Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Le FMI revoit en hausse sa prévision de croissance pour la France

Publié le 25 Mai 2016, 10:02am

Catégories : #ECONOMIE

Le FMI revoit en hausse sa prévision de croissance pour la France

C’est une bonne nouvelle qui tombe à point nommé pour le gouvernementAlors que les mouvements de contestation de la loi El Khomri reprennent de l’ampleur, menaçant de paralyser l’hexagone, le Fonds monétaire international (FMI) a aligné sa prévision de croissance 2016 sur celle, optimiste, de l’exécutif. L’institution dirigée par Christine Lagarde table désormais sur une croissance du PIB de « près de 1,5 % »en France cette année, a-t-elle annoncé mardi 24 mai, nettement au-dessus de sa dernière estimation de 1,1 %, en mars.

Lire aussi :   Pourquoi la croissance française a finalement été meilleure en 2014

« L’économie française se redresse », ont conclu les six experts du FMI, à l’issue de leur évaluation annuelle de la France. Cette « mission de consultation », réalisée pour chaque pays membre du Fonds, vise à ausculter l’économie tricolore à travers des échanges avec le gouvernement, le Trésor, mais aussi la Direction générale du travail, l’Insee et les partenaires sociaux (Medef et CGT cette année). L’équipe dépêchée à Paris a terminé sa tournée à Bercy, mardi matin, avant de rendre publiques ses observations préliminaires, qui serviront de base à un rapport plus complet, publié mi-juillet.

L’action du gouvernement saluée

« Nous avions précédemment abaissé nos prévisions en raison d’une forte volatilité financière en février, et de perspectives de demande extérieure plus faibles. Mais la croissance française a été très forte au premier trimestre [+0,5% d’augmentation du PIB] en raison d’une hausse des dépenses de consommation quasiment sans précédent et d’un rebond de l’investissement privé », a expliqué Christian Mumssen, qui a dirigé l’équipe d’évaluation du FMI en France. Ces facteurs devraient en bonne partie perdurer, selon l’institution, qui vise une croissance « à peu près équivalente » à 2016 en 2017, et une moyenne de 1,75 % de croissance dans les cinq prochaines années. « Ce scénario repose toutefois sur l’hypothèse que l’économie ne subira aucun choc majeur, ce qui ne saurait être tenu pour acquis », nuancent les experts, qui mettent en garde contre l’anémie de la demande mondiale, ou de nouvelles secousses financières.

Le Fonds salue également l’action du gouvernement en matière économique. M. Mumssen souligne :

« Les réformes vont dans la bonne direction : le pacte de responsabilité et le crédit d’impôt compétitivité emploi, les lois Rebsamen et Macron sont des étapes nécessaires »

Il a appelé le gouvernement à « faire passer la loi El Khomri, qui facilitera les embauches, la compétitivité et la flexibilité du secteur privé » mais aussi la loi Sapin 2 – examinée ce mercredi par la commission des lois de l’Assemblée nationale – qui prévoit notamment d’assouplir la réglementation pour les start-up et les travailleurs indépendants.

Faiblesses persistantes

En dépit d’un ton nettement plus positif qu’en 2015, les experts n’ont cependant pas mâché leurs mots à propos des faiblesses persistantes du système tricolore. « A moyen terme, la croissance va rester modeste. Dès lors, le chômage et l’endettement restent des défis majeurs pour la France. Les obstacles sont immenses », a prévenu M. Mumssen. Le loi El Khomri, pour importante qu’elle soit, « ne permettra pas à elle seule de ramener le chômage de 10 à 5 %, c’est très clair », a martelé l’expert. Les négociations actuellement en cours entre les partenaires sociaux, qui visent à fixer de nouvelles règles pour l’assurance-chômage, doivent être la priorité. Le Fonds préconise aussi de renforcer les incitations au retour à l’emploi, par exemple en allongeant la durée de cotisation minimale (actuellement de quatre mois), ou en mettant en place la dégressivité des allocations. Autre piste : adapter le système éducatif et de formation. Comme chaque année, il incite à ne pas augmenter trop rapidement le salaire minimum.

« Mais ce qui permettra vraiment de faire baisser le chômage, c’est de réduire le fardeau fiscal. Et cela ne peut se faire sans une réduction des dépenses publiques », a souligné M. Mumssen.

Les efforts fiscaux structurels de la France ralentissent, a déploré le Fonds

En dépit d’un recul du déficit public à 3,6 % du PIB en 2015, les efforts fiscaux structurels de la France ralentissent, a déploré le Fonds. De sorte que le déficit devrait encore atteindre 3 % en 2017, tout juste dans les clous du pacte de stabilité européen, et la dette, 98 % du PIB. « La trajectoire pourrait facilement dérailler à plus de 100 % de dette, si l’inflation remontait ou si la croissance flanchait », a détaillé M. Mumssen. Une pierre dans le jardin du gouvernement, qui s’est engagé à respecter une trajectoire de réduction des déficits à 3,3 % du produit intérieur but (PIB) en 2016 et à 2,7 % en 2017.

 Lire aussi :   La nouvelle flexibilité budgétaire de Bruxelles

« La France ne doit pas essayer de contenir de manière équivalente la hausse de toutes les dépenses mais faire des choix, et regarder les secteurs où la dépense est moins efficace que dans d’autres », comme dans la fonction publique, précisent les experts.

« Il est temps pour la France de mettre à profit la reprise économique pour accélérer dans les réformes structurelles et l’efficacité des dépenses », conclut M. Mumssen. Plus facile à dire qu’à faire, tant le climat social semble aujourd’hui explosif dans l’hexagone.


source

Commenter cet article

Archives