Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Onze adresses incontournables à Paris quand on aime le whisky

Publié le 19 Mai 2016, 09:44am

Catégories : #ALIMENT, #ALCOOL

Onze adresses incontournables à Paris quand on aime le whisky

Les lieux dédiés à l’adoration du malt ne sont (malheureusement) pas si nombreux dans la capitale. Raison de plus pour se refiler les bons plans.

La Joconde, ça va cinq minutes (1). Alors, pour votre prochaine tranche de temps libre à savourer dans la capitale, laissez tomber les musées, les galeries, la tour Eiffel et la soirée théâtre ou concert: les œuvres d’art et le spectacle sont ailleurs, dans ces boutiques, bars et restaurant –et je vous défie d’en ressortir la glotte sèche ou le porte-monnaie ficelé.
 

1.La Maison du whisky

On ne présente plus les lieux. Si? L’iconique vaisseau amiral de la rue d’Anjou tient fièrement ses quartiers depuis soixante ans. Et pour cet anniversaire, l’offre de whiskies la plus exhaustive de Paris va encore s’enrichir de quelques embouteillages «spécial birthday» à guetter du coin de l’œil. Je ne vous en dis pas plus, retenez votre salive. La boutique est sublime, et sa salle des collectors attire autant de touristes que la tour Eiffel (avec moins d’escaliers). Mais on peut trouver son bonheur quelle que soit la couleur de sa CB. Laissez-vous guider par Jean-Marc, Salvatore et leurs équipes, qui distribuent les étoiles dans les yeux.

Le petit plus: Les workshops, ateliers dégustations, organisés régulièrement dans la cave voûtée.

LMDW, 20, rue d’Anjou, Paris VIIIe

 

2.The Whisky Shop

Après une vingtaine de boutiques au Royaume-uni, l’enseigne a ouvert début avril à Paris sa première adresse hors de l’île. Un lieu à la fois prestigieux et convivial comme seuls les Brittons savent les réussir. Un écrin luxueux qui sait mettre les marques en valeur –à l’étage, Johnnie Walker allonge ses longues jambes dans un salon privé, et la Angel’s Room fournit un espace éphémère aux grandes griffes du malt. Mais on dénichera également quelques exclus pour connaisseurs, par exemple des flacons Hunter Laing ou Loch Fyne, un indépendant que la boutique souhaite développer en France.  

Le petit plus: la possibilité de faire graver et personnaliser sa bouteille de Johnnie Walker.

The Whisky Shop, 7, place de la Madeleine, Paris VIIIe.

 

3.Julhès

Un joyeux foutoir où les quilles de grande noblesse se mêlent à la plèbe du malt en toute convivialité. C’est ça, l’esprit Julhès: pas d’a priori, pas de dogmes, juste du bon goût et de la curiosité, à l’image de ce faubourg qui continue à brasser les origines. Parmi les 5 (bientôt 7) boutiques de l’épicerie, dirigez-vous vers celle qui côtoie la Distillerie de Paris, et surplombe les stocks. Car toutes les merveilles (et notamment les collectors) ne sont pas en rayons. Demandez. Regardez. Goûtez. Car, oui, cas unique à Paris, la plupart des bouteilles sont ouvertes à la dégustation.

Le petit plus: la seule adresse capable de proposer des promotions sur des flacons que tout le monde s’arrache.

Julhès, 60, rue du Faubourg-Saint-Denis, Paris Xe

 

4.Harry's Bar

Une institution qui traverse les modes et les époques depuis qu’en 1911 un Américain sentant approcher la Prohibition trouva judicieux de déboulonner son bar new-yorkais pour le remonter à Paris. Dans la vitrine à l’entrée, inclinez-vous devant la brochette de vénérables collectors –les Macallan 1938 et 1940 s’«offrent» à vous pour 240 € le verre–, du liquide près à se transformer en rêve. Essayez de ne pas baver sur le plancher. À la carte des whiskies (façon de parler, elle est quasi inexistante), quelque 370 flacons se bousculent, beaucoup de raretés, de vieux vintages, de quoi vous faire clignoter durablement les mirettes et les papilles.

Le petit plus: la possibilité d’acheter sur place, moyennant 50 €, le Bowmore 10 ans 2002 embouteillé spécialement pour le Harry’s.

Harry’s Bar, 5, rue Daunou, Paris IIe.

 

5.Le Forvm

Après neuf mois de fermeture, cet autre mythique temple parisien du cocktail installé depuis 1931 à La Madeleine a rouvert ses portes dans son jus au début du printemps, en se déplaçant rue du Louvre. Et tous les habitués ont suivi le mouvement comme un seul homme. La carte des whiskies s’est quelque peu allégée, comme pour un nouveau départ, mais on y pioche encore quelques jolies choses (les Yamazaki mizunara, Ardbeg Supernova 2010, les embouteillages d’Orcines…), sur les conseils avisés de Xavier Laigle. Surtout, l’âme et le décor du Forvm sont restés intacts, imperméables aux aléas du temps et de la géographie, point de départ et d’arrivée des amateurs de spiritueux qui luttent contre la branchitude lassante.

Le petit plus: la terrasse qui se déplie aux beaux jours.

Le Forvm, 29, rue du Louvre, Paris IIe

 

6.The Beast

Sans conteste la plus belle carte de bourbons et de ryes de tout Paris. Pléthore de pépites américaines et de quilles difficiles à dénicher en France: les Experimentals de Buffalo Trace, George T. Stagg (miaou !), E.H. Taylor, Balcones, de vieux Elijah Craig, et même quelque Pappy pour les inconditionnels du jus de sciure hors de prix. On s’installe aux grandes tables à partager et on en profite pour grignoter les superbes petites bidoches fumées façon smokehouse (pulled pork et brisket à tomber) à prix tout doux. Attention, à l’heure de chauffe, on fait la queue…

Le petit plus: de jolies bières craft pour quand il fait soif.

The Beast, 27, rue Meslay, Paris IIIe

 

7.Le sherry Butt

On y va pour les cocktails de virtuose mais, comme son nom l’indique, on y retourne pour la carte des whiskies (environ 80 références bien choisies) et pour «la bouteille rare du mois», revendue en 23 doses à prix coûtant (22 à 25 €) juste pour (se) faire plaisir. Avis aux amateurs, en mai, c’est un Brora 1982 embouteillé par Gordon & MacPhail qui tient la scène.

Le petit plus: les flights (plateaux) de dégustations thématiques.

Sherry Butt, 20, rue Beautreillis, Paris IVe

 

8.Steaking

Une belle bâtisse du vieux Saint-Germain qu’on dirait passée entre les mains de décorateurs ukrainiens rococo-bling sous crack, aux murs tendus de noir mat. Un bar en entrant, mais on se dirigera plutôt à l’étage, où s’ébroue une sympathique sélection de whiskies qui fait la part belle au «reste du monde» (tout ce qui n’est pas l’Écosse, si vous souhaitez réviser la géographie). Pour une franche barre de rire, je vous invite à lire l’onglet «Nos whiskies» sur leur site internet (sérieusement, les gars, faut pas boire le fonds de commerce!). Le lieu fait aussi restaurant de viande –moins recommandé que le bar.

Le petit plus: le fumoir à l’étage, confortable et cosy.

Steaking, 3, rue du Sabot, Paris VIe

 

9.Jefrey's

Un petit bar à cocktail chaleureux et intime comme on les aime, ambiance tamisée et musique qui ne vous emboutit pas les tympans. Quelque 90 whiskies vous y attendent, une carte qui s’étoffe petit à petit, et se renouvelle en permanence. Pendant tout le mois de mai, un partenariat avec Suntory vous met le Yamazaki Sherry Cask (49€ les 2,5 cl), le Chita (39€ les 2,5 cl) ou le blend Kakubin (16€ les 5 cl) à portée de bouche. Régulièrement, certains flacons font l’objet de prix d’appel, histoire de vous inciter à les vider pour faire de la place aux nouveaux venus, et d’ici peu des flights dégustation devraient s’inviter au menu.

Le petit plus : une belle sélection d’embouteilleurs indépendants, qui évolue en permanence.

Jefrey’s, 14, rue Saint-Sauveur, Paris IIe
 

10.Le bar du Belmont

L’ambiance feutrée et paisible indique qu’on est dans un hôtel des beaux quartiers –si l’enseigne et l’adresse ne vous ont pas déjà renseigné. Mais le magnifique bar à whisky vous réveille illico les sens. Beaucoup de classiques (cf. hôtel des beaux quartiers), mais également quelques twist et comptes d’âge honorables réunis par Alexandre, le chef bartender, passionné de malt. Demandez-lui conseil, il vous sortira les pépites.

Le petit plus: l’hôtel. Et le Spa. Entre deux verres, qui sait?

Le Belmont, 30, rue de Bassano, Paris XVIe

 

11.La Zygothèque

Le seul, l’unique restaurant parisien à déployer plusieurs centaines de whiskies, dans une ambiance chaleureuse qui plus est. Ici, on aime le malt, et un simple regard au bar suffira à vous en convaincre. Mais on aime aussi la bonne cuisine (et le bon vin). Ce n’est pas un hasard si l’industrie du whisky basée à Paris y a table ouverte –avis aux blogueurs qui veulent faire de l’entrisme.

Le plus: les menus whisky pour s’initier aux accords mets-malts organisés une fois par mois.

La Zygothèque, 15 bis, rue de Tolbiac, Paris XIIIe

1 — In Brèves de comptoir, Actes Sud Retourner à l'article

 

Christine Lambert

source

Commenter cet article

Archives