Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Quand ils font caca, les paresseux risquent vraiment leur vie

Publié par MaRichesse.Com sur 23 Juin 2016, 04:29am

Catégories : #ANIMAUX, #VIE

Quand ils font caca, les paresseux risquent vraiment leur vie

Ce rendez-vous, hebdomadaire, est une épreuve pour le petit animal.

Tout d’abord, commençons par un constat: le paresseux est un animal tellement mignon que c’en est presque violent. Chacun de ses mouvements, qu’ils soient lents ou maladroits, ferait fondre n’importe quel cœur blasé par des années d’images de chatons. Voici quelques gifs pour vous en convaincre.

 

 

 

Mais, derrière ce visage souriant se cache un terrible secret, un drame pour l’espèce toute entière: la grosse commission. Chez l’homme, si tout va bien, le rendez-vous avec ses toilettes est routinier, quotidien, banal. Mais, chez le paresseux, faire caca est un rendez-vous hebdomadaire périlleux. Le Washington Post, qui a décidé de montrer la part sombre de cet animal, est allé à la rencontre de Valentino, paresseux de 5 mois, et Cathy Schlott, qui travaille au zoo de Pittsburgh. Cette dernière explique ainsi que faire caca «est une occasion spéciale» car, «quand les vannes s’ouvrent, il y a une grosse production».

Quand il fait caca, il peut perdre un tiers de son poids

Pendant l’interview, l’improbable s’est produit: «Valentino, que soit béni son petit cœur, a commencé à faire caca», écrit le journaliste. Pour cette espèce bien particulière, et chez laquelle la constipation est normale, chaque défécation est comme «donner naissance» et produit un excrément comparable «à la taille et la couleur d’une banane pourrie».

Il faut savoir que le paresseux peut perdre un tiers de son poids lorsqu’il fait caca, et une biologiste de Swansea University a raconté au journal avoir pesé un jour un excrément de presque 1 kilogramme.

La vidéo du caca de Valentino est disponible ci-dessous et, on vous prévient, elle est très impressionnante.

 

Cette situation, exceptionnelle, ne correspond évidemment pas aux conditions habituelles des défécations chez les paresseux. Pour accomplir leur mission, les paresseux vivant dans la nature descendent de leur arbre, ce qui représente un réel danger, et pas seulement à cause des prédateurs au sol. En 2014, le Smithsonian Magazine est allé voir Jonathan Pauli, un spécialiste des mammifères de l’université du Wisconsin. Ce dernier expliquait alors que le trajet vers le sol pour faire ses besoins représentait une perte d’énergie drastique pour l’animal dont le métabolisme est très lent. «C’est comme si vous deviez aller aux toilettes et que vous deviez faire une course de cinq kilomètres avant d’y aller. C’est très risqué, et très coûteux en énergie.»

Quoi qu’il en soit, une fois la grosse commission accomplie, on a peu de mal à comprendre le soulagement du paresseux, qui peut enfin retourner roupiller sur sa branche.

 

Commenter cet article

Archives