Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le poids des maux

Publié le 11 Mai 2016, 16:33pm

Catégories : #POLITIQUE

Le poids des maux

Sur les bandeaux des chaînes d'information, une image rémanente martèle en continu le message essentiel qu'il faut retenir des élections municipales britanniques : "le musulman Sadiq Khan élu à la mairie de Londres". Sur RMC, la méthode des Grandes Gueules confine même à la persistance rétinienne, histoire de bien imprimer dans les esprits l'information principale de ce scrutin : "Pourriez-vous voter pour un candidat musulman à une élection ?". Londres a voté travailliste pour la première fois depuis huit ans mais ce qui doit rester, c'est bien l'élection d'un musulman. A quelques semaines d'un référendum historique, la Grande-Bretagne se rend aux urnes mais ce qu'il faut retenir avant tout, c'est le caractère musulman du premier des Londoniens. Le Labour est confronté à l'antisémitisme délirant de Ken Livingstone mais rien à faire, le coeur de l'information bat au rythme de cette révélation : le maire de Londres est musulman. Comme si le programme du nouveau maire de Londres, c'était d'être musulman. Comme si être musulman était une information à caractère politique.

Que dirions-nous si la presse de masse avait titré "le juif Fabius nommé Président du Conseil Constitutionnel" ou encore "le catholique Juppé et l'agnostique Mélenchon candidats à la présidentielle"? Nous éprouverions le même sentiment que nos prédécesseurs voyant les unes de Gringoire ou de Je suis Partout qui clouaient au pilori le "Juif Blum".

Comme les élus, les journalistes ont une responsabilité particulière dans le choix des mots qu'ils utilisent et dans les symboles qu'ils manient. A force de réduire l'individu à son origine et son appartenance à une religion ou à une communauté, réelles ou supposées, la presse joue avec le feu et prend une responsabilité lourde dans le contexte que nous traversons.

Mélanger en permanence les registres politique et religieux porte à conséquence. C'est entretenir une confusion malsaine et un climat délétère. C'est évidemment pain béni pour l'extrême-droite qui depuis trois jours a pavoisé le web de ses fantasmes d'islamisation, la peur du "Grand Remplacement" en sautoir.

source

Commenter cet article

Archives