Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


L'ex-PDG d'Engie renonce à son salaire de 350.000 euros par an

Publié le 6 Mai 2016, 13:07pm

Catégories : #ECONOMIE

L'ex-PDG d'Engie renonce à son salaire de 350.000 euros par an

C'est ce qu'on pourrait appeler l'«effet Ghosn»? Quelques jours après la polémique autour du patron de Renault, Gérard Mestrallet, ex-PDG du groupe Engie, renonce à son salaire de 350.000 euros par an qu'il devait percevoir au titre de ses fonctions de président de conseil d'administration. L'annonce a été faite ce mardi à l'issue de l'Assemblée générale des actionnaires, a confirmé au Figaro le groupe. La somme sera reversée intégralement à la fondation Engie qui, depuis septembre 2010, soutient des actions d'aide aux personnes en situation de précarité. «Ce n'est pas la première fois que Gérard Mestrallet renonce à une partie de son salaire, précise Deborah Slama, analyste gouvernance chez Proxinvest, contactée par Le Figaro. Cela fait au minimum deux ans qu'il renonce déjà à une partie de son bonus. Au titre de 2015, il devait toucher un bonus de 113% de son fixe, presque 1,6 million d'euros. Il a finalement été défini par leconseil d'administration qu'il ne percevra que 235.687 euros».

Cette décision intervient dans un contexte tendu entre le gouvernement et les grands patrons du CAC 40. Et pour cause, le ministre de l'Économie, Emmanuel Macron, a récemment menacé de légiférer sur le salaire des grands dirigeantsaprès que le Conseil d'administration de Renault n'a pas tenu compte du refus des actionnaires de voir le PDG du constructeur automobile, Carlos Ghosn, toucher un salaire de plus de 7 millions d'euros. L'analyste de Proxinvest pointe «le poids de l'État actionnaire qui fait pression pour que la rémunération des dirigeants soit modérée» et qui aurait pu conduire, de fait, l'ex-PDG d'Engie à renoncer à son salaire. En effet, fin 2015, l'État détenait 32,76% du capital du groupe.

L'Assemblée générale de mardi dernier a également été l'occasion de nommer Isabelle Kocher en tant que directrice générale d'Engie à la place de Gérard Mestrallet qui conserve la présidence non exécutive du groupe. Elle devient ainsi la seule femme directrice générale d'une entreprise du CAC 40, confirmant ainsi qu'Engie se distingue dans sa politique de féminisation. Le groupe est en effet celui qui affiche le taux de femmes dans les conseils d'administration le plus élevé (57,9%), devançant Publicis (54,5%) et BNP Paribas, Société générale et Accor (50%).

 

 

 

Commenter cet article

Archives