Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le français Technip se marie avec l’américain FMC

Publié le 20 Mai 2016, 09:43am

Catégories : #ECONOMIE

Le français Technip se marie avec l’américain FMC

La concentration se poursuit dans le secteur des services parapétroliers, frappé par la baisse des investissements des compagnies pétrolières, tombés de 700 milliards de dollars (624 milliards d’euros) en 2014 à 400 milliards en 2016. Dans cette grande redistribution des cartes, la France perd un de ses fleurons. Technip a annoncé, jeudi 19 mai, son mariage avec l’américain FMC Technologies.

Lire aussi :   Gros temps sur la filière pétrolière française

Baptisée TechnipFMC, « domiciliée » à Londres et cotée à New York et à Paris, la nouvelle société affichera une capitalisation boursière de 13 milliards de dollars et un chiffre d’affaires de l’ordre de 20 milliards. Elle se veut « un groupe mondial à la pointe de l’industrie qui réinvente la production et la transformation du pétrole et du gaz ». « Cette opération est d’abord faite pour enrichir notre portefeuille de solutions aux clients », souligne Thierry Pilenko, PDG de Technip. A l’ouverture de la Bourse de Paris, jeudi matin, le titre Technip, coté au CAC 40, s’envolait de 13 %.

Dans leur communiqué, les deux groupes indiquent que « les actionnaires de Technip recevront deux actions de la nouvelle société pour chaque action Technip détenue et les actionnaires de FMC Technologies une action de la nouvelle société pour chaque action détenue ». Leurs activités sont complémentaires, justifient-ils : les Français sont très actifs dans tous les tuyaux et les ombilicaux servant à la fois à remonter les hydrocarbures et à faire circuler les informations entre les puits et les opérateurs ; les Américains fabriquent des équipements sous-marins pour équiper les têtes de puits.

 

49 000 personnes dans 45 pays

TechnipFMC emploiera 49 000 personnes dans 45 pays et affichera un confortable carnet de commandes de 20 milliards de dollars. Les dirigeants des deux entreprisesattendent de ce rapprochement 200 millions de dollars de synergies en 2018 et 400 millions en 2019. Des économies qui s’ajouteront aux plans de réduction des coûts qu’ils ont mis en place. En juillet 2015, le groupe français avait dû annoncer la suppression de 6 000 emplois dans le monde, comme tous ses concurrents. M. Pilenko assure toutefois qu’il n’y aura aucune suppression d’emplois en France, où Technip emploie 6 000 salariés et FMC environ 500, en raison de la « complémentarité » de leurs activités.

La gouvernance de TechnipFMC sera pour le moins originale. M. Pilenko en sera le président exécutif (executive chairman) alors que Doug Pferdehirt, qui devait devenirnuméro un de FMC Technologies en septembre, sera le directeur général (chief executive officer). Le patron français sera notamment chargé de suivre les grands projets en cours et, dit-il, de « veiller, lors de l’intégration, à ce que l’ancrage français soit fort et pérenne, notamment autour de la recherche & développement », dont le principal centrerestera à Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine). Outre le siège social de Londres, le groupe disposera de deux « sièges opérationnels », l’un à Paris et l’autre à Houston (Texas).

Cette opération n’est pas surprenante. Technip et FMC avaient créé Forsys Subsea en 2015, une coentreprise destinée à offrir aux compagnies pétrolières des outils permettant de réduire jusqu’à 30 % le coût des exploitations de gisements d’hydrocarbures en mer. De plus, la rumeur d’un mariage courait depuis des mois dans les milieux pétroliers, mais Technip et FMC l’avait démentie. « En fait, le succès de cette opération et les économies générées sur les grands projets ont conduit nos grands clients à nous demander d’aller plus loin et plus vite dans cette intégration », raconte M. Pilenko, qui a engagé des négociations en vue d’un mariage il y a quelques semaines.

« Un secteur sensible »

Un point semble acquis : l’opération ne sera pas bloquée par les autorités américaine et européenne, comme la mégafusion Halliburton-Baker Hughes, qui devait donnernaissance au numéro deux mondial du secteur parapétrolier, derrière le franco-américain Schlumberger. Face à l’opposition du ministère américain de la justice, les deux groupes ont finalement annoncé, le 1er mai, qu’ils renonçaient à ce mariage à 28 milliards de dollars.

Le rôle de l’Etat dans cette fusion pose question, notamment celui de son bras armé, la banque publique d’investissement Bpifrance, qui détient 5,2 % Technip, tandis que l’Institut français du pétrole Energies nouvelles en possède 2,5 %. « Ces deux actionnaires de long terme comprennent et soutiennent cette opération », indique M. Pilenko.

En novembre 2014, M. Pilenko avait tenté de racheter CGG (ex-Compagnie générale de géophysique) pour 1,5 milliard d’euros, escomptant ainsi enrichir son portefeuille de solutions nouvelles à proposer aux compagnies pétrolières. Le patron de CGG, Jean-Georges Malcor, s’y était opposé, jugeant l’opération « agressive » et souhaitant notamment que la nouvelle entreprise conserve l’essentiel des navires d’exploration sismique (CGG).

 Lire aussi :   La chute du prix du pétrole oblige CGG à chercher de l’argent frais

Le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, avait alors précisé qu’il suivait de près l’opération et, d’une manière générale, l’évolution du secteur parapétrolier, durement touché par l’effondrement des cours de l’or noir. « C’est un secteur important pour l’économie de la France et sa souveraineté, soulignait-il. C’est un secteur sensible. » Mais il ajoutait que « les acteurs doivent s’organiser eux-mêmes et travailler ». L’Etat n’était finalement pas intervenu dans le différent opposant les patrons de Technip et de CGG, rappelant qu’il s’agissait d’entreprises privées.

Perte d’un fleuron pour la France

Technip, qui avait fusionné en 2000 avec la filiale de l’IFP Coflexip, est au côté de Total le plus beau maillon de la chaine pétrolière française. Depuis des années, il collectionne des contrats à plusieurs milliards sur les chantiers les plus ambitieux, comme les projets de gaz naturel liquéfié (GNL) de Total en Russie (Yamal LNG) et de Royal Dutch Shell en Australie (Prélude), où l’anglo-néerlandais va bientôt mettre en exploitation la plus grande plate-forme jamais construite.

Chez Technip, on dément que la France perde un de ses fleurons, rappelant que le siège de trois des cinq activités de TechnipFMC sera basé en France, tout comme son centre mondial de recherche. Mais force est de constater que la nouvelle société ne sera plus française. Après Alstom Power (énergie) repris fin 2015 par l’américain General Electric, l’équipementier téléphonique Alcatel racheté par le finlandais Nokia et le cimentier Lafarge marié au suisse Holcim, c’est une nouvelle grande entreprise française qui perd ses couleurs bleu-blanc-rouge.


source

Commenter cet article

Archives