Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Mieux former les chômeurs: la recommandation de l’Europe à la Belgique

Publié le 18 Mai 2016, 11:38am

Catégories : #ECONOMIE

Mieux former les chômeurs: la recommandation de l’Europe à la Belgique

La Commission européenne va arrêter lors de sa réunion hebdomadaire ce mercredi, puis rendre publiques dans la foulée ses « recommandations spécifiques par pays », qui s’inscrivent le « semestre européen », soit la coordination des politiques économiques nationales. Après les bulletins qu’étaient les « rapports par pays » publiés en février dernier, il s’agit cette fois des recommandations de politique économique et budgétaire.

Selon nos informations obtenues mardi soir, alors que les débats échaudés entre chefs de cabinet se poursuivaient sur le sort des deux cas problématiques que sont l’Espagne et le Portugal – les frapper de sanctions ou pas ? – la Belgique devrait s’en tirer avec des recommandations dans la ligne des fournées précédentes. Et surtout : sans être à nouveau versée dans le volet correctif de la procédure en déficit excessif, un risque qui pend à nouveau au nez du gouvernement belge.

Voici les principales recommandations à la Belgique, qui seront structurées en trois chapitres.

1Budget

La Commission indique que la Belgique doit poursuivre la réduction de son déficit, à hauteur de 0,6 % en 2017. C’est le rythme de réduction de déficit qui a été assigné à la Belgique : l’objectif annuel était de 0,5 % de réduction les deux années précédentes, il a été revu à la hausse vers 0,6 %. (La logique étant que si la conjoncture s’améliore, l’effort doit s’améliorer aussi.) Ce rythme annuel de 0,5 ou 0.6 % restera de mise jusqu’à ce que la Belgique atteigne son objectif à moyen terme : un solde budgétaire structurel de 0,75 %.

Le rythme de réduction du déficit structurel belge s’est tout de même ralenti ces deux dernières années : il n’a été que de 0,2 % en 2015, et s’annonce selon la Commission à 0,3 % en 2016. Une progression que la Commission pourrait juger insatisfaisante. Car au regard des seuls chiffres de sa dette, la Belgique pourrait entrer à nouveau dans la branche correctrice de la procédure en déficit excessif. Notre pays en est sorti en 2014, grâce à ses efforts d’assainissement budgétaire, et en dépit d’une dette restant largement excessive (106 % aujourd’hui, au lieu des 60 % admis). Mais un ralentissement de la réduction de la dette peut peser défavorablement dans le jugement final de la Commission. Selon nos informations, ce ne devrait cependant pas être le cas pour cette fois-ci.

 

Dans ses recommandations spécifiques 2016, la Commission recommandera une nouvelle fois à notre pays d’améliorer sa coordination budgétaire, afin que chaque niveau de pouvoir prenne sa part équitable dans l’effort général. Enfin, si la Commission maintient, comme l’an passé, une appréciation favorable sur le « tax shift », elle rappellera, en substance, que le système fiscal belge manque de transparence.

2Croissance

Le couplet est connu et il est répété une fois de plus : le taux d’emploi en Belgique reste insuffisant. Ce sont toujours les travailleurs âgés, les jeunes, et, ajoute-t-on cette fois-ci, les migrants qui ont du mal à intégrer le marché de l’emploi. Dans sa livraison 2016, la Commission va mettre une emphase particulière sur les efforts à fournir par notre pays en matière d’éducation et de formation professionnelle.

Sur les rémunérations, la Commission rappellera à la Belgique, réputée et autrefois condamnée pour son indexation automatique, que les salaires doivent évoluer parallèlement à l’évolution de la productivité.

 

3Innovation et recherche

Deux points devraient être mis en exergue par la Commission. Si la Belgique se place au-dessus de la moyenne européenne en termes de dépôts de brevets, nous avons du mal à en mettre les résultats concrets sur le marché.

Enfin, la Commission va recommander à la Belgique qu’elle doit investir dans ses infrastructures vieillies. Difficile de penser que les mésaventures des tunnels, voire aussi du RER, aient échappé aux dirigeants et aux fonctionnaires de l’exécutif européen basé à Bruxelles…

source

Commenter cet article

Archives