Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le retour d'une étonnante relique de la formation de la Terre !

Publié le 4 Mai 2016, 12:35pm

Catégories : #SCIENCE

Le retour d'une étonnante relique de la formation de la Terre !

C'est un corps céleste comme les astronomes n'en avaient encore jamais vu. En découvrant l'objet C/2014 S3 (Pan-STARRS), le télescope Pan-STARRS-1 l'a d'abord classé dans la catégorie comète particulièrement peu active. Pour ainsi dire sans queue. Une caractéristique qui lui vaut le surnom de comète Manx, du nom d'une race de chats justement dépourvus de cet appendice. Toutefois, en y regardant de plus près, à l'aide du Très Grand Télescope de l'ESO et du Télescope Canada FranceHawaï, une équipe d'astronomes emmenés par Karen Meech, de l'institut d'astronomie de l'université d'Hawaï, s'est aperçue qu'il s'agissait d'une tout autre chose…

Bien que provenant du nuage d'Oort, sorte de sphère située à la limite de la zone d'influence gravitationnelle du Soleil et supposée être la source des comètes à longue période, C/2014 S3 (Pan-STARRS) n'est pas un agglomérat poreux et glacé comme les autres comètes. C'est, au contraire, un corps rocheux, plutôt proche des astéroïdes qui gravitent, pour la plupart, entre l'orbite de Mars et celle de Jupiter. Même si cette distinction devient, au fil des découvertes, de plus en plus ténue. Quoi qu'il en soit, selon les chercheurs, C/2014 S3 (Pan-STARRS) est loin d'être n'importe quel corps rocheux et se distingue nettement des autres astéroïdes.

Le nuage d'Oort comme congélateur 

Selon leurs observations, il s'agirait d'un objet primitif qui se serait formé à relative proximité du Soleil, à la même époque que la Terre, avant d'être rapidement éjecté aux confins du système solaire. Longtemps, dans le froid glacial du nuage d'Oort, C/2014 S3 (Pan-STARRS) aurait été préservé, avant de faire, à la faveur d'une nouvelle éjection relativement récente, son retour dans le système solaire interne.

 

 

 

 

 

« Tous les astéroïdes que nous connaissons ont été altérés par ces milliards d'années passées à proximité du Soleil. Il s'agit là du premier astéroïde primitif que nous observons : son contenu a été préservé dans le meilleur congélateur qui soit », explique Karen Meech, auteur principal de l'étude publiée dans la revue Science Advances. En clair, pour les scientifiques, non seulement C/2014 S3 (Pan-STARRS) serait donc fait de la matière primitive constitutive du système solaire interne, mais il en constituerait en outre un échantillon très peu modifié.

Et ce n'est pas tout ! Les différents modèles théoriques, capables de plus ou moins restituer la structure actuelle de notre système solaire, se distinguent notamment au travers de la proportion corps glacé/corps rocheux qu'ils prédisent dans le nuage d'Oort. Ainsi la découverte de C/2014 S3 (Pan-STARRS) constitue-t-elle un premier pas pour départager ces modèles. Selon les auteurs de l'étude, l'observation de 50 à 100 comètes Manx serait nécessaire. Et l'un des autres auteurs, Olivier Hainaut, de conclure : « Nous avons découvert la toute première comète rocheuse, et sommes à la recherche d'autres objets de ce type. En fonction de leur nombre, nous pourrons savoir si les planètes géantes ont parcouru le système solaire durant leur enfance ou si elles ont grandi tranquillement, sans se déplacer autant. »

source

Commenter cet article

Archives