Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Grand Paris : les trésors insoupçonnés de la banlieue

Publié le 5 Mai 2016, 11:36am

Catégories : #ECONOMIE

Grand Paris : les trésors insoupçonnés de la banlieue

Gare du Nord, 4 h 53. Le premier RER B quitte la capitale en direction de Roissy. Départ pour un voyage de plusieurs jours dans le Grand Paris, où nous n’irons jamais à plus de 25 km d’une porte de la capitale. 5 h 01 : La Plaine-Stade-de-France. 5 h 14 : Aulnay-sous-Bois. 5 h 17 : Sevran-Beaudottes. L’aube pointe. Le Grand Paris s’éveille. A Roissy, aérogare 1, on laisse s’échapper les voyageurs pour Hongkong, Francfort ou Buenos Aires, et on sort prendre l’air. Il faut s’extirper des hangars, des parkings, des bretelles d’autoroutes et des voies de chemins de fer pour trouver la route de l’Arpenteur et gagner Roissy-en-France, dans le Val-d’Oise. Bordé d’arbres en fleurs, le chemin de Vaudherland – l’une des plus petites communes de France, avec ses 9 hectares et ses 80 habitants – nous guide vers le Vieux Pays de Goussainville.

Goussainville. Le Vieux Pays, en partie déserté lors de la construction
de l’aéroport Charles-de-Gaulle.
Goussainville. Le Vieux Pays, en partie déserté lors de la construction de l’aéroport Charles-de-Gaulle. VALERIO VINCENZO/HANSLUCAS

Dans ce coin, l’appellation « Vieux Pays » désigne les quartiers historiques des bourgs qui se sont métamorphosés au XXe siècle sous la pression urbaine. Celui de Goussainville est presque entièrement abandonné. Situé dans l’axe des pistes, il a été déserté par ses habitants dans les années 1970, lors de la construction de l’aéroport. Maison après maison, Aéroports de Paris a racheté le village dans l’idée de le raser. Mais au centre, la belle église Saint-Pierre-Saint-Paul est classée et protège le village dans un rayon de 500 mètres. Résultat : tout est figé. Portes et fenêtres sont murées. Dans les salons poussent des arbres qui percent les toitures. A l’image de Philippe Vielliard, quelques habitants ne sont jamais partis, fiers de résister à l’envahisseur, et se font un plaisir de vous raconter l’histoire du Vieux Pays de Goussainville.

 

En suivant le cours du Croult, on parvient au parc de La Courneuve (Seine-Saint-Denis), le troisième plus grand espace vert de la région parisienne après le bois de Boulogne et celui de Vincennes. Plans d’eau, cascades et chemins de randonnée permettent de profiter d’un bon bol d’air avant de s’enfoncer dans un Grand Paris plus dense. A Saint-Denis, détour obligé par la basilique, tombeau des rois des France. Détruite au XIXe siècle, sa flèche culminait à 86 mètres de hauteur. Le projet de sa reconstruction divise le tout-Paris de laculture.

Puis direction Gennevilliers , dans les Hauts-de-Seine : creusées par le père du métropolitain Fulgence Bienvenüe, les darses du plus gros port fluvial d’Ile-de-France (et de France) hébergent des grues de déchargement et des conteneurs multicolores empilés comme des Lego. L’air de la mer semble proche. « Paris, Rouen et Le Havre sont une seule et même ville dont la Seine est la grand-rue », aurait déclaré Napoléon, visionnaire.

Projets d’aménagement de l’« axe historique »

A Nanterre, justement, l’« axe historique » pourrait un jour relier le Grand Paris à la mer. Initié au XVIIe siècle par André Le Nôtre au départ du Louvre, il remonte les Champs-Elysées, passe sous l’Arc de Triomphe, poursuit sur l’avenue de la Grande-Armée, traverse La Défense et se prolonge au-delà de la Grande Arche par une succession de terrasses végétalisées récemment aménagées. Et demain ? Parmi les urbanistes qui planchent sur le Grand Paris, Antoine Grumbach constate que l’axe croise à dix-huit reprises les méandres de la Seine. Il propose que chacun de ces points accueille une œuvre d’art. Reliée par une piste cyclable, chaque halte émettrait la nuit un rayon laser vertical qui ponctuerait un axe de lumière depuis Paris jusqu’à la mer.

Avec ses 400 hectares, le port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) est le plus gros des 70 ports fluviaux d'Ile-de-France.
Précedent
1/16
Suivant
 

Avec ses 400 hectares, le port de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) est le plus gros des 70 ports fluviaux d'Ile-de-France.

VALERIO VINCENZO /HANS LUCAS

› Accéder au portfolio

Une pause est bienvenue. Niché dans la forêt de Fausses-Reposes, le village de Marnes-la-Coquette abrite des fortunes colossales à l’ombre des hauts murs de somptueuses propriétés. Dans cette commune qualifiée de plus riche de France, on y trouve pourtant un restaurant très abordable, Les Hirondelles, tenu depuis près de cinquante ans par Maryvonne Justal. On y déguste pour moins de 15 euros des produits frais cuisinés simplement.

 

La culture au-delà du périph

En passant devant le château de Versailles, dans les Yvelines, on devine les hauteurs du plateau de Satory, où se cache, sur un vieux mur de pierres, une plaque qui commémore les communards exécutés par les soldats « versaillais », en 1871. En longeant les étangs de la Bièvre, tout proches, on remonte jusqu’à Saint-Quentin-en-Yvelines, l’une des cinq « villesnouvelles » construites dans les années 1960 et 1970 pour absorber l’essentiel de la croissance urbaine et contrebalancer le poids de la capitale.

L’architecte postmoderniste Ricardo Bofill y a vu très tôt un champ d’expérimentations urbaines. Son credo : en matière d’architecture, le peuple aussi a droit à la monumentalité. Dans un style oscillant entre temple antique et palais royal, les Arcades du lac, le Viaduc, le Temple et les Templettes – près de mille logements sociaux ou en accession à la propriété – sont déjà passés à la postérité.

Retour aux champs, sur le plateau de Saclay, 3 000 hectares de terres parmi les plus fertiles de France. On y croise le prodigieux réseau de rigoles creusé au XVIIe siècle pour alimenterles bassins du château de Versailles. A Villiers-le-Bâcle, en Essonne, on y rencontre aussi Emmanuel Vandame, l’un des derniers céréaliers du plateau, à la tête de 247 hectares.

Sur le plateau de Saclay, à Toussus-le-Noble (Yvelines), un chasseur de pigeons protège la récolte. Le Grand Paris Express devrait passer ici sur des pylônes, au-dessus des champs.
Sur le plateau de Saclay, à Toussus-le-Noble (Yvelines), un chasseur de pigeons protège la récolte. Le Grand Paris Express devrait passer ici sur des pylônes, au-dessus des champs. VALERIO VINZENCO/HANS LUCAS

Passée l’Ecole polytechnique, on redescend vers Massy, où se trouve le seul opéra de la banlieue, inauguré en 1993. Dressé au centre du grand ensemble de Massy, il organise ses journées portes ouvertes le dimanche 8 mai. A moins qu’on ne lui préfère le Mac Val, le Musée d’art contemporain du Val-de-Marne, à Vitry-sur-Seine, pour se rappeler que la culture, si l’on en doutait encore, a franchi le périphérique.

Elle se niche aussi à Créteil, sur les îles du bras du Chapitre, en bord de Marne, où l’on peut s’attabler pour une pause champêtre au restaurant du Domaine Sainte-Catherine : les stars naissantes des années 1960, Jacques Dutronc, Johnny Hallyday ou Sylvie Vartan, s’y retrouvaient régulièrement.

Sublime panorama

On croise l’histoire, encore, sur les flancs de Champigny-sur-Marne, rue du Monument, où le terrible siège de Paris en 1870 refait surface : 12 000 soldats périrent lors des trois jours de la bataille de Champigny, et 1 400 d’entre eux, non identifiés, reposent dans un ossuaire récemment rénové par la France et l’Allemagne.

Plus au nord, à Montfermeil et à Clichy-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis, la culture se conjugue au futur : le projet d’une « tour Médicis » jumelée avec la Villa Médicis de Rome prend corps en lieu et place de la tour Utrillo. Perchée sur des hauteurs d’où la vue porte jusqu’à La Défense, Clichy-sous-Bois, marquée par les émeutes de 2005, peut rêver dedevenir l’un des pôles culturels du Grand Paris.

L’aqueduc de la Dhuys, qui passe au pied de la future tour Médicis, s’enfonce dans la forêt de Bondy et nous mène jusqu’aux coteaux de l’Aulnoye. Avant de redescendre vers le canal de l’Ourcq, qui traverse l’écrin vert du parc forestier de Sevran, on peut admirer le sublime panorama vers le nord et Roissy, que l’on devine déjà par le va-et-vient des avions sur la plaine du Parisis

source

Commenter cet article

Archives