l’intérieur du véhicule génère une dissonance entre la stabilité de ce que l’œil perçoit et les mouvements du véhicule que l’oreille interne ressent. Au contraire, essayez de regarder par la fenêtre et d’observer le paysage au loin. Essayez de discuter avec les autres passagers afin de ne pas vous concentrer sur votre malaise: le plus important, c’est de se distraire. Si le malade est un enfant, rendez-vous sur l’article de FranceSoir  "Cinq conseils pour occuper les enfants en voiture" pour avoir des idées. 

 

> Jouez sur votre environnement immédiat pour un maximum de confort

Si vous vous sentez mal, essayez de faire en sorte que l’intérieur de l’habitacle et la conduite de votre chauffeur soient le plus confortables possible. Ainsi, il est recommandé d’ouvrir légèrement les fenêtres afin que l’air se renouvelle et fasse disparaître l’odeur des plastiques internes (particulièrement forte dans les voitures neuves, elle peut être source de nausée). Assurez-vous que le voyage soit le plus serein possible: ne mettez pas le volume de l’autoradio au maximum, demandez aux bavards autour de vous de parler calmement et suggérez, si possible, à votre chauffeur d’emprunter l’autoroute car les bruits de la voiture (et les tournants) y sont minimes. Demandez-lui enfin d’adopter une conduite calme en évitant les accélérations et les décélérations trop brutales. 

 

> N’hésitez pas à avoir recours aux médicaments (sauf pour les jeunes enfants)

Si ces quelques conseils ne suffisent pas, n’hésitez pas à avoir recours à des médicaments. Le dimenhydrinate (Gravol), à base d’antihistaminique, peut être administré à titre préventif à partir de l’âge de 2 ans une demi-heure à une heure avant le trajet. Attention toutefois, ce médicament provoquant des risques de somnolence, le conducteur ne doit absolument pas en prendre. Existe également, mais uniquement pour les adultes, la scopolamine (Transderm-V), traitement présenté sous forme d’un patch à coller derrière l’oreille et à garder pendant tout le voyage. Enfin, ces dernières années sont apparus des bracelets censés lutter contre le mal des transports en appuyant sur un point d’acupuncture pouvant prévenir des nausées. Leur efficacité n’a toutefois pas été prouvée.

Afin de choisir le meilleur traitement selon son âge et son état de santé et d'éviter de possibles interactions médicamenteuses, il est recommandé de consulter un médecin ou un pharmacien avant de prendre un médicament contre le mal des transports. 

Source

 

Commenter cet article

Archives