Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Que faire quand l'eau menace son habitation?

Publié par MaRichesse.Com sur 2 Juin 2016, 20:16pm

Catégories : #ASTUCES, #MAISON

Que faire quand l'eau menace son habitation?

La France a les pieds dans l’eau. Routes coupées, transports interrompus et des milliers d’habitations inondées :  les pluies diluviennes qui s’abattent sur le pays depuis une semaine n’en finissent plus de faire des dégâts. Ce jeudi, alors que six départements (Essonne, Loiret, Loir-et-Cher, Cher, Indre, et Indre-et-Loire) sont en vigilance orange, la Seine-et-Marne, elle, reste au degré de vigilance maximal. Dans le même temps, alors que la crue se déplace vers Paris, la Seine a elle aussi été placée en vigilance orange. Dans la journée, François Hollande a annoncé que l’état de catastrophe naturelle serait reconnu dans les territoires touchés par les intempéries dès le prochain Conseil des ministres.

Pour des centaines de milliers de personnes, il s’agit désormais de protéger leur habitation ou, pour celles qui sont déjà sinistrées, d’entamer les démarches pour être indemnisées. Voici la marche à suivre.

 

Prendre de la hauteur

Pour ceux dont l’habitation ou le véhicule sont menacés par les eaux,les assureurspréconisent quelques mesures simples qui permettent de protéger ses biens au maximum. « Dans la mesure du possible, il faut essayer de garer son véhicule sur un point haut de sa commune », conseille Jean-François Sutter, directeur indemnisation chez Allianz France. « Mais attention, la sécurité des personnes prime sur la préservation des biens ». « Si votre voiture est garée en sous-sol alors que le niveau des eaux est élevé, c’est trop tard, il ne faut pas prendre de risques inconsidérés », insiste-t-il. « Idem s’il est stationné près de berges, c’est trop dangereux », abonde Joaquim Pinheiro, directeur général des sinistres chez Covéa, qui regroupe la MAAF, MMA et la GMF.

Lors des inondations qui ontfrappé la Côte d’Azur en octobre 2015, plusieurs personnes avaient perdu la vie en tentant de déplacer leurs véhicules.

Côté habitat, « il faut penser à sécuriser en hauteur et dans une boîte hermétique tous ses documents importants : papiers d’identité, contrat de mariage ou encore titre de propriété », recommande Jean-François Sutter. « Mais aussi ses factures, cela facilite les démarches d’indemnisation en cas de sinistre », complète Joaquim Pinheiro. Autant que possible, il est aussi recommandé de « calfeutrer les voies d’entrée d’eau de son habitation », explique-t-il. « Une petite digue de sable peut la protéger et retarder l’infiltration de l’eau chez soi ». Ensuite, si on a suffisamment de temps devant soi, mieux vaut surélever ses meubles et équipements électroménagers pour qu’ils ne soient pas endommagés par l’eau. On grimpe ce qu’on peut à l’étage, si on en a un, ou on place un maximum de biens sur des parpaings. « Il faut aussi penser à surélever les produits dangereux et toxiques, type produits de jardinage », ajoute Jean-François Sutter, « pour éviter la contamination de l’eau et des dégâts supplémentaires sur les murs ou les meubles en cas d’inondation ». Et, si on a une cave, ne rien laisser de valeur à l’intérieur.

 

Déclarer le sinistre

« La première chose à faire, c’est de déclarer son sinistre auprès de son assureur », conseille Joaquim Pinheiro, de Covéa. Les délais de déclaration sont courts : cinq jours en temps normal, dix jours en cas de catastrophe naturelle, mais « nombre d’assureurs vont prolonger ce délai pour permettre à leurs sociétaires de faire leur déclaration », précise-t-on chez Allianz et Covéa, où ce délai a été reporté à fin juin. « Nos sociétaires peuvent déclarer leur sinistre par internet, par téléphone, en agence ou dans nos unités mobiles », indique Joaquim Pinheiro. Ce jeudi, le groupe Covéa a déployé deux unités mobilesà Nemours en Seine-et-Marne, où les dégâts devraient être massifs, et une du côté de Longjumeau, en Essonne, où plusieurs milliers de personnes ont dû être évacuées.

 

 

« Pour la constitution du dossier, il faut prendre des photos des biens, murs et sols endommagés », prescrit le directeur général des sinistres de Covéa. « Elles serviront lors de l’expertise des dommages ». Dès que l’on retourne chez soi, « il faut aussi évacuer l’eau au plus vite et assécher son habitation, en prenant soin de bien ventiler les pièces », détaille le directeur indemnisation d’Allianz. Parce que les dégâts ne sont pas visibles avant cela, ce n’est qu’après la décrue et une fois que l’eau a été évacuée et l’habitation asséchée que l’expert se déplace pour évaluer les dommages. « Mais pour les situations les plus urgentes, une avance sur indemnisation peut être mise en œuvre », assure Joaquim Pinheiro.

Une fois le sinistre déclaré et le dossier constitué, les délais d’indemnisation devraient être assez rapides, entre deux et quatre semaines en moyenne selon les cas. 

 Source

 

Commenter cet article

Archives