Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La rémunération de Carlos Ghosn passe très mal

Publié le 2 Mai 2016, 11:14am

Catégories : #ECONOMIE

La rémunération de Carlos Ghosn passe très mal

La rémunération de Carlos Ghosn ne sied plus à ses actionnaires. Et surtout à l’Etat. Vendredi 29 avril, lors de l’assemblée générale du groupe Renault, ces derniers ont rejeté à 54,12 % la rémunération de 7,2 millions d’euros, dont 1,7 million d’euros en numéraire, du PDG du constructeur français. Même si elle était quasi inchangée par rapport à 2014.

Depuis 2013, les actionnaires des entreprises françaises se prononcent, en effet, sur la rémunération des dirigeants dans le cadre du « Say on Pay » mis en place par le code AFEP-Medef. Il ne s’agit cependant que d’un vote consultatif. Réuni à l’issue de l’assemblée générale vendredi, le conseil d’administration du constructeur a annoncé qu’il maintenait la rémunération de M. Ghosn, se félicitant de « la qualité des résultats ». Les administrateurs ont toutefois demandé au comité des rémunérations « d’examiner les évolutions utiles de la structure de rémunération pour les années 2016 et suivantes ».

C’est la première fois que les actionnaires d’une société du CAC 40 rejettent la rémunération d’un dirigeant. Que cela intervienne chez Renault n’est pas vraiment un hasard. D’abord, son PDG a toujours été critiqué car il cumule deux rémunérations, celle de Renault et celle de son allié Nissan, qu’il dirige également. A ce titre, en 2014, il avait obtenu une rémunération globale de quelque 15 millions d’euros (7 millions pour Renault et 8 millions pour Nissan).

Victoire de Bercy

Surtout, cet affront fait à l’un des plus puissants patrons français porte la signature de l’Etat, actionnaire à hauteur de 19,74 %. Depuis 2012, le salaire des PDG du secteur public a été ramené à 450 000 euros annuels. En parallèle, l’Etat s’oppose à tout émolument supérieur dans les entreprises dans lesquelles il est minoritaire, que ce soit AirFrance ou PSA.

 

Rien de ciblé contre Renault, donc, pourtant cette victoire de Bercy prend un relief particulier dans le cadre du bras de fer qui oppose le ministre de l’économie, Emmanuel Macron, et M. Ghosn. En avril 2015, M. Macron avait porté de 15 % à près de 20 % la part publique dans la marque au losange afin de peser lors de l’assemblée générale etobtenir les droits de vote double liés à la loi Florange. Cet épisode avait provoqué de fortes tensions avec M. Ghosn et avec le japonais Nissan et s’était traduit par un accord de gouvernance, qui a été approuvé vendredi en assemblée générale.

Vendredi, on confirmait également à Bercy que l’Etat avait voté en assemblée générale contre la résolution fixant la rémunération de M. Ghosn. De même, les représentants de l’Etat au conseil d’administration qui s’est réuni dans la foulée se sont opposés au maintien de son « package ».

15 millions d’euros, pour gérer deux sociétés

Jusqu’à présent, cela n’avait pas suffi pour rallier une majorité en assemblée. En 2014, 64 % des actionnaires avaient approuvé la rémunération de Carlos Ghosn, tandis qu’en 2015, ce taux avait baissé à 58 %. Mais l’exaspération des actionnaires sur le sujet sensible des rémunérations ne fait que monter, partout dans le monde, comme l’a prouvé le rejet de la rémunération du patron du pétrolier BP le 14 avril.

« Au titre de l’exercice 2015 et pour Renault seulement, Carlos Ghosn a reçu un montant fixe de 1 230 000 euros, inchangé, qui excède de 25 % la médiane des présidents exécutifs du CAC 40. Etant donné que Carlos Ghosn partage son temps entre Renault et Nissan et perçoit donc une double rémunération pour cela, il conviendrait que sa rémunération fixe chez Renault soit largement inférieure à la médiane du CAC 40 », assure Proxinvest, une société de conseil aux investisseurs sur leur politiqued’engagement et d’exercice des droits de vote.

Interpellé par Pierre-Henri Leroy, le dirigeant de Proxinvest, lors de l’assemblée générale, M. Ghosn a indiqué que ce n’était « pas lui » mais « le conseil d’administration qui fixe la rémunération, elle-même préparée par le comité des rémunérations »« En tant qu’actionnaire vous donnez délégation (…) au conseil d’administration, c’est lui qui juge non pas sur la base d’un caprice mais il juge si la façon dont le PDG est payé est conforme à ses efforts, à son talent, à la situation (…) nous avons un processus très clair, transparent », assure-t-il, ajoutant que « le plus important, c’est que Renault aille bien ».

Si M. Ghosn affiche une rémunération stratosphérique (en moyenne trois fois plus que ses pairs du CAC 40 en France), elle ne détonne pas vis-à-vis de ses pairs dans le secteur de l’automobile. Avec 15 millions d’euros, pour gérer deux sociétés qui dégagent en commun quelque 120 milliards d’euros de chiffres d’affaires, il est au niveau de Mark Fields, le patron de Ford (16,5 millions d’euros, pour un chiffre d’affaires de Ford de 128 milliards d’euros en 2014).  source

Commenter cet article

Archives