Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Pour se consoler du billet de 500 euros, ces grosses coupures qui ne valent rien

Publié le 10 Mai 2016, 11:28am

Catégories : #ECONOMIE

Pour se consoler du billet de 500 euros, ces grosses coupures qui ne valent rien

La Banque Centrale Européenne (BCE) prend des mesures pour couper l’herbe sous le pied des trafiquants. Ainsi, le billet de 500 euros va disparaître en 2018. Si vous voulez flamber avec des grosses coupures, il est toujours possible de sortir de la zone euro.

Les apparences sont parfois trompeuses quand on regarde des billets. En Europe, la coupure de 500 euros, qui sera supprimée en 2018, constitue une somme conséquente. Elle ne représente selon la BCE que 3,2% des billets en circulation et se révèle parfaite pour les transactions des trafiquants. Selon un rapport de l’office de police criminelle intergouvernemental Europol, un million d’euros en billets de 500 euros occupe l’espace d’une petite sacoche et ne pèse qu’un peu plus de deux kilos.   

Par sa position dominante sur le marché des changes et sa volonté de concurrencer le dollar, l’euro ne présente aucun billet à plus de trois chiffres. Ce qui n’est pas le cas de certaines monnaies qui se sont laissées emportées dans la rivière de la dévaluation.

Le shiling tanzanien (1€ = environ 2.500 shillings tanzaniens)


Le shilling tanzanien fait partie des monnaies les plus faibles d’Afrique. Néanmoins, son taux de conversion en euro reste raisonnable quand on le compare à d’autres devises du globe.

Le peso colombien (1€ = environ 3.300 pesos colombiens)


Ses billets de 1.000, 2.000, 5.000, 10.000, 20.000, 50.000 et 100.000 pesos de très faible valeur condamnent la monnaie colombienne aux usages de la vie courante. Pas étonnant de voir les narco-trafiquants de l’État d’Amérique du Sud privilégier le dollar pour régler leurs deals. À moins d’avoir beaucoup de place.

La roupie indonésienne (1€ = environ 15.000 roupies indonésiennes)


Avec ses coupures jusqu’à 100.000, la roupie indonéesienne entre dans le cercle très fermé des sept monnaies dont le taux de change est supérieur à 5.000 unités pour 1 euro. En Indonésie, tout se compte en milliers. Un plat? 5.000 roupies. Une chambre d’hôtel? 300.000 roupies (environ 20 euros).

Le rouble biélorusse (1€ = environ 22.000 roubles biélorusses)


De loin la plus faible monnaie d’Europe alors que le pays se trouve aux portes de la zone euro (Lituanie). Une devise idéale pour faire croire qu’on possède un énormémement de flouze en alignant les billets de 200.000 (environ 9 euros) façon rappeur américain. Heureusement, cette monnaie sera remplacée le 1er juillet 2016 par le nouveau rouble biélorusse. Chaque nouvelle unité vaudra alors 10.000 anciens roubles.          

Le rial iranien (1€ = environ 34.000 rials iraniens)



La championne du monde des monnaies les plus faibles. Elle a si peu de valeur que les Iraniens n’utilisent même plus les shahis, l’équivalent des centimes d’euros. Les coupures grimpent jusqu’à 500.000 et même 1.000.000 rials (environ 28 euros). Pour obtenir l’équivalent de 500 euros, il faut un peu plus de dix-sept millions de rials iraniens.

Collector: Le dollar du Zimbabwe 


Parfois, la dévalutaion est si énorme que certains pays émettent des billets farfelus. C'est le cas du Zimbabwe et de son dollar qui parviendra à un billet à quinze chiffres avant sa dispartition en 2009 et une considérable réévaluation de la monnaie du pays africain. 

Bruno Cravo

source

Commenter cet article

Archives