Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Les altérations génétiques à l'origine du cancer du sein identifiées en quasi-totalité

Publié le 3 Mai 2016, 12:17pm

Catégories : #SANTE-BIEN-ETRE

Les altérations génétiques à l'origine du cancer du sein identifiées en quasi-totalité

Les premiers résultats issus du séquençage du génome entier de 560 tumeurs du sein par le consortium international de génomique du cancer (ICGC) sont publiés dans la revue Nature. Il s'agit du plus grand nombre d'échantillons de cancers ayant été séquencés entièrement.

Les altérations génétiques à l'origine du cancer du sein identifiées en quasi-totalité
© iStockPhotos

Le consortium international de génomique du cancer (ICGC) a été créé en 2008 afin de rassembler des chercheurs du monde entier pour analyser de manière approfondie cinquante types ou sous-types de tumeurs cancéreuses. Ce consortium s'est notamment attaché à séquencer le génome entier de 560 tumeurs du sein . Les résultats de ce travail co-dirigé et co-financé par l'Institut national du cancer (Inca) ont mis en évidence plusieurs types d'altérations du génome pouvant avoir une influence sur la naissance de tumeurs. « Les tumeurs du sein ont un génome très profondément remanié et présentent une extraordinaire diversité d'altérations génomiques, à toutes les échelles » souligne l'Inca dans un communiqué.

Un catalogue quasi complet des tumeurs du sein

Ces recherches ont abouti à l'identification d'un catalogue de plus de 1600 altérations suspectées d'être à l'origine du développement tumoral. Ces altérations portent sur 93 gènes différents et la presque totalité (95 %) des tumeurs en présente au moins une. A noter par ailleurs que 10 gènes parmi les 93 sont altérés de manière récurrente (mutés dans 62 % des tumeurs).

En outre, 5 nouveaux gènes suspectés d'être à l'origine de tumeurs du sein ont été identifiés. Ce qui offre aux chercheurs un catalogue quasi complet des tumeurs du sein.

Cette étude a enfin révélé que le génome tumoral de certaines patientes présentait des signatures génomiques semblables à celui des patientes porteuses de la mutation BRCA1/2 . Les chercheurs suggèrent que ces profils génomiques pourraient être de meilleurs outils diagnostiques pour aiguiller les patientes vers le bon traitement.

 

Ce programme a généré une quantité importante de données qui, mises à disposition de la communauté à travers le portail ICGC (https://dcc.icgc.org), permettront de répondre à d'autres questions de recherche sur la biologie et la génétique des cancers du sein.

A lire aussi :

Cancer du sein : 6 conseils pour réduire les risques

Cancer du sein : pas assez de dépistage chez les plus jeunes

 

Commenter cet article

Archives