Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les plus beaux rendez-vous astronomiques en mai

Publié le 2 Mai 2016, 11:24am

Catégories : #SCIENCE

Les plus beaux rendez-vous astronomiques en mai

Tressautant au rythme de mes foulées matinales le Soleil apparaît, poussant devant lui un bourrelet d’air réchauffé qui bouscule l’aube. Pour la première fois depuis de bien trop longues semaines le ciel est d’un bleu délicieux qu’aucun nuage n’altère. Derrière les silhouettes sombres des oliviers secoués par un vent étourdissant, Vénus scintillait encore il y a peu comme une bouée lumineuse prise dans la tourmente océane. Hier soir, à peine troublée par les coassements de quelques grenouilles amoureuses et les stridulations interrogatives d’une constellation de grillons, la marée céleste venait battre les flancs du jeune récif lunaire taché de varechs. Debout face au couchant, je contemplais cette scène avec surprise tant les jours gris et pluvieux s’étaient entassés sur nos têtes, nous laissant tels des orphelins oubliés des étoiles. Avec surprise mais avec reconnaissance également. Je savourais ces images offertes par le ciel comme on déguste un verre de bon vin, les tournant lentement dans ma tête et laissant mes yeux remplir ma mémoire d’impressions et de senteurs printanières.

 


Les phases de la Lune
La Lune est nouvelle le 6 dans le Bélier, elle atteint son premier quartier le 13dans le Lion, elle est pleine le 21 dans la Balance et au dernier quartier le 29dans le Verseau.

Consultez également la page des phases lunaires pour l’année 2016.


Cartes du ciel
Cartes du ciel visible en mai 2016 vers la fin du crépuscule et à l’orée de l’aube à la latitude de la France métropolitaine. Cliquez sur les cartes pour les afficher en grand et les imprimer pour votre usage personnel. La position des planètes est bonne pour le milieu du mois.

Carte du ciel en mai 2016
Carte du ciel à l'aube en mai 2016
© Guillaume Cannat

Ces cartes peuvent être utilisées en Europe et dans le monde à l’intérieur d’une bande s’étendant de 38° à 52° de latitude nord. Si vous êtes à plus de 45° nord, l’étoile Polaire sera plus haute dans votre ciel et, le soir, la constellation du Bouvier sera d’autant plus proche de l’horizon sud. Si vous êtes à moins de 45° nord, l’étoile Polaire sera plus proche de l’horizon nord et le Bouvier sera plus éloignée de l’horizon sud.

Attention, ces cartes ne sont pas à l’envers ! Elles représentent simplement les astres qui sont situés au-dessus de nos têtes. Si vous vous allongiez avec la tête vers le nord et les pieds vers le sud, l’est serait bien à votre gauche et l’ouest à votre droite.

Utilisez ces cartes en les imprimant et en les faisant tourner de telle sorte que le nom de la direction dans laquelle vous observez soit écrit à l’endroit. Les constellations et les étoiles que vous retrouverez dans la portion du ciel qui vous fait face sont toutes celles dont le nom est lisible sans trop pencher la tête. Les noms des constellations et de leurs principales étoiles sont indiqués, ainsi que le tracé des constellations les plus importantes ; ce tracé est parfois incomplet lorsque la figure est en partie cachée sous l’horizon. La partie la plus dense de la Voie lactée est dessinée, mais vous ne distinguerez cette bande irrégulière et fantomatique que dans un ciel suffisamment protégé de la pollution lumineuse. En ville ou en milieu périurbain, seuls les astres les plus brillants parviendront à s’imposer.

Les rapprochements entre les planètes, la Lune et les étoiles que je décris peuvent être admirés pratiquement partout sur la Terre (sauf précision contraire dans le texte), mais les dates et les heures indiquées, ainsi que les positions relatives des astres sur les illustrations ne sont précises que pour la France métropolitaine.

Illustrations © Guillaume Cannat


Le lundi 9 mai, la planète Mercure passe devant le Soleil. Notez tout de suite la date de ce rendez-vous exceptionnel sur votre calendrier, car aucun transit de Mercure devant notre étoile n’a pu être observé en Europe depuis le mois de mai 2003 ! Commencez par utiliser la carte ci-dessous pour vérifier que vous vous trouverez bien dans une région où ce phénomène sera observable partiellement ou intégralement. La traversée du disque solaire dure plusieurs heures pour Mercure et, en France métropolitaine, elle se produira entre 13 h 12 et 20 h 42, heure légale d’été. Naturellement, il faut prendre toutes les précautions pour observer ce transit puisqu’il s’agit, en fait, d’observer le Soleil, ce qui ne doit se faire qu’avec les moyens de protection adéquats. De simples lunettes spéciales comme celles que vous avez peut-être utilisées pour admirer l’éclipse de Soleil du 20 mars 2015 ne suffisent pas car Mercure est trop petite pour être visible sans instrument optique grossissant. Si vous n’avez pas le matériel nécessaire sous la main, sachez que de nombreux sites, comme celui de l’observatoire de Paris, diffuseront le transit de Mercure en direct. Je mettrai en ligne avant le 9 un billet pour expliquer et détailler ce phénomène céleste peu commun et pour vous indiquer les meilleurs sites pour le suivre en direct.

Transit de Mercure le 9 mai 2016
Cette carte, réalisée avec le logiciel gratuit de Xavier Jubier (Mercury Venus Transit Maestro), vous indique les régions du monde où il sera possible d’observer tout ou partie du transit de Mercure devant le Soleil le lundi 9 mai 2016.


Du vendredi 13 au dimanche 15 mai, le quartier lunaire se balade de Régulus àJupiter dans le Lion. Ces astres brillent loin au-dessus de l’horizon sud-ouest à la fin du crépuscule, deux heures après le coucher du Soleil et l’éclat de la planète Jupiter permet de la repérer sans aucune difficulté, même en pleine ville. Régulus fait partir du club des étoiles de première grandeur que je vous ai présenté le mois dernier. Sa magnitude est proche de 1,4, elle est donc 25 fois moins lumineuse que Jupiter qui rayonne à 13 degrés sur sa gauche. Naturellement, cette différence d’éclat apparent ne nous renseigne en rien sur l’éclat réel de ces deux astres. Jupiter est une planète qui ne fait que réfléchir une fraction de la lumière solaire qu’elle reçoit et qui se situe à près de 750 millions de kilomètres actuellement. Régulus est une étoile qui crée sa propre lumière et qui est distante de nous de 78 années-lumière. En arrondissant, cela signifie que Régulus est mille milliards de fois plus loin que Jupiter ! Pour briller autant dans notre ciel, il faut donc que cela soit une très grosse étoile, ce que confirment les observations spectroscopiques, qui révèlent en outre que l’astre que nous appelons Régulus est, en fait, un système stellaire quadruple dont l’une des composantes est 3,4 fois plus massive que le Soleil ; il ne faut jamais se fier aux apparences… dans le ciel !

13 au 15 mai 2016
Du vendredi 13 au dimanche 15 mai 2016 à la fin du crépuscule, deux heures après le coucher du Soleil, le quartier lunaire se balade dans le Lion et rend visite à Régulus puis à Jupiter. Ces astres, visibles en milieu urbain, brillent à plus de 40 degrés de hauteur au-dessus de l’horizon sud-ouest.


Le samedi 21 mai au crépuscule, une grosse demi-heure après le départ du Soleil, la Lune et Mars sont immanquables à une dizaine de degrés de hauteur au-dessus de l’horizon sud-est. Ces astres baignent dans les lueurs rosées de la ceinture de Vénus et voguent majestueusement vers la nuit. Si nous disposions d’un vaisseau capable de nous transporter suffisamment vite et loin dans l’espace, et aussi de moyens d’observation adéquats à bord de ce vaisseau, nous pourrions alors contempler une double opposition, un alignement Soleil-Terre-Lune-Mars ! La pleine lune se produit en effet en cours de soirée ce samedi 21 mai et l’opposition martienne, ce que l’on pourrait appeler la « pleine Mars », se produit le 22 mai dans la matinée. Je rappelle que l’opposition d’une planète est la meilleure période pour l’observer car elle est alors au plus près de la Terre et son diamètre apparent est maximal. Une lunette ou un télescope de 100 à 150 millimètres de diamètre est un minimum pour commencer à distinguer des détails sur le disque martien. À l’œil nu, vous pouvez toutefois remarquer à quel point l’éclat martien est très puissant lors de cette opposition (magnitude - 2) puisqu’il parvient à rivaliser avec celui de Jupiter (magnitude - 2,1) qui brille à 80 degrés d’écart, dans le Lion. À la fin du crépuscule, sa teinte orange vif est même plus impressionnante que les irisations du diamant blanc jovien et l’on comprend aisément pourquoi Mars a souvent été associée au dieu de la guerre dans les anciennes civilisations.

21 mai 2016
Samedi 21 mai 2016 au crépuscule, une demi-heure après le coucher du Soleil, accordez-vous un moment pour contempler le lever majestueux de la Pleine Lune et de la planète Mars, qui sont à 5 degrés d’écart soit l’équivalent de la hauteur de votre pouce bras tendu. Ces deux astres sont visibles sans peine à l’œil nu, à moins de 10 degrés de hauteur au-dessus de l’horizon sud-est.


Le dimanche 22 mai à la fin du crépuscule, une heure et demie après le coucher du Soleil, c’est au tour de Saturne de briller à côté de la Lune. Les deux astres sont à moins de 2,5 degrés d’écart et à une petite dizaine de degrés de hauteur au-dessus de l’horizon sud-est. Le disque sélène semble encore bien rond à l’œil nu, mais sa décroissance est en cours. En observant avec des jumelles ou une petite lunette, vous remarquerez les ombres qui font renaître du relief sur le limbe oriental de notre compagne. Avec un grossissement d’une trentaine de fois dans une lunette à grand champ, repoussez le limbe lunaire austral vers le bord du champ et admirez les petits anneaux de Saturne de l’autre côté. La Lune et Saturne sont installées dans le sud de la grande figure d’Ophiuchus, la treizième constellation du zodiaque, intercalée entre le Scorpion et le Sagittaire sur l’écliptique. Ces deux astres franchissent le méridien sud à moins de 30 degrés de hauteur et, le lundi 23 mai à l’aube, nous les retrouvons à l’aplomb de l’horizon sud-ouest. Tout au long de la nuit, l’éclat spectaculaire de la planète Mars est bien visible à une douzaine de degrés à l’ouest de Saturne.

22 mai 2016
Dimanche 22 mai 2016 au crépuscule, une heure et demie après le coucher du Soleil, Saturne et une belle Lune gibbeuse décroissante sont visibles côte à côte à moins de 10 degrés de hauteur au-dessus de l’horizon sud-est. Le phare martien émet son éclat rougeoyant à une douzaine de degrés sur leur droite.


Ciel à lire
Guide du Ciel 2016-2017
J’ai été un peu silencieux sur ce blog ces dernières semaines car je travaillais intensément pour terminer la 22e édition duGuide du Ciel. Ce nouveau livre est à présent en cours d’impression et vous pouvez le découvrir ici et le commander à votre libraire habituel pour l’avoir dès qu’il sera disponible.

 

 

Art & AstronomiePour patienter en attendant l’arrivée de mon prochain livre, plongez-vous dans le très remarquable Art & Astronomie de l’astrophysicienne Yaël Nazé. Je l’ai sur mon bureau depuis un moment déjà et je le parcours très régulièrement avec un plaisir sans cesse renouvelé tant est riche son iconographie – près de 600 superbes reproductions ! – et tant est instructive sa lecture. Il ne s’agit pas d’un catalogue de couchers de soleil vaporeux ou de levers de lune romantiques, ce qui serait beau mais un peu lassant, mais d’une passionnante histoire croisée de l’art et de la science astronomique. Le chapitre sur l’invention de la lunette et son apparition dans les peintures du début du XVIIe siècle est une véritable enquête policière qui tient le lecteur en haleine, tout comme celui qui explique comment certaines toiles célèbres de Claude Monet, Edvard Munch ou Vincent van Gogh peuvent être datées précisément grâce aux indices astronomiques qu’elles contiennent. À découvrir absolument !

Ciel à écouter
Pour prolonger ce billet sur les plus beaux rendez-vous astronomiques, je vous invite à écouter le podcast d’éphémérides que j’enregistre avec mes confrères David Fossé et Jean-Luc Dauvergne sur Ciel & Espace Radio. Nous parlons pendant une vingtaine de minutes des phénomènes visibles à l’œil nu et avec des instruments plus ou moins importants, en agrémentant notre conversation de conseils pratiques pour les observer et les photographier.

source

Commenter cet article

Archives