Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L'opérateur boursier Euronext cherche à grandir entre nouvelles économies et acquisitions

Publié le 15 Mai 2016, 13:00pm

Catégories : #ECONOMIE

L'opérateur boursier Euronext cherche à grandir entre nouvelles économies et acquisitions

L'opérateur boursier Euronext, qui chapeaute notamment la Bourse de Paris, a présenté vendredi son plan stratégique, visant une amélioration de son activité et de sa rentabilité d'ici 2019, via des économies et des acquisitions.

L'opérateur boursier Euronext, qui chapeaute notamment la Bourse de Paris, a présenté vendredi son plan stratégique, visant une amélioration de son activité et de sa rentabilité d'ici 2019, via des économies et des acquisitions.

Euronext veut s'appuyer sur des points forts comme son ancrage européen et sa présence dans les actions tout en grandissant en particulier grâce à des acquisitions ciblées.

La société reste encore de taille modeste par rapport à ses concurrents mondiaux, qui plus est face au rapprochement en cours en Europe entre l'allemand Deutsche Boerse (DB) et le britannique London Stock Exchange (LSE).

Elle doit également composer avec l'émergence ces dernières années de plateformes boursières alternatives et la course à la technologie au sein du monde financier.

Le groupe est néanmoins très rentable et son titre a bondi depuis qu'Euronext a retrouvé son indépendance en juin 2014 avec son introduction en Bourse.

Auparavant dans le giron de groupes américains, Euronext joue une carte européenne en mettant l'accent sur le financement de l'économie.

«Euronext est la maison commune de la croissance et s'adresse à l'ensemble des participants de marché», a expliqué à l'AFP son patron Stéphane Boujnah, en poste depuis fin 2015, insistant sur le lien avec les entreprises et les investisseurs.

La visée de ce nouveau plan, baptisé «Agility for Growth», est «de rendre Euronext plus fort et plus grand, en s'appuyant sur nos talents, notre énergie et nos ressources», a souligné M. Boujnah.

En dehors de l'objectif de 5% de croissance par an, hors revenus issus de la compensation (activité assurant la sécurité des transactions), le groupe table sur une marge brute d'exploitation entre 61 et 63% d'ici 2019.

Le groupe a d'ailleurs atteint fin 2015 avec un an d'avance les objectifs financiers fixés au moment de son entrée en Bourse.

Il a dans le même temps confirmé sa politique de dividende, avec la redistribution à ses actionnaires de 50% de ses bénéfices.

- Ouvert à une opération d'ampleur -

Euronext estime être bien placé pour profiter de la reprise économique en zone euro soutenue par la Banque centrale européenne (BCE), d'une forte innovation sur les marchés et d'un changement réglementaire allant vers plus de transparence.

L'opérateur boursier, qui coiffe les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, va mettre l'accent sur les valeurs technologiques, l'offre de données financières, les matières premières agricoles et l'offre d'ETF, des produits financiers qui répliquent des indices ou des paniers d'actifs.

Euronext entend se renforcer grâce à des économies de coûts, qui atteindront 22 millions d'euros d'ici 2019, après avoir déjà réalisé un effort de 80 millions d'euros ces dernières années.

Il va en outre consacrer une enveloppe de 100 à 150 millions d'euros sur la période pour se développer et réaliser des acquisitions ciblées.

«Les acquisitions seront extrêmement disciplinées et rigoureuses», prévient M. Boujnah.

Le groupe a d'ailleurs déjà annoncé qu'il allait prendre une participation minoritaire dans la chambre de compensation européenne EuroCCP.

Euronext s'est, dans son plan, déclarée ouverte à une opération de grande ampleur, compte-tenu d'un environnement actuellement très mouvant.

Mais «nous ne pouvons pas concevoir la stratégie d'Euronext sur la base de ce que les autres vont faire», a expliqué M. Boujnah, lors d'une conférence téléphonique.

Interrogé sur la fusion en cours entre DB et LSE, qui pourrait se traduire par des cessions d'actifs, M. Boujnah a déclaré «être attentif à la situation mais à ce stade personne ne sait ce que sera la position» de la Commission européenne qui doit donner son feu vert à l'opération.

Paris Europlace, association chargée de défendre l'attractivité de la place parisienne, a manifesté son soutien à la «la plateforme Euronext et son plan stratégique», a indiqué à l'AFP Arnaud de Bresson, son délégué général.

«L'ensemble des acteurs considère que l'existence d'une place financière de proximité et d'une Bourse compétitive au plan mondial est un élément clé de l'accès des entreprises au financement», selon lui.

Enfin, le marché réagissait favorablement à ces annonces, le titre prenant 1,27% à 38,33 euros à 11H56 (09H56 GMT) à la Bourse de Paris, tandis que l'indice CAC 40 perdait 0,60%.

source

Commenter cet article

Archives