Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Taille du homard : les pêcheurs de l'Île-du-Prince-Édouard craignent de perdre des parts de marché

Publié le 22 Mai 2016, 15:27pm

Catégories : #ECONOMIE

Taille du homard : les pêcheurs de l'Île-du-Prince-Édouard craignent de perdre des parts de marché

Des pêcheurs de l'Île-du-Prince-Édouard craignent de perdre des parts de marché à la suite de l'augmentation de la taille minimale du homard qu'ils peuvent capturer.

Un texte de Fanny SamsonTwitterCourriel

Le gouvernement fédéral a annoncé vendredi que la taille minimale de la carapace du homard va passer de 72 mm à 77 mm d'ici 2018 dans la zone de pêche 25, entre le Nouveau-Brunswick et l'Île-du-Prince-Édouard.

Les pêcheurs insulaires s'opposent depuis de nombreuses années à l'augmentation de la taille minimale du homard, car ils disent que la demande pour les petits homards est élevée.

Selon Gérald Arsenault, qui pêche le homard depuis 30 ans, la pêche se porte bien à l'Île-du-Prince-Édouard et le ministère n'avait pas à imposer un changement.

J'en pense qu'ils ont été trop à l'extrême. Il n'y a pas de problème dans la pêche. La pêche n'a jamais été aussi haute que dans les dernières années.

Gérald Arsenault, pêcheur de homard

Ottawa explique que sa décision est basée sur des données scientifiques. Gérald Arsenault s'interroge à ce sujet. « Les sciences qu'on a sur l'île disent qu'il n'y a rien de scientifique par grandir. À 72 mm, c'était assez pour la reproduction », dit-il.

Il n'est pas seul à craindre le pire. Normand Arsenault, un autre pêcheur de l'île, pense que le gouvernement a tranché en faveur des pêcheurs du Nouveau-Brunswick parce qu'ils constituent la majorité.

« L'île et le Nouveau-Brunswick sont les seuls dans le monde qui ont [la taille] de homard qu'on a. C'est le plus petit, là, et il y a des marchés pour ça », affirme Normand Arsenault.

Carte des zones de pêches en Atlantique
Carte des zones de pêches en Atlantique   PHOTO : ICI RADIO-CANADA

L'augmentation de la taille minimale risque de faire perdre des parts de marché aux pêcheurs de l'île, qui vendent surtout du petit homard.

« Nous avons un bon marché pour le [homard de conserverie]. À cette heure, ça se vend au Japon, en Europe, et il n'y a pas de trouble. Nos compagnies nous disent qu'il n'y a pas de trouble avec le marché. Ça se vend bien », souligne Normand Arsenault.

« On va en perdre, ça, c'est sûr. Tu vas perdre du marché. À tous les mm que tu mets, ils disent que tu perds une certaine quantité de homard qu'ils veulent », ajoute Gérald Arsenault.

Les pêcheurs insulaires ne veulent pas d'augmentation, mais si elle est nécessaire, ils préfèrent qu'elle soit imposée de façon graduelle.

source

Commenter cet article

Archives