Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Cinq choses à surveiller pour une maison saine

Publié le 16 Mai 2016, 10:13am

Catégories : #ECONOMIE

Cinq choses à surveiller pour une maison saine

n 2050, 90 % des bâtiments actuels existeront encore. Or, pour l’instant, seul 1 % des constructions sont rafraîchies chaque année à l’échelle européenne. Ce qui laisse penser qu’il y a des progrès à faire en termes de rénovation… L’état des habitations n’est en effet pas seulement important pour le climat, mais aussi pour la santé des habitants. C’est ce qu’a démontré Velux lors de son deuxième Baromètre Healthy Homes mené auprès de 14.000Européens de 14 pays différents. Cette étude fait suite à une première enquête lancée en 2015 et qui avait révélé que les Européens plaçaient leur habitation comme premier facteur de santé avant même l’alimentation ou l’activité physique. En 2016, le fabricant de toitures et de fenêtres a décidé de pousser ses investigations plus loin afin de mieux connaître les comportements des Européens et leurs attentes par rapport à leur maison. Il en est ressorti cinq facteurs influençant une maison saine…

Velux cherche à connaître les attentes des Européens par rapport à leur maison. © D.R.
Velux cherche à connaître les attentes des Européens par rapport à leur maison. © D.R.

1Les conditions de sommeil Les personnes disposant de bonnes conditions de sommeil ont 50 % plus de chances de se sentir en forme. Or, 77 % des Européens disent ne pas passer de bonnes nuits dans leur habitation. Cela a des répercussions notamment au travail, où la productivité et l’absentéisme s’en ressentent. Les conditions de sommeil pourraient déjà être significativement améliorées en changeant les habitudes car si 66 % des Européens aèrent leur chambre le matin, seuls 28 % ont le réflexe de le faire avant de dormir.

2Les températures intérieures Au cours de l’hiver dernier, 82 % des citoyens d’Europe ont ressenti des températures trop fraîches dans leur maison alors qu’en été, ils étaient 87 % à avoir souffert de chaleur. Ces températures inadaptées peuvent avoir des conséquences sur les maladies cardio-vasculaires, mais aussi causer des infections de la gorge. Dans ce domaine aussi, les rénovations améliorant l’environnement intérieur doivent être couplées à un changement des comportements : 37 % des Européens affirment en effet privilégier l’économie des coûts d’énergie à une température confortable dans leur maison.

3L’air frais 59 % des personnes sondées lors du baromètre aèrent leur habitation moins souvent que les deux fois quotidiennes recommandées. Les raisons qui les poussent à garder les fenêtres fermées sont le bruit, la chaleur ou le froid extérieur. Or, le manque d’air frais nuit à l’apprentissage et au travail, et augmente les risques de développer de l’asthme. Ces conséquences pourraient être considérablement réduites en aérant la maison quelques minutes par jour.

4L’apport de lumière naturelle En plus d’influencer l’humeur et la productivité, le manque de luminosité naturelle peut causer des troubles du sommeil, du stress et conduire à l’obésité. Actuellement, plus de trois quarts des Européens compensent le manque de lumière naturelle par de l’éclairage artificiel en plein jour, mais l’idéal est de tenir compte de l’apport de luminosité lorsqu’on rénove. Une autre solution serait d’organiser les pièces et leur ameublement de manière à profiter au maximum de la lumière du jour.

5Le taux d’humidité Près de la moitié des Européens ne considère pas le taux d’humidité comme une priorité. Pourtant, 60 % des citoyens vivant avec de la moisissure dans leur maison souffrent de sécheresse ou d’irritations de la gorge. De plus, le risque de développer de l’asthme est double dans une habitation où l’on retrouve de la condensation ou des moisissures. Il convient donc de contrôler le taux d’humidité de la maison, notamment en recourant à l’aération, à l’utilisation de la hotte de cuisine ou encore à un système efficace de ventilation.

source

Commenter cet article

Archives