Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La filière du lait en Australie plonge à son tour dans la crise

Publié le 18 Mai 2016, 11:43am

Catégories : #ECONOMIE

La filière du lait en Australie plonge à son tour dans la crise

Encore préservés il y a peu de la chute des cours mondiaux ...

Encore préservés il y a peu de la chute des cours mondiaux du lait, les éleveurs australiens voient leur situation changer radicalement depuis fin avril: les deux principales coopératives ont cassé les prix payés aux producteurs, les plongeant dans la crise.

L'avenir de 2.600 des 6.000 éleveurs australiens s'est assombri en quelques heures, le 27 avril. La première coopérative laitière australienne, Murray Goulburn, a annoncé une baisse des prix payés à ses éleveurs: ils sont passés de 5,60 dollars australiens (3,6 euros) par kilo de matière sèche à une fourchette de 4,75 à 5 dollars (3 à 3,2 euros).

Les producteurs devront rembourser les trop-perçus depuis juillet, qui s'élèvent en moyenne à 100.000 dollars (64.366 euros) par ferme, selon la filière.

Murray Goulburn a en outre prévenu qu'elle prévoyait une chute drastique de son bénéfice net après impôt, désormais évalué entre entre 25 et 27 millions d'euros, contre plus de 40 en février et même 57 millions quelques mois plus tôt. Le directeur général, Gary Helou, annonçait dans la foulée sa démission.

La deuxième coopérative du pays, Fonterra - branche australienne de la puissante maison-mère néo-zélandaise -, a suivi le mouvement et baissé ses prix à 5 dollars début mai. Quelque 1.000 éleveurs devront eux aussi rendre de l'argent.

«C'est une horrible situation pour toutes les personnes concernées», a concédé la directrice générale de Fonterra Australia, Judith Swales. «Les prix que nous payions ne reflétaient pas ce qui se passait dans le monde», a-t-elle déclaré.

L'Australie exporte, principalement vers le Japon et la Chine, environ 35% de sa production de lait, ce qui représente 6% du lait sur le marché mondial. La conjoncture internationale pèse sur les prix dans le monde : elle est marquée par une surproduction alors que la demande de la Chine et de la Russie s'est contractée.

En Nouvelle-Zélande, premier exportateur mondial, les prix payés aux producteurs sont en chute libre, au plus bas depuis 9 ans.

En revanche, en Australie, les prix restaient élevés et stables. Pour expliquer son revirement, Murray Goulburn a mis en avant un taux de change défavorable entre le dollar américain et le dollar australien et des ventes plus faibles que prévu à l'export.

- Aide psychologique -

Mais ces explications n'ont pas suffi. Une action de groupe regroupant des actionnaires a été déposée mardi devant la justice de l'Etat du Victoria contre Murray Goulburn.

Une enquête est par ailleurs menée par deux institutions australiennes, l'ACCC, autorité de la concurrence et de la défense des consommateurs, et l'ASIC, autorité de régulation des marchés.

Pour les producteurs, «la situation est très grave», explique Mick Keogh, du centre de recherche sur l'agriculture Farm institute. Des médias australiens évoquent déjà des faillites avec des éleveurs qui vendent ferme et troupeau. Une aide psychologique est mise à leur disposition pour les aider à affronter la crise.

Des producteurs s'étaient déjà endettés, «parce que les prix du lait étaient hauts et devaient le rester (...) Beaucoup ont été incités à augmenter leur troupeau, à investir dans des nouvelles technologies », explique Mick Keogh.

Les éleveurs du sud-est de l'Australie, dans l'Etat du Victoria et en Tasmanie, sont eux confrontés à la sécheresse.

Cette crise intervient en pleine campagne électorale. Le gouvernement a rejeté une taxe sur les bouteilles de lait, comme le demandaient des éleveurs, mais évoque des «aides indirectes» au secteur.

Les agriculteurs australiens sont, après leurs voisins néo-zélandais, ceux qui reçoivent le moins d'aide de la part de leur gouvernement parmi les pays de l'OCDE (organisation de coopération et de développement économiques).

La chaîne de supermarchés Coles a annoncé mardi la mise en place un fond pour soutenir des producteurs touchés par la crise. Le magasin va lancer une marque de lait, et pour chaque litre acheté, 20 centimes seront reversés au fond.

source

Commenter cet article

Archives