Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


« Comment assurer le succès d’une cession/acquisition »

Publié le 16 Mai 2016, 10:06am

Catégories : #ECONOMIE

 

e Hub Transmission, lancé début de cette année par la Chambre de Commerce de Bruxelles, veut prendre la problématique de la transmission d’entreprise à bras le corps. Ce 3 décembre (de 16h à 20h), il invite les entrepreneurs cédants ou repreneurs à échanger et à écouter les expériences de chefs d’entreprise qui ont vécu une expérience d’achat/vente, une transmission familiale ou un Management Buy-Out.

Il y a une semaine, le Hub Transmission lançait un cri d’alarme : dans les 10 ans, 37.000 PME seront à vendre en Région bruxelloise, pesant actuellement quelque 150.000 emplois et un volume d’affaires d’environ 5 milliards d’euros. Et pour cause : 70% des PME bruxelloises sont actuellement détenues par des personnes de plus de 55 ans.

Se basant sur des statistiques de l’UCM, d’impulse.brussels et de BECI, la Chambre de commerce estime que si rien ne change, environ 50% de ces entreprises à vendre ne seront pas transmises ou feront faillite.

« Il faut entre 3 et 5 ans pour préparer la transmission, constate Erick Thiry, responsable du Hub Transmission. Certaines PME dépendent de 3 ou 4 clients, ce n’est pas très rassurant. Un plan d’action commercial pour développer la clientèle s’étale au moins sur 2 ou 3 ans. De même, le patron fait parfois tout dans l’entreprise. Lui exclu, le repreneur achète une enveloppe vide. Mettre en place une organisation moins centralisée prend aussi du temps. Sur un plan technique, il convient aussi de toiletter le bilan, pour que celui-ci représente au mieux la valeur réelle de l’entreprise. »L’intégration dans les comptes, délicate, d’une éventuelle part de business « au noir » ne se règle pas non plus en quelques semaines … « La transmission n’est en fait pas pleinement considérée comme un acte de management, contrairement à l’ouverture d’une filiale à l’étranger par exemple », s’étonne Erick Thiry.

250 millions …

Pourtant, les courtisans ne manquent pas. « Le problème, c’est que tous recherchent le mouton à cinq pattes. Eh bien, nous allons faire en sorte qu’un maximum de PME à vendre devienne des moutons à cinq pattes. »

Le problème réside davantage dans une inadéquation entre l’offre et la demande que dans les moyens financiers mobilisables côté repreneurs. En effet, le Hub Transmission a comptabilisé que la bonne centaine de candidats acquéreurs qui se sont manifestés ces six derniers mois pèsent ensemble près de 100 millions d’euros à injecter dans des PME.« Les fonds propres moyens par individu tournent autour de 600.000 euros »,épingle Erick Thiry. En y ajoutant l’effet de levier des crédits bancaires et autres financements disponibles, la manne atteint 250 millions d’euros.

source

Commenter cet article

Archives