Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Marichesse.com

Marichesse.com

Conseils, science, sante et bien-être


Christine Boutin a "honte" des ex-ministres signataires d'un appel face au harcèlement et au sexisme

Publié le 16 Mai 2016, 12:14pm

Catégories : #POLITIQUE

Christine Boutin a "honte" des ex-ministres signataires d'un appel face au harcèlement et au sexisme

POLITIQUE – Avec "Nous ne nous tairons plus", 17 ex-ministres, de gauche comme de droite, d'Aurélie Filippetti à Valérie Pécresse en passant par Christine Lagarde et Cécile Duflot, ont lancé dans le Journal du dimanche un appel pour dire stop au silence et à l'impunité face au harcèlement sexuel.

Une initiative pas vraiment du goût d'une ancienne ministre, Christine Boutin, qui a elle affirmé dimanche via un tweet avoir "honte" de ses consœurs:

 
 

D'autres personnalités politiques ont pris la parole pour commenter cette initiative. "Nous, on a un certain statut, on peut parler. (Le harcèlement), ça ne concerne pas seulement la politique mais l'ensemble de la société", a ainsi expliqué sur France 2 NKM. Cet appel, c'est dire "nous ne nous tairons plus et nous voudrions accompagner un mouvement de parole", a-t-elle ajouté.

Nathalie Arthaud prend ses distances

"Harcèlement et sexisme doivent être combattus en politique comme dans l'ensemble de la société", a déclaré de son côté l'ancien Premier ministre François Fillon.

Le député PS Jean-Marc Germain a lui déclaré qu'il aurait "bien aimé signer" la tribune "parce que ça concerne aussi les hommes".

Mais preuve que ce combat est difficile, Cécile Duflot a elle tweeté des commentaires insultants et sexistes reçus après avoir signé l'appel: "Duflot harcelée? Le type était bourré..." ou encore "A part Jouanno, qui aurait envie d'harceler ces femmes lol?"

La porte-parole de Lutte ouvrière, Nathalie Arthaud, a toutefois pris ses distances avec les signataires en leur reprochant sur BFMTV d'avoir pratiqué "l'omerta" alors qu'elles avaient "bien des moyens de se faire entendre et de se faire respecter", contrairement aux "ouvrières" et aux "employées".

source

Commenter cet article

Archives