Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Une molécule capable d'éradiquer tous les virus

Publié le 19 Mai 2016, 10:37am

Catégories : #SCIENCE

Une molécule capable d'éradiquer tous les virus

En collaboration avec une équipe de chercheurs de l'Institut de biotechnologie et de nanotechnologie de Singapour, IBM Research a développé une macromolécule capable d'éradiquer et de prévenir tous les virus: Ebola, herpès, chikungunya...

Comme l'explique Popular Science, des chercheurs d'IBM et de l'Institut de bioingénierie et de nanotechnologies de Singapour ont développé une macromolécule tueuse de virus. Pour la fabriquer, ils se sont concentrés sur la périphérie, et non pas sur le coeur même du virus (son ARN ou ADN). Ils ont aussi ciblé les "glycoprotéines" qui entourent les virus.

"La macromolécule créé par IBM va fonctionner en plusieurs étapes. D'abord, elle va s'attacher à ces glycoprotéines, empêchant ainsi les virus de s'attaquer à d'autres cellules. La macromolécule dispose d'une autre arme offensive, qui va réduire à néant l'acidité du virus. Grâce à cette opération, le virus aura beaucoup plus de mal à se répliquer", ajoute le Huffington Post.

Aucun signe de résistance
Dans une étude publiée dans la revue Macromolecules, les chercheurs précisent avoir testé leur macromolécule sur plusieurs virus: grippe, chikungunya, Ebola, herpès... Aucun signe de résistance n'a été relevé. Pour savoir si cette arme de destruction massive est vraiment efficace sur plusieurs virus, il faudra attendre les essais cliniques sur des animaux et des hommes.

IBM aimerait également tester cette macromolécule sur des lingettes antivirales ou avec des sprays. "Si vous avez un certain nombre de patients d'Ebola dans un hôpital et que vous voulez contrôler l'infection, vous pourriez brumiser la salle avec des macromolécules en suspension dans l'eau. Elles devraient se lier au virus et empêcher de nouvelles infections", a souligné James Hedrick, l'un des chercheurs d'IBM ayant travaillé sur le projet, au magazine Forbes.

source

Commenter cet article

Archives