Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le marché automobile européen accélère à nouveau en avril

Publié le 15 Mai 2016, 13:13pm

Catégories : #ECONOMIE

Le marché automobile européen accélère à nouveau en avril

La croissance des immatriculations d'automobiles neuves dans l'Union européenne a encore accéléré en avril pour atteindre 9,1% par rapport au même mois de 2015, tirée par l'Italie et l'Espagne, selon les statistiques officielles publiées vendredi.

La croissance des immatriculations d'automobiles neuves dans l'Union européenne a encore accéléré en avril pour atteindre 9,1% par rapport au même mois de 2015, tirée par l'Italie et l'Espagne, selon les statistiques officielles publiées vendredi.

Dans un marché qui a absorbé 1,27 million de voitures particulières, le trio de tête des constructeurs a légèrement décroché, le numéro un Volkswagen progressant de 5,4%, peu ou prou au même rythme que ses dauphins, les français PSA (+6,2%) et Renault (+5,1%), a précisé l'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA).

Les 9,1% de croissance traduisent une accélération par rapport à la moyenne du premier trimestre. Depuis le début de l'année, la progression du marché automobile européen s'établit à 8,5%, proche de celle de 2015, quand une hausse de 9,3% avait permis d'atteindre 13,7 millions d'unités.

Un chiffre qui pourrait être largement effacé si le rythme actuel se poursuit, 5,09 millions de voitures neuves ayant été mises sur les routes européennes à fin avril, selon l'ACEA.

«Personne n'attendait un marché européen à ce niveau-là», a expliqué à l'AFP Jean-François Belorgey, spécialiste du secteur au sein du cabinet EY. Pour lui, il n'est plus exclu que l'on retrouve d'ici à la fin de la décennie les chiffres d'avant la crise, soit les près de 16 millions vus en 2007.

En avril, ce sont l'Espagne (+21,2%) et l'Italie (+11,5%) qui ont connu les progressions les plus fortes des plus grands marchés du Vieux continent. Le premier en volume, l'Allemagne, a bondi de 8,4% tandis que la France a progressé de 7,1%. Seul le Royaume-Uni a connu un mois mitigé avec une hausse de 2%.

Côté constructeurs, le groupe VW est resté de loin le leader européen en avril, avec une part de marché de 25,2%. Celle-ci a toutefois reculé de 0,9 point par rapport au même mois de 2015 alors que le géant allemand subit depuis septembre 2015 le contrecoup du scandale des moteurs diesels truqués.

- Toyota se détache de Nissan -

Sa marque Volkswagen reste durement touchée, ne progressant que de 2,7% sur le mois, trois fois moins que la moyenne. En revanche, Audi bondit de 10,3% et Porsche de 13,4%.

Côté français, PSA, qui détenait 10,5% du marché européen le mois dernier, a été tiré à la baisse par sa marque orientée «luxe» DS, en chute de 13,6%. Peugeot croît de 7,5% et Citroën de 7,1%. Contrastes aussi chez son rival Renault, assis sur 10,3% des immatriculations mensuelles européennes, où la marque au losange (+8%) s'est bien mieux comportée que le «low-cost» Dacia (-1,5%).

Sur quatre mois, PSA et Renault font un peu moins bien que le marché avec des progressions respectives de 5,7% et 6,5%, mais mieux que le groupe VW (+4,1%). Sur la même période, tous se font damer le pion par la croissance de Ford (+6,8%), le groupe américain restant quatrième en volume.

Pour M. Belorgey, VW se comporte moins bien que le marché mais «il n'y a pas de catastrophe» commerciale pour le groupe après le scandale. Et pour lui, en période de croissance du marché, certaines marques ne chassent pas forcément les volumes, préférant tenir leurs prix pour conserver de bonnes marges.

L'un des grands gagnants depuis le début 2016 est l'italo-américain Fiat-Chrysler (FCA) dont les ventes se sont envolées de 16,1% sur quatre mois, grignotant l'avance de Ford. Il peut dire merci à la marque Fiat (+16,5%) mais surtout à sa nouvelle gamme Jeep (+24,6%).

Suivent le groupe Opel (General Motors) qui après une mauvaise année 2015 a repris des couleurs avec 9,9% de progression depuis janvier, et les deux rivaux du luxe à l'allemande, BMW (dont Mini) et Daimler (Mercedes-Benz et Smart). Le bavarois triomphe en volume mais ne progresse «que» de 11,9% sur quatre mois, tandis que la firme de Stuttgart voit ses immatriculations bondir de 15,2%.

Autres compatriotes mais rivaux, les japonais Nissan et Toyota. Le numéro un mondial (+6,3% sur quatre mois) se détache de l'allié de Renault, qui régresse de 1,6% sur la période mais revient dans le vert en avril (+1,2%).

source

Commenter cet article

Archives