Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Voici le premier fonds d’investissement décentralisé et sans patron

Publié par MaRichesse.Com sur 27 Mai 2016, 05:07am

Catégories : #ECONOMIE, #MONDE, #NEWS

Voici le premier fonds d’investissement décentralisé et sans patron

Au début du mois de mai, la société allemande Slock.it a lancé un projet de crowdfunding : la DAO (Decentralized Autonomous Organization). En moins d’un mois, le projet a explosé les records de participation. Avec 150 millions de dollars réunis (environ 135 millions d’euros), il s’agit aujourd’hui du plus grand succès dans l’histoire du financement participatif.

Capture d'écran
Capture d’écran - Slock.it

Valentin, un entrepreneur de 30 ans, a investi dans la DAO l’équivalent de 1 300 euros en ethers – un ether, une monnaie virtuelle dont on commence à beaucoup parler, vaut actuellement environ 13 dollars (11,6 euros). Il défend son choix :

« Aujourd’hui, c’est l’Etat qui me dit qu’un billet vaut 20 euros. Si je veux acheter un appartement, je dois aller chez le notaire, c’est-à-dire une autorité assermentée par l’Etat pour valider que l’acte est légal.

C’est pour trouver une alternative à ça que j’ai investi dans la DAO. Je substitue l’Etat à l’autorité collective, décentralisée et commune proposée par la DAO. »

 

Participer à la prise de décision

De son côté, Primavera de Filippi y a aussi investi des ethers, à des fins « ethnographiques », précise-t-elle. Parce qu’elle est spécialiste du sujet, on lui a demandé de décrire le DAO aussi simplement que possible :

« Le projet DAO ressemble à un fonds d’investissement basé sur la technologie blockchain. »

La blockchain, pour mémoire, c’est ça :

 
La « blockchain » expliquée à ta belle-mère

Primavera de Filippi poursuit :

« Dans le cas d’un fonds d’investissement traditionnel, je mets mon argent dans ce fonds et des investisseurs expérimentés vont décider où le placer. Je leur fais confiance parce qu’ils ont une expertise que je n’ai pas.

Là, l’idée avec la DAO, c’est que je mets mon argent dans un fonds d’investissement où je participe à la prise de décision en ce qui concerne l’investissement. Cela peut donc être assimilé à un fonds d’investissement décentralisé, où disparaît la distinction entre ceux qui décident d’investir et ceux qui investissent. » 

Illustration blockchain
Illustration blockchain - Naobim/Pixabay/CC

Une fois qu’il y a investi des ethers, un investisseur récupère des « tokens » (« jetons ») qui lui permettent de voter en faveur, ou non, du financement d’un projet. Ces projets peuvent porter sur le financement d’une start-up, d’une nouvelle technologie, mais aussi l’amélioration de la DAO elle-même.

Un projet important nécessite un grand nombre de votants, et parmi ces votants, une majorité de personnes favorables au financement. Pour un projet qui nécessite un financement moindre, un nombre moins important de votants est requis, mais une majorité de personnes favorables est tout de même nécessaire. 

 

La foule contre les experts

L’une des conséquences directes qu’entrevoit Primavera de Filipi, c’est l’implication des investisseurs dans leurs investissements. Contrairement aux firmes de « Venture Capital » qui investissent des sommes dont elles ne sont pas propriétaires, les investisseurs de la DAO pourraient se montrer plus prudents car cet argent leur appartient. La suite va être intéressante à observer  :

« L’intelligence de la foule est-elle aussi intelligente que celle d’experts dans des questions aussi spécialisées ? »

En tout cas, pour elle, le projet DAO a déjà « prouvé que les théories auparavant spéculatives sur la blockchain ont désormais des applications bien réelles ». 

 Source

 

Commenter cet article

Archives