Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Vie et mort de Kimbo Slice : le youtubeur le plus violent de tous les temps

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Juin 2016, 04:06am

Catégories : #PEOPLE, #INTERNET

Vie et mort de Kimbo Slice : le youtubeur le plus violent de tous les temps

Kimbo Slice est mort le lundi 6 juin 2016, il avait 42 ans. Le monde l’avait découvert sur YouTube. 115 kilos de muscles, le crâne chauve, la barbe drue et les dents recouvertes d’or : il incarnait une présence menaçante venue des plus sombres recoins d’Internet. Il avait le combat dans le sang.

Making of
L’intégralité de cet article écrit par Luke O'Brien est disponible surUlyces, notre partenaire. Ulyces est un magazine qui publie des enquêtes, des grands reportages et des interviews exclusives (vous pouvez les acheter à l’unité ou vous abonner).

« Vie et mort de Kimbo Slice : le youtubeur le plus violent de tous les temps » a été traduit de l'anglais par Nicolas Prouillac et Arthur Scheuer d'après l'article « The Ultimate Fighter » paru dans Slate.com. Découvrez sur Ulyces comment les combattants de Shaolin se mettent au MMA.

L’histoire de Kimbo commence avec son premier combat filmé : une baston à mains nues tournée en 2003 qui lui a rapporté 3 000 dollars et l’a instantanément transformé en star du Net. À ses débuts, tous ses combats se déroulaient dans des coins déserts de Miami et dans ce cas précis, il s’agissait d’un petit jardin entouré de palissades en bois et de palmiers.

Kimbo arrive avec son crew, se poste face à son adversaire – un colosse appelé « Big D » – et commence à jouer des poings. Pas d’échauffement, pas de causette et pas de véritables règles. On assiste à un combat de rue très cru. Kimbo avait un don pour ça. Après sa victoire contre Big D, arrachée grâce à un crochet du gauche si violent que le visage de son adversaire s’est ouvert sous le choc, ses fans ont ajouté « Slice » après son nom.

>> Lire l’intégralité de l’article sur Ulyces.​

D’autres combattants, pourtant coriaces, ont connu un sort similaire à celui de Big D. Afro Puff, Big Mac, Chico, Dreads, Adryan : ils sont tous allés au tapis. « Finissons-en ! », grognait Kimbo face caméra avant d’achever son adversaire. Il avait l’air d’un ogre et il en jouait. On peut se demander si les palissades de Miami abritaient vraiment une telle sauvagerie, si ces féroces guerriers se donnaient réellement rendez-vous dans des lieux discrets pour se battre clandestinement.

 

Violence authentique

La réponse est oui et pas qu’à Miami. Ces rencontres étaient fréquentes entre le début et le milieu des années 2000, jusqu’à ce que l’UFC ne parvienne à redorer complètement son blason et que le MMA gagne les faveurs du grand public.

Kimbo Slice
Kimbo Slice - Ulyces

Les gens avaient soif d’une violence authentique, qui avait l’air de se dérouler à deux pas de chez eux. Les séries DVD comme Ghetto Fights, Bumfights et Felony Fights sont devenus l’objet d’un culte grandissant.

Mais Kimbo était unique. Il taillait d’étranges motifs dans les poils de son torse. Il portait autour du cou un énorme poing en or. Il était à la fois bizarre et terrifiant. Mais surtout, il était facile de voir ses combats en ligne.

 

Vidéos hébergées sur un site porno

Il y a un parallèle à faire entre son histoire et l’essor de la pornographie gratuite et omniprésente sur Internet : la possibilité de regarder ce que vous voulez, quand vous voulez, en ligne et gratuitement, peu importe la nature extrême du contenu.

 

On ne s’étonnera donc pas du fait que les combats de Kimbo étaient au départ diffusés sur un site porno – après avoir été videur dans un strip club, il est devenu agent de sécurité pour une entreprise de Miami spécialisée dans la pornographie.

Mais Kimbo a attiré l’attention du grand public quand ses vidéos ont commencé à être postées sur YouTube. En 2006, il était devenu une légende urbaine, un bagarreur qui s’était fait tout seul et qui était sorti de sa misère grâce aux vidéos en streaming.

De la rue au ring

En 2008, Kimbo Slice est passé au MMA et, contre toute attente, il a fait la couverture du magazine ESPN, le menton appuyé sur sa main comme Le Penseur de Rodin.

Couverture ESPN
Couverture ESPN

Le journaliste Dan Le Batard a déterré son histoire et révélé que Kimbo, alias Kevin Ferguson, était une future star du football américain au lycée, avant que ses espoirs de jouer dans l’équipe universitaire ne soient réduits à néant par l’ouragan Andrew.

Il s’est ensuite retrouvé à la rue et vivait dans sa Nissan Pathfinder, se lavant dans l’océan. Le Batard décrivait la trajectoire hors du commun d’un homme en passe de devenir riche après avoir vécu dans la misère la plus noire.

Cependant, cette attention grandissante a fini par miner la redoutable légende de YouTube. Kimbo était l’incarnation de la destruction sur petit écran, un Mike Tyson des premières heures de l’ère d’Internet. Il était si méchant qu’on en venait à douter de l’authenticité des combats.

La justice de la rue

Mais Kevin Ferguson était une vraie personne, un immigré bahamien et père de famille luttant pour sa survie et le bien-être de ses six enfants. Certes, il aimait se battre.

Certes, il travaillait pour l’industrie du porno, mais c’était un homme plein de dignité. D’après Le Batard, Big D « terrorisait le quartier en répandant le crime et la peur » jusqu’à ce qu’il morde la poussière dans la première vidéo de Kimbo. La justice de la rue avait parlé.

​>> Il vous reste 45 % de l’histoire à lire gratuitement ici.

 

Commenter cet article

Archives