Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


La CGT et le Medef principaux perdants du passage en force de la loi travail

Publié le 12 Mai 2016, 14:37pm

Catégories : #POLITIQUE

La CGT et le Medef principaux perdants du passage en force de la loi travail

L’épilogue qui se profile sur la réforme du code du travail a déjà fait trois victimes : François Hollande, Manuel Valls et Myriam El Khomri. Le président, qui s’était fait, avec succès pour ses premières réformes, le chantre de la démocratie sociale est obligé de constater que la culture du compromis peine à s’imposer en France. Le premier ministre paie ses erreurs de méthode – l’absence de véritable concertation, le déficit de communication et de pédagogie – qui, dès le départ, ont dynamité le projet de « loi travail ». Le chef de la majorité est comme le maréchal de Soubise, il a perdu ses troupes et se trouve dans l’incapacité de faire voter par sa propre majorité une réforme qui se veut de gauche. La ministre du travail, qui s’est pliée avec courage à un exercice difficile auquel elle n’était pas préparée, aurait bien aimé se passer du passage en force du 49-3 pour faire adopter sa réforme. Mais les principaux perdants se trouvent chez les acteurs sociaux, avec au premier rang Philippe Martinez, le secrétaire général de la CGT, et Pierre Gattaz, le président du Medef.

 

Pour les syndicats contestataires, qui réclament le retrait pur et simple du texte de Mme El Khomri, c’est un échec. La « casse du code du travail » qu’il symbolise à leurs yeux continuera son chemin. Le 10 mai au soir, après l’annonce du recours au 49-3 qu’elles ont jugé « inacceptable », les sept organisations qui depuis trois mois se mobilisent – CGT, FO, FSU, Solidaires, UNEF, UNL, FIDL – ont appelé à « amplifier la mobilisation face au déni de...

source

Commenter cet article

Archives