Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les petites incohérences de Marc Wilmots

Publié le 15 Mai 2016, 09:42am

Catégories : #SPORTS

Les petites incohérences de Marc Wilmots

Qu'attend réellement Marc Wilmots de ses arrières latéraux? Avant le match à Andorre (entre autres), il assurait que "leur principale mission était de défendre". A l'heure de justifier sa sélection pour l'Euro, le sélectionneur dit vouloir "deux arrières latéraux qui peuvent attaquer". Autre "contradiction": la prétendue importance de jouir d'un temps de jeu conséquent en club pour décrocher sa place dans la sélection appelée à disputer une grande compétition internationale. Est-ce vraiment le cas? On peut se poser la question en regard de la présence de certains joueurs dans la liste dévoilée en vue du prochain championnat d'Europe.

Meunier appelé à jouer "contre nature" chez les Diables? © belga.
© belga.
Alderweireld brille en défense centrale avec Tottenham, mais s'avère être le choix numéro 1 de Wilmots au poste d'arrière droit. © belga.
Vermaelen n'a joué que 424 minutes avec le Barça depuis janviers 2016. © photo news.
Bentele plus habité au banc qu'au terrain avec Liverpool. © photo news.
Mertens cantonné à un rôle de joker à Naples. © belga.

Soyons clairs d'entrée de jeu. Depuis son entrée en fonction à la tête des Diables Rouges, Marc Wilmots a tracé une ligne directrice claire. Ce n'est pas le genre d'entraîneur à changer d'avis et de philosphie au gré des saisons, il est même plutôt du style "à mourir pour ses idées". 

Des backs offensifs, vraiment?
Cela n'empêche qu'il s'avère parfois difficile de le suivre sur certains sujets. Comme le rôle dévolu aux arrières latéraux, par exemple. Avant le match face à Andorre en octobre dernier, un adversaire beaucoup plus faible et évoluant avec un bloc très bas, Marc Wilmots tenait à calmer les ardeurs des médias qui espéraient un important apport offensif des backs. "Chez les Diables, leur tâche est principalement de défendre. Ce qu'ils font en club n'est pas mon problème. Ils doivent apprendre à conserver leur position s'ils jouent pour moi", rappelait le sélectionneur, en référence notamment au profil offensif de Thomas Meunier et Jordan Lukaku. 

Sept mois plus tard, alors que la Belgique s'apprête à affronter des nations d'un calibre bien supérieur, le discours n'est plus identique. "Je veux deux backs de formation mais aussi deux arrières latéraux qui peuvent attaquer." Evidemment, cette déclaration ne signifie pas que Wilmots veut des backs offensifs pour tous les matches de l'Euro, cela serait malhonnête de l'interprêter comme cela. 

Mais dans quelles circonstances compte-t-il sur des arrières latéraux entreprenants, si ce n'était déjà pas le cas face aux amateurs d'Andorre? S'il est mené en fin de match? On présume qu'il optera pour une réorganisation tactique plutôt que de faire un changement poste pour poste au back, sous prétexte que le substitut a plus souvent tendance à mettre le nez à la fenêtre.

Quant aux "deux backs de formation", on se demande où il sont parmi les neuf défenseurs sélectionnés. A la limite, on peut s'accorder sur le nom de Jordan Lukaku, même si en réalité, il a été formé au poste d'ailier chez les jeunes. Meunier est un ancien attaquant. Tous les autres joueurs retenus sont des arrières centraux.

Important de jouer en club, vraiment?
Nous sommes en novembre 2013, à sept mois du coup d'envoi de la Coupe du Monde au Brésil. La Belgique s'incline face à la Colombie (0-2) et face au Japon (2-3). 

Au terme de ces rendez-vous manqués, Marc Wilmots met en garde ses joueurs. "Moi aussi, j'ai été joueur. Et je sais ce que c'est de ne pas jouer assez avec son club. Le manque de rythme se paie. Je n'ai pas d'influence sur ce qu'il se passe en club. Mais alertant certains de la sorte, je leur envoie un signal. Qu'ils partent ou qu'ils restent dans leur club en janvier, il faut qu'il joue, absolument, en vue du Brésil."

Le message parait limpide, jouer en club est primordial pour hériter d'une convocation en vue d'une grande compétition internationale. En 2016, Christian Benteke a joué 848 minutes toutes compétitions confondues avec Liverpool. Le compte est encore plus vite fait pour Vermaelen et ses 424 minutes. Sans même évoquer d'autre cas de joueurs qui ne font pas office de titulaires en club, comme Dries Mertens, par exemple...

source

Commenter cet article

Archives