Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La fragilité utile du noyau des cellules

Publié le 13 Mai 2016, 10:48am

Catégories : #SCIENCE

La fragilité utile du noyau des cellules

Si la tête passe, tout passe. Le dicton bien connu à propos du faufilement d’un chat à travers un trou de souris, est-il valable pour les cellules du corps humain ? Telle est la surprenante question étudiée par deux équipes et dont les réponses indépendantes publiées dans Science du 25 mars renversent des certitudes bien établies en biologie.

C’est peu connu, mais les milliards de cellules qui constituent notre corps bougent sans cesse. Ces petits sacs mous de quelques dizaines de micromètres de diamètre contenant notamment nos chromosomes sont certes moins agiles qu’un chat mais elles se déplacent : les cellules de la peau pour former des tissus, les cellules immunitaires pour repérer et isoler des corps étrangers, les métastases qui ­attaquent d’autres ­organes… Toutes doivent se faufiler, à la vitesse de sénateur de quelques micromètres par minute, entre leurs consœurs et pour cela elles font montre de sacrées capacités de contorsionnistes, en passant par des trous vingt fois moins larges qu’elles.

Problème, la « tête » de ces cellules est souvent plus grosse que ces trous. Par « tête », on entend le noyau de la cellule, un compartiment interne qui contient les chromosomes et qui est un vrai coffre-fort, protégé par une double membrane (alors que la cellule n’en a qu’une) assez rigide.

Nouveau concept

Or, contrairement à ce que tout le monde pensait,...

source

Commenter cet article

Archives